——— Genèse, évolution, pertinence ——— —— de la notion de délires paranoïaques ——

by philopsy

Bibliographie chronologique 

et repères historiques 

 

 

 


 

  Vè – IVè siècle av. J.-C.    

Dans les tragédies de Sophocle, d’Eschyle et d’Euripide, le terme de παράνοια (paranoïa) est employé pour désigner le délire : tout comme les termes d’ἄνοια (anoia) et d’ἀφροσύνη (aphrosunè), ce terme désigne un état dans lequel l’homme se trouve incapable de faire usage de sa raison.  Sans que cette nuance soit toujours perçue, le terme de παράνοια désigne plus précisément l’errance de l’esprit : l’infortuné qui souffre de παράνοια est un homme dont le νοῦς (nous: esprit, au sens d’intelligence, de faculté de penser) n’est plus à sa place. C’est cette nuance que tentera de rendre, au XIX° siècle, le terme allemand de Verrücktheit.

Platon, dans le Phèdre (266a), met pour sa part en équivalence les termes de παράνοια (paranoïa) et μανία (mania)  afin de désigner l’égarement de l’esprit.

Enfin, dans les textes du Corpus hippocratique, le terme de παράνοια est souvent employé dans le sens de délire, que ce délire soit phrénitique, mélancolique ou maniaque.  Un bel exemple en est donné dès le premier paragraphe du traité De la maladie sacrée :  Ὁκόσα δὲ δείματα νυκτὸς παρίσταται καὶ φόβοι καὶ παράνοιαι καὶ ἀναπηδήσιες ἐκ τῆς κλίνης καὶ φόβητρα καὶ φεύξιες ἔξω, Ἑκάτης φασὶν εἶναι ἐπιβολὰς (…)    « Quand, la nuit, surviennent des peurs, des terreurs, des délires, des sauts hors du lit, des visions effrayantes, des fuites hors de la maison, ce sont, disent-ils, des assauts d’Hécate (…) ».   Dans les traités hippocratiques, l’adjectif παράνοος est également employé comme synonyme de l’adjectif παράφρων afin de qualifier la personne en proie au délire ;  la paranoïa ne constitue donc nullement une entité nosographique autonome. 

  


1605    

Miguel de CervantesEl ingenioso hidalgo don Quijote de la Mancha, Madrid, J. de la Cuesta, 1605 (ici dans une traduction à la mode du XIXème siècle dont les belles illustrations compensent la piètre qualité : L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, Garnier, Paris, 1850). Parano, le Quichotte ?!? Inlassable interprétateur toujours fidèle à son cher Livre, persécuté par maints sorciers, en proie à l’un ou l’autre délire de filiation… l’ingénieux hildago a déjà fait gloser les amateurs de lubies et délires plus de quatre siècles durant… !



   1610   

Shakespeare, The Winter’s Tale (Le Conte d’hiver) —  ici dans une traduction peu recommandable) —  rédigé vers 1610, publié pour la première fois à Londres en 1624. Léonte, roi de Sicile, y présente tous les signes pathognomonique de ce qui sera bien plus tard qualifié de délire passionnel — et plus précisément, de délire de jalousie.


   1668    

Jean Racine, Les Plaideurs. Le bourgeois Chicaneau y campe un singulier prototype du fou quérulent, aussi nommé maniaque processif par Pottier qui, dans son Etude sur les aliénés persécuteurs (cf infra, 1886) écrit :  Les causes occasionnelles  de l’éclosion du délire chez ces malades résident le  plus souvent dans la perte d’un procès qu’ils considèrent comme un déni de justice à leur égard.  Et Chicaneau de déclarer (acte I, scène 7) :


Voici le fait. Depuis quinze ou vingt ans en çà,

Au travers d’un mien prés certain ânon passa,

S’y vautra, non sans faire un notable dommage,

Dont je formai ma plainte au juge du village.

Je fais saisir l’ânon. Un expert est nommé…




1763  

François Boissier de Sauvages, Nosologia methodica sistens morborum classes, genera et species, juxta Sydenhami mentem et Botanicorum ordinem (Nosologie méthodique, ou distribution des maladies en classes, en genres et en espèces, suivant l’esprit de Sydenham & la méthode des botanistes), Amsterdam, Frères De Tournes, 1763.  Une seconde édition auctior & emendatior paraît en 1768.

 

 

 1780 

J. Brown, Elementa medicinae, Edinbourgh, 1780 : Brown popularise, sous le nom de brownianism, une classification des maladies mentales qui se fonde sur la distinction entre états de surexcitation (corrélés au type maniaque) et états de sous-excitation (corrélé au type mélancolique). En amont, Brown fait correspondre l‘hyper– ou l’hypo-excitation à un déséquilibre physiologique consistant en une perturbation de l’irritabilité sensorielle de l’organisme. Brown contribue ainsi à rendre définitivement caduques les anciennes théories humorales. C’est en suivant son modèle que les psychiatres allemands du premier XIX° siècle (Heinroth, par exemple) pourront définir la Verrückhteit comme un état de surexcitation intellectuelle chronique, notamment opposé aux états de sous-excitation intellectuelle. 

 

 

1782   

Publication des Confessions et des Rêveries du promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau, à Genèse (J.J. Rousseau, Les Confessions, [ s.n. ], Genève,1782). Déjà célèbre de son vivant pour son caractère fort particulier, Jean-Jacques sera après sa mort considéré par les aliénistes, psychiatres, psychanalystes et autre Irrenärzte comme un cas d’école de délire des persécutions.

  


1797 / an VI   

Publication par Philippe Pinel des deux volumes de sa Nosographie philosophique, ou la méthode de l’analyse appliquée à la médecine chez Marandan, Paris. La Classe Quatrième est consacrée aux Névroses qui recouvrent le très large champ des vésanies, spasmes, convulsions, douleurs, affections comateuses, paralysies.

 


1798  / an VII   

A. Crichton, An inquiry into the nature and origin of mental derangement comprehending a concise system of the physiology and pathology of the human mind and a history of the passions and their effects, Cadell, Londres, 1798.

 


1799  /  an VIII    

Cabanis, Rapports du physique et du moral de l’homme.  Cet ouvrage bénéficiera dès 1805 d’une Deuxième édition revue, corrigée et augmentée par l’auteur. Quant à la Troisième édition de 1815, c’est Destutt de Tracy qui en établit la table analytique : les Idéologues s’y retrouvent donc.  ( voir aussi :  les Oeuvres complètes de Cabanis, publiées entre 1823 et 1825).

Bichat, Traité des membranes en général et de diverses membranes en particulier (Richard, Caille et Ravier, Paris).  Une révolution histologique !

 


1800 / an IX   

Bichat, Recherches physiologiques sur la vie et la mort, Brosson, Gabon & Cie, Paris, an VIII.  A l’article sixième, « Différences générales des deux vies par rapport au moral », Bichat s’oppose à la théorie soutenue par Pinel voulant que l’épigastre soit le centre unique et invariable auquel se rapportent les passions. (Sur les circonstances et les enjeux de cette querelle : M. Gauchet & G. Swain, La pratique de l’esprit humain, Gallimard, Paris, 1980)

Jean-Jacques Belloc, contribue à fonder la médecine légale en France grâce à son Cours de médecine légale judiciaire, théorique et pratique, Imprimerie de la Société de médecine, Paris, 1801 (les premières versions disponibles en ligne sont celles de 1807 chez Méquignon, Paris. Une seconde édition, corrigée et augmentée,  suivra dès 1811).  Au chapitre IV ( « Dans maladies et infirmités qui peuvent être l’objet de la médecine judiciaire »), article 3 ( Des maladies ou infirmités simulées, dissimulées ou imputées), une courte partie  est consacré à la  « démence, ou aliénation de l’esprit » (pp.255 – 263 dans l’édition de 1811). Belloc s’y oppose à l’opinion voulant que les médecins soient plus qualifiés que les non-spécialistes lorsqu’il s’agit de reconnaître les signes d’aliénation mentale :  « En faisant les rapports sur des cas d’aliénation, il convient d’exposer les signes sur lesquels on fonde sa décision, afin de mettre les tribunaux à même de juger avec connaissance de cause, attendu que le genre et les caractères de la démence sont autant de la compétence des jurisconsultes et des juges, que des médecins ».

 


1801 / an X   

Première édition du Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale, ou La manie de Pinel  (à Paris, chez Richard, Caille et Ravier). Une Deuxième édition du Traité, amplement remaniée, paraît en 1809 (chez Brosson, Paris). Pinel y brosse l’opposition entre manie (ou délire général) et mélancolie (terme qui désigne ici un délire partiel) ; cependant, c’est surtout la notion de manie sans délire, ou folie raisonnante, qui donnera lieu par la suite à d’amples controverses.

 

 

1810   

Promulgation du Code Pénal de 1810 . En vertu de l’article Article 64 
 : « Il n’y a ni crime ni délit, lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l’action ou lorsqu’il a été contraint par une force à laquelle il n’a pas pu résister ».  Cela n’empêchera pas de nombreuses polémiques de naître, aux XIX° et XX° siècles, au sujet de la responsabilité, totale, ou partielle, des aliénés (à ce sujet, voir par exemple : Victor Parant, La raison dans la folie – Etude pratique et médico-légale sur la persistance partielle de la raison chez les aliénés et sur leurs actes raisonnables, Doin, Paris, 1888). Malgré la persistence des controverses, le statut de 1810 ne sera pas significativement modifié avant  la    promulgation du nouveau Code Pénal de 1992. Ce dernier énonce :

—  article 122-1 : N’est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes

La personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant altéré son discernement ou entravé le contrôle de ses actes demeure punissable: toutefois, la juridiction tient compte de cette circonstance lorsqu’elle détermine la peine et en fixe le régime.

—  122-2 : N’est pas pénalement responsable la personne qui a agi sous l’empire d’une force ou d’une contrainte à laquelle elle n’a pu résister.  


 

 

1813

François-Emmanuel Fodéré, faisant oeuvre de précurseur, publie son Traité de médecine légale et d’hygiène publique: ou, De la police de santé. Adapté aux codes de l’Empire français et aux connaissances actuelles. A l’usage des gens de l’art, de ceux du barreau, des jurés et des administrateurs de la santé publique, civils, militaires et de marine, ( Imprimerie de Mame, Paris 1813). Trois ans plus tard, rédigé par le même Fodéré, paraît un Traité du délire appliqué à la médecine morale et à la législation, Tome 1 & Tome II, Crapelet, Paris, 1816


 

1818   

Johann Christian August Heinroth, Lehrbuch der Störungen des Seelenlebens oder die Störungen und ihrer Behandlung. Vogel, Leipzig 1818. Heinroth, l’un des plus éminents représentants de l’école psychiste allemande, y élabore une théorie originale sur le mode d’union de l’âme et du corps qui lui permet de soutenir que la folie, dans bien des cas, est la conséquence du vice. Mais surtout, c’est lui qui introduit le terme de paranoïa dans la nosographie de langue allemande, comme synonyme de Verrücktheit. Dans son Traité de 1818, le terme de reine Verrücktheit (paranoïa simplex)  désigne ainsi l’ensemble du groupe des aliénations de l’esprit accompagnées d’exaltation des facultés intellectuelles  et de perversion des concepts (Unfreyheit des Geistes mit Exaltation des Denkvermögens ; Verkehrtheit der Begriffe). Heinroth distingue quatre espèces appartenant à ce groupe : Wahnwitz (Eknoïa), Aberwitz, Narrheit (Moria) et allgemeine Verrücktheit (paranoïa catholica). Dans la Wahnwitz (Eknoïa)  le délire porte sur le monde extérieur, ses objets et les événements qui s’y déroulent ; dans l’ Aberwitz il porte sur l’existence d’un monde surnaturel et les relations que le sujet entretient avec ses habitants ; dans la Narrheit (Moria), c’est l’identité personnelle qui se trouve atteinte, avec attribution d’une fausse personnalité ; enfin, l’allgemeine Verrücktheit (paranoïa catholica) constitue la synthèse des trois premières aliénations.

 

1820 

Jean-Etienne Georget, La folie, considérations sur cette maladie. Suivies de recherches cadavériques, Crevot, Paris, 1820. Georget se situe à la croisée d’une approche rigoureusement anatomo-pathologique, et d’une approche morale faisant fond sur la théorie des passions de Pinel (elle-même héritée de Crichton). Il aborde ici, entre autres , le sujet de la manie sans délire, un type de « folie » caractérisée par l’apparence de raison. 

 

 


1821   

Berbiguier de Terre-Neuve du Thym, Les Farfadets ou Tous les démons ne sont pas de l’autre monde, à compte d’auteur, Paris, 1821 (avec ici, le Tome second, ibid.). Berbiguier, par cette œuvre qui à certains égards n’est pas sans rappeler Les Confessions de Rousseau, entend à la fois rédiger ses mémoires, présenter un plaidoyer en sa propre faveur et démasquer l’universelle puissance des Farfadets. Car ces démons diaboliques sont partout ! La preuve : Philippe Pinel, médecin en chef à la Salpêtrière, en est un !

 

  


1822   

Jean-Pierre Falret, De l’hypochondrie et du suicide, considérations sur les causes, sur le siège et le traitement de ces maladies, sur les moyens d’en arrêter les progrès (Croullebois, Paris). S’opposant à une théorie droit venue de l’Antiquité et toujours largement répandue parmi les médecins de son époque, J.-P. Falret dans ce traité combat l’idée selon laquelle l’hypocondrie est due à un trouble des fonctions de l’estomac ou une lésion des viscères. Il re-situe l’origine du trouble dans le cerveau.

  


1825   

Johann Christian August Heinroth, Anweisung für angehende Irrenärzte zur richtigen Behandlung ihrer Kranken, Vogel, Leipzig 1825. Ce traité sera suivi dès 1828 par un autre ouvrage à vocation éducative : Von den Grundfehlern der Erziehung und ihren Folgen. Für Eltern, Erzieher, und psychische Ärzte, Vogel, Leipzig, 1828.

 

Jean-Etienne Georget fait paraître, en 1825-1826, deux opuscules qui vont défrayer la chronique, en ces années d’intenses débats portant sur l’examen médico-légal et les prérogatives des aliénistes en matière d’expertise judiciaire  

 

 

 


1826

 

Henri Marc, Consultation médico-légales pour Henriette Cornier, femme Berton, accusée d’homicide commis volontairement et avec préméditation. Précédée de l’acte d’accusation, Paris, Roux, 1826 (ici, une brève recension de l’ouvrage d’Henri Marc, rédigée par son collègue, Georget. On trouve  en outre le texte intégrale de la  Consultation médico-légales pour Henriette Cornier au chapitre IX de De la Folie,  T.2, p.71).  Dans la France de la Restauration, l’Affaire Cornier fut à l’origine des controverses les plus vives quant à la capacité d’expertise des médecins aliénistes.

 

 

 


1827   

Karl Wilhelm Ideler, Anthropologie für Ärzte, Euslin, Berlin, 1827. Avec Heinroth, Ideler est l’un des grands représentants de l’école psychiste allemande. C’est précisément contre les partis pris théoriques de ces psychistes  (Psychiker) que sont dirigées les attaques des membres de l’école somatique (Somatiker) qui prônent une approche anatomo-pathologique de la folie.

Antoine-Marie Chambeyron traduit, non sans y apporter de substantielles modifications allant dans le sens d’Esquirol (qui ajoute lui-même sa touche à l’ouvrage), un ouvrage  de Johann Christoph Hoffbauer, l’un des fondateurs de la médecine légale en Allemagne. Cette traduction, publiée sous le titre de Médecine légale relative aux aliénés et aux sourds-muets (Baillière, Paris, 1827),  exerce une influence décisive sur le développement de la médecine légale en France, dans les années qui suivent. 

S’opposant à Jean-Etienne Georget, Henri Marc et Leuret, et pour contrer leurs revendications en faveur des aliénistes et de leurs prérogatives, en matière d’expertise médico-légale, Elias Regnault publie deux oeuvres très largement diffusées : Du degré de compétence des médecins dans les questions judiciaires relatives aux alénations mentales et des théories physiologiques sur la monomanie, ( Warré, Paris, 1828 ) puis les  Nouvelles réflexions sur la monomanie homicide et la liberté morale, ( Paris, Baillière, 1830 ). Il y soutient notamment que la folie se reconnaît d’elle-même, et qu’en conséquence, les aliénistes n’ont aucun privilège en matière d’expertise. Cependant l’intérêt principal des écrits de Regnault est de poser la question des limites de la « liberté morale », de la « passion » et de la « folie » :  « Lorsqu’on n’aura, pour prouver [ la folie ], que la force d’une affection, la puissance d’un sentiment ou la véhémence d’une passion, on retombera dans les faux principes de ceux qui prétendent démontrer la folie d’un meurtrier par le meurtre lui-même, et la monomanie se trouvera si souvent invoquée qu’on finira par ne plus croire à cette puissance occulte, devenue la solution obligée de tout ce qu’une intelligence bornée ne peut expliquer ».

 

 

1829

Malgré les critiques d’Elias Regnault, Henri Marc poursuit sa prolifique carrière, avec notamment ses  « Matériaux pour l’histoire médico-légale de l’aliénation mentale », Annales d’hygiène, t. I, 2,  p.353, 1829. L’auteur y prodigue des conseils permettant de percer à jour la simulation de maladie mentale : « L’aliénation mentale est une maladie que les coupables de grands crimes ont un intérêt particulier à feindre. Ils n’ignorent pas que sa qualité les met à l’abri de poursuites judiciaires. [… ] Une des fonctions les plus graves et les plus délicates qui puissent être dévolues au médecin légiste est donc celle de déterminer si l’aliénation mentale est réelle ou feinte.». Cet écrit est suivi de : L’« Affaire Doux : Inculpé de tentative d’assassinat exercé sur sa femme. Rapports faits par MM.Marc, Rostan et Castel, docteurs en médecine, dans l’affaire contre le nommé Doux, inculpé de tentative d’assassinat, et considéré comme atteint d’aliénation mentale » 

 

 

1830

A. Brierre de Boismont, Considérations médico-légales sur l’ Interdiction des Aliénés, Baillière, Paris, 1830. Cofondateur en 1853 de la Société Médico-Psychologique, Brierre , dès 1830, rédige ce court opuscule. Il y déplore l’«extrême différence qui existe entre les divisions de la loi et celles de la médecine » en termes de classification des maladies mentales, d’autant plus qu’il est « du plus haut intérêt pour l’aliéné, sa famille et la société de bien s’accorder sur la nature du délire, de reconnaître l’idée dominante, de déterminer quelle influence elle exerce sur l’intelligence du malade, sur ses actions en général, sur l’idée qu’il se fait de lui-même et de son rapport aux autres ». En effet, « ces aliénés peuvent à chaque instant déshériter leurs enfants » en faisant preuve d’une « prodigalité » excessive, déplacée, voire « pathologique ».

La même année, Henri Marc rédige une « Relation médico-légale du procès en condamnation, révision et réhabilitation de Régis-Rispal et de J. Galand », Annales d’hygiène et de médecine légale, t. VII, p. 568, 1832. « Une affaire vraiment mémorable et digne, par toutes les circonstances qui l’ont environnée, d’exciter l’intérêt le plus touchant, vient d’être jugée par la Cour d’assises du département de la Loire. Trois beaux-frères, qui se nommaient Rispal, Gallant et Tavernier, furent accusés d’être les assassins du nommé Jean Courbon… »

François Leuret, membre du cercle d’Esquirol et fervent défenseur du traitement moral, se montre particulièrement actif dans les années 1830 – 1850 ; tout comme ses collègues Georget, Brierre et Marc, il rédige de nombreux traités théoriques, ouvrages spécialisés, et observations médico-légales, notamment en matière de monomanie homicide. Avec par exemple dès 1830 « Monomanie érotique méconnue par des personnes étrangères à l’observation des aliénés », Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale, 1, 3, pp. 198-220, 1830

 
 
 

  

1833   

Joseph Guislain, Traité sur les phrénopathies ou, Doctrine nouvelle des maladies mentales, basée sur des observations pratiques et statistiques, et l’étude des causes, de la nature, des symptomes, du prognostic, du diagnostic et du traitement de ces affections, Etab. Encyclographique, Bruxelles, 1833. Au chapitre troisième, section six, Guislain  définit le délire comme l’altération d’un domaine idéal abstrait, une imagination morbide qui, détruisant les rapports entre l’intelligence et les impressions des sens, met le malade dans l’impossibilité de rectifier ses propres erreurs. Il énumère ensuite illusions auditives, visuelles, tactiles, esprit de prophétie, de révélation, de prévision, et de métamorphose, qu’il considère comme des anomalies de l’imagination venant amplifier une lésion première de la sensibilité. Pour Guislain, le délire est donc lié à une transfiguration des sensations en images.

François Leuret,  « Tentative d’homicide commise par un monomaniaque », Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale, 1, 9, pp. 431-437, 1833

François Leuret, « Affaire de monomanie homicide : condamnation », Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale, 1, 9, pp. 438-463, 1833

Henri Marc, « Considérations médico-légales sur la monomanie, et plus particulièrement sur la monomanie incendiaire », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, Paris, Baillière, série 1, n°10, , 1833, pp. 357-474. Suivi d’un « Rapport médical sur l’état physique et intellectuel d’un incendiaire, âgé de 11 ans et demi », par le Dr Meyn.

1834

F. LeuretFragments psychologiques sur la folie, Crochard, Paris, 1834. Dans cette oeuvre importante, Leuret distingue Délires de l’intelligence et  Délires des passions. Dans la première catégories, il singularise certaines entités caractérisées par la cohésion anormale des idées et la fixité d’idées fausses. Pour illustrer de telles allégations, Leuret retranscrit de nombreux dialogues avec les pensionnaires de sa Maison de santé, et livre des observations précises, qui contribuent à modifier l’abord de la maladie mentale au XIX° siècle.

 


 

1835 

Karl Wilhelm Ideler, Grundriss der Seelenheilkunde, Euslin, Berlin, 1833. Au premier chapitre, qui porte sur la Méthodologie de la Psychologie, Ideler entreprend de comparer  les mérites de la psychologie métaphysique, mystique, éthique, logique, empirique et matérialiste.  Il  présente ensuite son propre système, entièrement fondé sur ce qu’il faut bien appeler une théorie des pulsions (Gemütstrieben) : pulsion religieuse  (religiöser Trieb), pulsion de liberté (Freiheitstrieb), pulsion de vérité, (Wahrheitstrieb) de domination (Herrschtrieb), de vie (Lebenstrieb), d’indépendance (Selbständigkeit), d’imitation (Nachahmungstrieb), etc. – influenceraient de manière décisive les sentiments, passions,  activités de l’homme.  Moins d’un siècle plus tard, Sigmund Freud, tout en ayant officiellement répudié l’héritage romantique d’Ideler, n’en reprendra pas moins une grande partie de ses présupposés en matière d’anthropologie.

Brierre de Boismont, Manuel de médecine légale à l’usage des jurés, des avocats et des officiers de santé, Baillière, Paris, 1835

 

  


1836   

Jules Baillarger La théorie de l’automatisme étudiée dans le manuscrit d’un monomaniaque, 1836. Pour Baillarger, c’est dans l’exercice involontaire des facultés qu’il faut chercher le point de départ de tous les délires. Dès qu’il survient de l’excitation, on devient incapable de diriger ses idées ; elles s’imposent, et l’on est forcé de les subir. L’auteur illustres ici ses thèse grâce à l’étude d’un manuscrit.

F. Leuret , « Condamnation à mort d’un aliéné homicide : demande en commutation de peine, formée par le jury » suivi de « Consultation délibérée à Paris, sur l’état mental de Pierre Rivière » (signée Esquirol, Orfila, Marc, Pariset, Rostan, Mitivié et Leuret, le 25 décembre 1835), Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale, 1, 15; pp. 128-205, 1836

F. Lélut, Inductions sur la valeur des altérations de l’encéphale dans le délire aigu et dans la folie, Trinquart, Paris, 1836. Lélut tente de découvrir « les causes organiques du délire, de la folie et de leurs diverses formes dans des altérations constantes et exclusives du tissu même du cerveau ». Il ne parvient qu’à moitié à atteindre son but  : ses découvertes anatomiques sont nombreuses, dit-il, mais ni constantes ni exclusives. En conséquence, Lélut soutient qu’il est encore besoin d’acquérir « une connaissance véritable de l’anatomie intime de cet organe [le cerveau ] et des modifications qu’il éprouve par des agents physiques les plus répandus et les plus puissants. »

 
 

  


1837   

Magendie professe et publie ses Leçons sur les phénomènes physiques de la vie (Hauman, Cattoir et Comp, Bruxelles).  En 1838 il donnera, toujours au Collège de France, ses Leçons sur le système nerveux,  publiées l’année suivante chez Ebrard, Paris.

F. Leuret,  « Suspicion de folie chez une femme reconnue coupable d’avoir pendant sa grossesse fait des blessures mortelles à deux de ses enfants », Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale, 1, 17, pp. 374-400, 1837

F. Leuret,  Du traitement des idées ou conceptions délirantes, Éverat, Paris, 1837

 
 
 


1838   

Promulgation des lois du 30 juin 1838 sur les aliénés, à l’élaboration desquelles Esquirol a largement contribuées.  Désormais, chaque département français devra être doté d’un établissement de soin ; un nouveau statut juridique est crée pour les aliénés, et les modalités de leur placement sont redéfinies. Cependant, ces lois ne cesseront d’être vivement critiquées ; la question des internements d’offices demeure aujourd’hui encore un sujet de controverses.

Esquirol, la même année, publie son grand’œuvre : Des maladies mentales considérées sous les rapports médical, hygiénique et médico-legal (Baillière, Paris). Un certain nombre de délires qui plus tard seront qualifiés de paranoïaques s’y trouvent regroupés dans la vaste catégorie des monomanies. Cependant, la pertinence de cette notion sera très vite être remise en cause.

J.-P. Falret, de son côté, tente d’avancer une définition de la folie dans De l’aliénation mentale (in Des maladies mentales et des asiles d’aliénés. Leçons cliniques et considérations générales, Baillière, Paris)

H. Marc, Consultation sur un cas de suspicion de folie chez une femme inculpée de vol, Annales d’hygiène et de médecine légale, T. XX, p. 435, 1838

1840

Henri Marc, De la folie : considérée dans ses rapports avec les questions médico-judiciaires, J.B. Baillière, Paris, 1840. Au Chapitre premier du  Volume 1 de ce monumental ouvrage, Henri Marc défend « la compétence médicale dans les questions judiciaires relatives à la folie ».  Il reconnaît la « difficulté d’apprécier les limites entre la raison et la folie » mais n’en réfute pas moins les arguments du polémiste Elias Regnault.  Au volume 2,  chapitre IX (p.24),  une longue discussion est consacrée  à la « monomanie homicide », avec notamment un exposé des questions médico-légales et  de la doctrine de l’auteur sur la question.

François Leuret, en 1840-1843, continue de se montrer actif, avec notamment :

 
 
 
 
 
 

1842   

J. Baillarger, Des hallucinations, des causes qui les produisent et des maladies caractérisent, Mémoires de l’Académie de médecine, 1842

J.P. Falret, Considérations générales sur les maladies mentales (in : Des maladies mentales et des asiles d’aliénés. Leçons cliniques et considérations générales, Baillière, Paris).


 

1843

Doit-on l’appeler Daniel M’Naghten ? McNaughton ? M’Naughten ? Macnaghten ? ou peut-être, pour reprendre l’original gaelic, Daniel Mhicneachdain ?  D’interminables querelles onomastiques  agitent encore les spécialistes. Mais quelle soit l’exacte manière d’épeler le nom de son protagoniste principal, il est sûr que l’affaire M’Naghten  marque un point décisif dans l’histoire du droit britannique : en avril 1843, Daniel M’Naghten, persuadé d’être persécuté par les Torries, assassine le secrétaire du Premier Ministre Britannique (il croyait abattre ce dernier). Il fut jugé, mais le procès ne fut pas mené jusqu’à son terme :  « The jury, without retiring,  returned a verdict of not guilty on the ground of insanity » indiquent les State Trials Reports (The Queen v. Daniel MacNaughton, 1843). Acquitté, M’Naghten finit  néanmoins ses jours dans un asile. Le cas fit jurisprudence, mais étant donné qu’il faisait suite à plusieurs procès similaire (notamment, celui de Hadfiel, qui en 1800 avait attenté aux jours de Georges III, puis fut acquitté   « by reason of insanity »)  on décida de formaliser la procédure : douze juges de la Court of Common Pleas furent consultés, et donnèrent des réponses convergentes, qui devaient poser les bases de la jurisdiction anglo-saxonne, en la matière, pour plus d’un siècle. Adoptées en 1843, les M’Naghten rules stipulent notamment : « To establish a defence on the ground of insanity it must be clearly proved, that, at the time of committing the act, the party accused was labouring under such a defect of reason from disease of the mind, as not to know the nature and quality of the act he was doing, or if he did know it, that he did not know that what he was doing was wrong ». Suite à l’adoption des M’Naghten Rules au Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande ainsi que d’autres pays de l’ancien Empire britannique se dotèrent de lois analogues. En Grande-Bretagne, les premières reformulations furent adoptées en 1953 ; aux Etats-Unis,  les M’Naghten Rules sont encore en vigueur dans presque la moitié des états.


1845

J. Baillarger, Application de la physiologie des hallucinations à la physiologie du délire, considéré d’une manière générale,  1845. Dans ce texte, Baillarger distingue tout d’abord deux états : « Dans l’un nous dirigeons nos facultés, et nous les employons à nos desseins (…). L’autre (…) est tout à fait opposé : c’est l’état d’indépendance pour les facultés et d’inertie pour le pouvoir personnel. ». Baillarger se propose ensuite de monter que c’est dans ce second état, caractérisé par « l’exercice involontaire de la mémoire et de l’imagination » qu’il faut chercher « la source du délire des mélancoliques et des monomaniaques ».

J. Baillager, « Érotomanie, illusions et hallucinations chez une jeune fille chlorotique »,  Annales médico-psychologiques, 5, pp. 147- 150, 1845

Wilhelm Griesinger, Die Pathologie und Therapie der psychischen Krankheiten für Aerzte und Studirenden, Stuttgart, Krabbe, 1845. Au premier chapitre du livre I, intitulé « Uber den Sitz der psychischen Krankheiten und die Methode ihres Studiums », Griesinger soutient la thèse selon laquelle les maladies mentales sont des maladies cérébrales, des maladies nerveuses. Ses disciples en retiennent  une formule percutante : « Geisteskrankheiten sind Nervenkrankheiten ».  Grâce à une telle prise de position, qui s’oppose aux thèses de l’école psychiste, Griesinger se voit octroyé le statut  symbolique de fondateur de la grande tradition anatomo-pathologique allemande.



1846   

J. Baillarger, De l’influence de l’état intermédiaire à la veille et au sommeil sur la production et la marche des hallucinations, Baillière, Paris, 1846



1847   

J. Baillarger, Quelques considérations sur la monomanie, avec quelques remarques sur les mémoires de Berbiguier de Terre-Neuve du Thym.

 


1849   

J. Baillarger, Des faux jugements à l’occasion des sensations. Baillarger affine la distinction premièrement faite par Esquirol entre illusions des sens et hallucinations, et soutient qu’on a confondu à tort les faux jugements à l’occasion des sensations avec les illusions des sens. Dans l’illusion il y a réellement une fausse sensation. Dans les faux jugements la sensation est perçue comme dans l’état normal et il n’y a qu’une fausse interprétation. Ces notions essentielles seront l’objet d’interminables controverses lors des discussionss au sujet de la nature du mécanisme interprétatif dans les délires paranoïaques, à l’aube du XX° siècle.


 

 

1852   

Charles Lasègue, « Du délire des persécutions », Archives générales de médecine, 28, pp.129-150. En quelques pages, Lasègue réinvente la clinique française, porte un coup qui s’avèrera mortel à la doctrine des monomanies et donne la description princeps du délire des persécutions. En retour, le délire des persécutions sera longtemps désignée sous le nom de maladie de Lasègue.

J. Guislain, Leçons orales sur les phrénopathies ou Traité théorique et pratique des maladies mentales : cours donné à la Clinique des établissements d’aliénés à Gand, (Trois volumes), Hebbelynck, Gand, 1852



1853   

J. Baillarger  — 1/  Essai sur une classification des différents genres de folie. Bien qu’il modifie en certains points les théories de Pinel et d’Esquirol, Baillarger continue de considérer que « la base de toute division, pour les différentes formes de la folie (est)  la distinction des lésions en partielles ou générales » ; sur cette base, il distingue donc monomanie, mélancolie et manie. Or, c’est précisément une telle manière de procéder qui sera radialement remise en cause dès l’année suivante.

—  2/   Des circonstances atténuantes motivées par l’état intellectuel et moral de certains accusés.

Lecadre, « Monomanie de persécution. Observation envisagée sous le rapport médico-légal », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1, 49, pp. 395-402, 1853

  


1854   

Polémique au sujet de la notion de monomanie : Jean-Pierre Falret tente d’en montrer le manque de pertinence dans De la non-existence des monomanies. Il se propose par conséquent de « préparer les voies à  une classification plus naturelle des maladies mentales, qui tiendra compte de la totalité des phénomènes morbides et de la marche de la maladie ».

Jules Baillarger, pour sa part, présente lors d’une leçon faite à la Salpêtrière un Essai de classification des maladies mentales. Il y critique certes le fait de considérer la folie  comme « une seule entité pathologique » alors qu’il s’agit de la « réunion de formes morbides très différentes » mais continue pourtant d’avoir recours à la notion de monomanies.

L’histoire donnera tort au second, pour suivre l’exemple du premier.  Ainsi se joue le passage du paradigme de l’aliénation mentale, ou folie unique, au paradigme des maladies mentales. (pour plus de détails à ce sujet : Éléments pour une histoire de la psychiatrie. G. Lanteri Laura).

 


1857   

Publication en deux volumes du tristement fameux Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine et des causes qui produisent ces variétés maladives de Morel (chez Baillière, Paris). La théorie morélienne de la dégénérescence appliquée à l’étude des maladies mentales gagne rapidement l’ensemble de l’Europe. Elle restera largement en faveur jusqu’après la première guerre mondiale.

Casper, Practisches Handbuch der gerichtlichen Medicin, Berlin, Hirschwald, 1857. Casper, dans cet ouvrage ( I, II. p. 543), réalise les toutes premières descriptions cliniques de délires de quérulence. Elles seront remaniées au fil des publications (ici, la troisième édition de l’ouvrage datant de 1860, avec plusieurs délires de quérulence décrits, pp. 569-577 —  et enfin,  la version de 1889, amplement revue et corrigée par Carl Liman – avec un chapitre consacré au « Querulantenwahn », p622, et plusieurs études de cas).


                                                                                                       1859

H. NeumannHandbuch der Psychiatrie, Erlangen, Enke, 1859. Neumann propose une définition de la Verrücktheit secondaire conforme à celle que Griesinger donnait dès 1845,  illustrant la pérennité des opinions de ce dernier dans le champ psychiatrique allemand.

 

       1860                             

P. Flourens De la raison, du génie et de la folie, Garnier, Paris

J. Baillarger,  « Quelques exemples de folie communiquée  »  &  « Du délire hypocondriaque considéré comme symptôme et signe précurseur de la paralysie générale »

Bénédict Augustin Morel,  Traité des maladies mentales, Masson, Paris. Pour la première fois, les maladies mentales sont systématiquement regroupées en fonction de leur facteur étiologique.  En cela, le Traité de 1860 se distingue radicalement du très classique Traité théorique et pratique des maladies mentales publié par le même auteur en 1852-1853 (chez Baillière, Paris)

Jules Falret : Principes à suivre dans la classification des maladies mentales. (in : Études cliniques sur les maladies mentales et nerveuses, Baillière, Paris, 1890) Falret y tente de définir les principes propres à mettre au jour les véritables espèces, ou formes naturelles de maladies mentales. Il prend comme modèle la découverte de la paralysie générale.

G. Fechner, Elemente der Psychophysik, Breitkopf & Härtel, Leipzig, 1860. Fechner pose les jalons de sa psychophysique, introduit la notion de seuil intensif et extensif (intensive und extensive Schwelle) et expose la loi de Weber (aujourd’hui connue sous le nom de loi de Weber-Fechner) qui corrèle la sensation avec la grandeur du stimulus.

 


1861   

Seconde edition, très largement remaniée,  du Traité de Griesinger : Die Pathologie und Therapie der psychischen Krankheiten für Ärzte und Studierende, Krabbe, Struttgart, 1861. La Verrücktheit y est toujours considérée comme un état d’affaiblissement psychique (psychische Swächezustand) appartenant à la même catégorie que la démence (Verwirrtheit)

Ulysse Trélat, La folie lucide étudiée et considérée au point de vue de la famille et de la société, Delahaye, Paris, 1861. C’est pour « protéger les famille », et prévenir les alliances « funestes » entre « aliénés lucides » et personnes saines d’esprit que Trélat entreprend la rédaction de cet ouvrage. Les « aliénés lucides » sont en effet, selon lui, des « incurables » susceptibles de causer bien des maux : « Le mariage de ces aliénés est toujours malheureux pour l’associé, très souvent pour les enfants qui naissent de cette union […]. Les fous lucides sont d’autant plus malfaisants que leur maladie est moins aisément appréciable […] Apprenons à ne point compromettre de belles aptitudes par le contact et l’influence de dispositions malfaisantes ».

 


        

1862   

Wilhelm Wundt, Beiträge zur Theorie der Sinneswahrnehmung, Leipzig & Heidelberg, Winter’sche Verlagshandlung, 1862

   


             1863  

Karl Ludwig Kahlbaum, Die Gruppierung der psychischen Krankheiten und die Einteilung der Seelenstörungen, Kafemann, Dantzig, 1863. Kahlbaum y va de son essai de classification des maladies mentales et troubles de l’esprit. Il distingue donc paranoïa ascensa affecta (tendance disharmonique), et paranoïa ascensa operans, (tendance megalomane) ; paranoïa immota pathica (tendance persécutée) et paranoïa immota vaga (tendance polymorphe) ; paranoïa descensa dämonica (tendance démonomaniaque) et paranoïa descensa somatica (tendance zoomane). De manière surprenante, ces dénominations forgées par Kahlbaum ne sont pas passées à la postérité.



 1864   

J.-P. Falret publie ses œuvres complètes chez Baillière, Paris sous le titre :  Des maladies mentales et des asiles d’aliénés. Leçons cliniques et considérations générales. 

Henri Legrand du Saulle, La folie devant les tribunaux. Savy, Paris, 1864. Entre ses considérations portant sur la monomanie incendiaire et un exposé de doctrines sur la « nymphomanie », Legrand du Saulle, dans cette oeuvre, inaugure  les discussions médico-légales relatives aux testaments : « J’ai consacré de très longs développements à l’étude des testaments entachés de folie ou considérés comme tels. Ce sujet, dont l’importance est si considérable, a été jusqu’à ce jour passé sous silence ; aussi ai-je dû, pour pouvoir écrire, en connaissance de cause, l’histoire médico-légale des dernières volontés, interroger pendant plusieurs années un très grand nombre d’agonisants. […] J’ai établi les conditions intellectuelles, morales et affectives qui permettent de tester sainement et librement ». Du même auteur, suivront deux oeuvres : en 1874, un Traité de médecine légale et de jurisprudence médicale (Delahaye, Paris) puis en 1879, un ouvrage monumental de 624 pages, entièrement consacrée à la  question des héritages : L’Etude médico-légale sur les testaments contestés pour cause de folie, (Delahaye, Paris, 1879). Le chapitre X (p.353-417) est consacré aux testaments établis par des personnes sujettes au « délire des persécutions », avec une douzaine d’observations et une étude approfondie des « conceptions délirantes, fausses interprétations, hallucinations, lettres, dénonciations, testaments, suicides et crimes des persécutés ».

 


1865   

Achille Foville  Fils,  «Divers modes d’assistance publique applicables aux aliénés », discours prononcés à la société médico-psychologique de Paris, imprimé chez E. Martinet.  Ce discours annonce et préfigure la publication par Foville d’un traité de toute autre ampleur, Les Aliénés :  Etudes pratiques sur la législation et l’assistance qui leur sont applicables (1870). Foville y prend parti dans les grandes querelles de l’époque touchant à la législation ;  il évoque les modifications  à apporter aux lois de 1838 et fait le point sur les divers modes d’assistance applicables aux aliénés (internement, traitement dans les familles, chez des infirmiers, dans des colonies agricoles). Particulièrement révélatrices sont les pages consacrées aux politiques de non-restraint dans les asiles ainsi que celles qui portent sur le village d’aliéné de Gheel en Belgique.

La même année paraît chez Delahaye, Paris, la traduction française  de la deuxième édition du Traité des maladies mentales de Griesinger (titre original :  Die Pathologie und Therapie der psychischen Krankheiten, Krabbe. Struttgart, 1861)  La page de garde indique : traduit sous les yeux de l’auteur. Ce dernier devait avoir la vue bien faible ; ou peut-être les incorrections et faux sens témoignent-ils du fait que, malgré toutes la bonne volonté des traducteurs, pour qui les divisions politiques ne doivent pas empêcher la grande famille européenne de devenir une sous le rapport de la science, il demeure encore bien difficile de s’entendre. C’est que les barrières ne sont pas seulement politiques ou linguistiques, elles sont aussi conceptuelles : comment s’y retrouver lorsqu’on fait correspondre, pour les besoins de la traduction, mental à psychisch  et troubles élémentaire de l’intelligence à geistige Elementarstörungen ?

Ludwig Snell, «Ueber Monomanie als primäre Form der Seelenstörung», Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 22, p. 368-381. Snell ouvre un nouvel horizon en affirmant que les troubles de l’intellect peuvent apparaître de manière primaire, ce que niait la théorie de Griesinger largement admise jusque-là par les psychiatres de langue allemande.

Wilhelm Wundt, Lehrbuch der Physiologie des Menschen, Enke, Erlangen, 1865. Wundt continue d’avancer dans la voie ouverte par Fechner en matière de psychologie expérimentale. Ses travaux menés au laboratoire de Leipzig orientent de manière décisive les recherches en psychiatrie de langue allemande et influencent aussi bien Kraepelin que Meynert ou Ziehen.

  



1866   

Le 8 janvier, Jules Falret prononce à la Société médico-psychologique un discours intitulé « La folie raisonnante, ou folie morale »  (in : Études cliniques sur les maladies mentales et nerveuses, Baillière, Paris, 1890). Il tente de distinguer, dans la catégorie confuse des folies raisonnantes ou morales (encore nommées folies affective et instinctives, ou folies lucides) certaines « catégories naturelles de faits » et signale notamment « certains délires de persécution, à lente évolution et à idées délirantes très concentrées et dissimulées par les malades. »

Ce premier discours est suivi d’une deuxième intervention, en octobre de la même année, qui permet à Falret de répondre aux objections soulevée par Louis Delasiauve et se focalise sur trois points :  «1° La solidarité ou l’isolement possible des facultés humaines, à  l’état normal et à l’état maladif ;  2° L’existence ou la non-existence de la folie raisonnante comme  forme distincte de maladie mentale ;  3° La doctrine de l’irresponsabilité partielle appliquée aux aliénés  atteints de folie raisonnante. »

L’année suivante, Falret prononce enfin, toujours à la Société médico-psychologique, un troisième discours:  Des aliénés dangereux et des asiles spéciaux pour les aliénés dits criminels (publié chez Donnaud, Paris, 1869).

 



 

1867

Alexandre Brierre de Boismont, De la Folie Raisonnante et de l’importance du délire des actes pour le diagnostic et la médecine légale, Baillière, Paris, 1867

Blanche, Lasègue, Brierre de Boismont « Du délire de persécution au point de vue de la médecine légale. Prolégomènes. Rapport médico-légal sur un cas de folie de ce genre, concernant le nommé Labouche Raymond, accusé d’homicide volontaire », Annales d’hygiène publique, 2, 27, pp.331-365, 1867




 

1868   

Wilhelm Griesinger, « Ueber einen wenig bekannten psychopathischen Zustand »  (Archiv der Psychiatrie, 1, p. 626, 1868), « Vortrag zur Eröffnung der psychiatrischen Klinik zu Berlin » ( Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 1, 3, pp. 636-654, 1838). Griesinger, d’abord opposé à l’idée de Snell selon laquelle la Verrücktheit pourrait être non pas une affection secondaire, mais une affection primaire de l’intelligence, revient sur sa première opinion. Il critique cependant le terme de monomanie, employé par Snell, et fait l’éloge des travaux de Sander publiés la même année.

Wilhelm  Sander, « Ueber eine specielle Form der primären Verrücktheit », Archiv für Psychatrie und Nervenkrankheit, Band 1, 1 Heft 1868, p. 387-419 Sander, élève de Griesinger, publie avec la bénédiction de son maître un article qui officialise l’existence de la primäre Verrücktheit (trouble primaire de l’intellect). Dans le monde germanophone, une nouvelle ère nosographique commence. 

K.L. Kahlbaum, « Die Sinnesdelirien und ihre verschiedene Formen », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie und psychisch-gerichtliche Medizin, 23, 1868

F. Scholz,« Ein wahnsinniger Querulant », in « Zwei Psychiatrische Gutachten von Dr. Friede. Schols», Vierteljahrschrift für gerichtliche und öffentliche Sanitätswesen, 8, pp. 343-355, (1868)

Droste,  « Ein widerwärtiger lästiger Querulant », Vierteljahrschrift für Psychiatrie, 2, 1, pp.73-77 (1868)

°°°

L.-R. Maret, « Du délire des persécutions »,  Thèse de médecine, Paris, 1868

 

  


1869   

Achille Foville Fils,  « Etude clinique de la folie avec prédominance  du délire des grandeurs », Mémoires de l’académie de médecine, 29, p.318-452. Publié chez Bailière, Paris, en 1871.

E. Buchner, « Querulanten-Wahnsinn ? »,  Friedreich’s Blätter für gerichtliche Medicin und Sanitätspolizei, 20, 3, pp. 449-466, 1869. 

Beer, « Ueber den sogenannten Querulanten-Wahnsinn », Allgemeine Wiener medizinische Zeitung 14, 17, pp.25-33 (1869) Cet article est souvent cité, avec les écrits de Casper, comme le premier texte consacré au délire de quérulence.

1870   

Taine, De l’intelligence, Hachette, Paris, 1870. Le bréviaire du sensualisme et de l’associationisme français ; y sont largement prises en compte les dernières découvertes de l’époque en matière de neuro-anatomie.

E. Buchner, « Querulantenwahnsinn. Untersuchung wegen Amtsehrenbeleidigung », Friedreich’s Blätter für gerichtliche Medicin und Sanitätspolizei, 21, 4, pp. 342-349, 1870

  


1871 

Legrand du Saulle publie son grand’-œuvre : Le délire des persécutions (Plon, Paris, 1871). Une soixantaine d’années plus tard, dans sa thèse de doctorat en médecine, Jacques Lacan s’y refère en des termes élogieux.  Autre détail curieux : l’ouvrage est doté d’une Annexe, « De l’état mental des habitants de Paris pendant les événements de 1870-71 ». Legrand du Saulle y décrit le siège de Paris, puis les évènements de la Commune et la prise de la capitale par les Versaillais avant de conclure qu’il est faux de penser que ces événements ont exercé une influence notable sur la fréquence du développement de la folie dans la population.

Edward B. Tylor, Primitive Culture, J. Murray, Londres, 1871. Dans cet ouvrage majeur en matière d’anthropologie, Tylor adopte une approche  évolutionniste et considère l’animisme comme la première forme de religion. Ses thèses, en partie reprises par Freud, ne seront pas sans influence sur l’élaboration de la notion de projection. (Au sujet de Tylor, précurseur de la notion du retour du refoulé, voir aussi : Georges Didi-Huberman, L’Image survivante, Minuit, 2002).

Wilhelm Wundt, Untersuchungen zur Mechanik der Nerven und Nervencentren, Enke, Erlangen. Référence en matière d’études neurologiques — avec en dernière partie (p.261) l’esquisse d’une théorie mécanique de l’excitabilité nerveuse.

J.-A. Bulard, Idées fixes de persécution ; menaces de mort.  Rapport médico-légal, L. Deshays, Rouen, 1871

Buchner, « Selbstbestimmnngsfähig oder nicht ? (Querulantenwahnsinn), Friedreich’s Blätter für gerichtliche Medicin und Sanitätspolizei, 22, 1, pp. 140-157, 1871.


1872

Achille Foville Fils, Moyens pratiques de combattre l’ivrognerie proposés ou appliqués en France, en Angleterre et en Amérique, Baillière, Paris. Un bon aperçu des politiques de l’époque en matière d’hygiène publique…  et de prohibition.

Wilhelm Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie, Leipzig, Engelmann1874. Wundt y propose une description des systèmes nerveux système nerveux, puis une théorie portant sur ses fonctions sensitives et motrices. Au chapitre 15 (p.643), consacré aux représentations d’ordre imaginaire (Einbildungsvorstellung), il commence par décrire images-souvenir et images fictives (Erinnerungs- und Phantasiebilder) puis aborde le problème des  hallucinations, illusions et phantasmes oniriques (Phantasmen des Traumes) ; enfin, il propose de considérer comme analogues le rêve et le trouble de l’esprit (Analogie des Traumes und der geistigen Störung)

 

1874

Hotzen, « Gutachten über den Geisteszustand des chem. Districts-Schornsteinfeger H. im Bremen (Querulanten-Wahnsinn) », Friedreich’s Blätter für gerichtliche Medicin und Sanitätspolizei, 1, 25, pp. 134-149, pp. 1874

1875  

Première édition du Traité de psychopathologie judiciaire de Richard von Krafft-Ebing (Lehrbuch der gerichtlichen Psychopathologie, Stuttgart, Enke, 1875). Dans ce traité, réedité à maintes reprises, Krafft-Ebing accorde la plus extrême importance (weitaus die grösste Bedeutung) aux délires de persécution (Verfolgungswahnsinn) qu’il considère comme particulièrement fréquents, difficiles à reconnaître (du fait de leur dissimulation possible) et dangereux.

E. Hofmann, « Zur Kasuistik des Verfolgungswahns »,  Friedreich’s Blätter für gerichtliche Medicin und Sanitätspolizei, 227, pp.189-201, 1875.

 –

     1876

Cesare Lombroso, L’uomo delinquente (ici dans sa traduction française de 1887, établie sur la base de la 4ème édition italienne :  L’homme criminel. Étude anthropologique et psychiatrique., Alcan, Paris, 1887)  L’année suivante, le même Lombroso publie Genio e follia  (ici dans sa traduction française, L’homme de génie publiée en 1889 chez Alcan, Paris, établie sur la base de la 6ème édition italienne).

Henry Maudsley, Responsibility in mental diseases, King, London, 1874ici, son Authorized Edition de 1896, Appleton, New York

°°°°

Taguet, « Les aliénés persécuteurs », 15, Annales médico-psychologiques, pp. 5-19, 1876

Marandon de Montyel, « Du délire de persécution dans ses rapports avec l’alcoolisme et le délit de vagabondage », Bordeaux médical, 5, 97, 129 (1876)

°°°°

Brosius « Ueber Querulanten-Wahn », Berliner klinischen Wochenschrift, 13, pp. 345-359, 1876

A. Liebmann, Ueber Querulantenwahn : ein primärer geistiger Schwächezustand, Inaug.-Dissertation, Jena, Neuenhahn, 1876

 

 

 

1877

Moreau de ToursDe la folie jalouse, Asselin, Paris, 1877

Jules Falret & Charles Lasègue, La Folie à deux ou le délire communiqué  (in : Falret, Études cliniques sur les maladies mentales et nerveuses,Baillière, Paris,1890).

Cullerre, « Observation de catalepsie chez un hypocondriaque persécuté », Annales médico-psychologiques, 17, pp. 177-190 (1877)

°°°°

Gustav FechnerIn Sachen der Psychophysik, Leipzig, Breitkopf & Härtel, 1877. Fechner y examine et tente de réfuter les arguments de ses critiques et détracteurs. Parmi ces derniers: Mach, Helmoholtz, et Brentano.

Zippe. « Ein Querulantenbrüderpaar », Wiener medizinische Wochenschrift, 27, 23-24,  1877

 

 

 

1878

Paul-Emile Garnier, Des idées de grandeur dans le délire des persécutions, Delahaye, Paris. Une œuvre très représentative de l’époque, qui n’apporte rien de nouveau sous le soleil de l’aliénisme.

Marandon de Montyel, « Délire des persécutions; assassinat et tentative d’assassinat »,  in « Revue médico-légale des journaux judiciaires, Année 1877 »,  Annales médico-psychologiques, 5, 20, p. 122 (1878) 

°°°°

Lors de la séance du 29 juillet 1878 de la Société médico-psychologique de Paris Jules Falret prend  part à un important débat en présence, notamment, de Legrand du Saulle, Magnan et Delasiauve, et qui traite essentiellement :

  • « Du délire de persécution chez les aliénés raisonnants », Société médico-psychologique, séance du 29 juillet 1878, Annales médico-psychologiques, 20, pp. 397-406(1878)
  • « Des aliénés persécutés raisonnants et persécuteurs », Société médico-psychologique de Paris, séance du 29 juillet 1878, Annales médico-psychologiques, 19, pp. 413–417 (1878).
  • Ballet, vingt-cinq ans plus tard, dans son Traité de pathologie mentale  [1903 ], déclarerait au sujet de ces interventions  :  « C’est J. Falret qui, le premier, en 1878, a constitué le groupe des persécutés-persécuteurs […] et il a fixé les traits particuliers qui en font une catégorie; spéciale (persécutés, persécuteurs type Falret). Les idées de J. Falret sont exposées très complètement dans l’excellente thèse de son élève P. Pottier 1 (1886), qui contient des observations caractéristiques et des plus intéressantes [ cf infra, Pottier, 1886 ].

°°°°

H. Emminghaus, Allgemeine Psychopathologie zur Einführung in das Studium der Geistesstörungen, Vogel, Leipzig, , 1878.

Heinrich Schüle, Handbuch der Geisteskrankheiten. Vogel, Leipzig 1878. En 1888 paraîtra en France, sous le titre de Traité clinique des maladies mentales, une traduction de la troisième édition du traité de Schule parue en Allemagne en 1886 (titre original : H. Schüle, Specielle Pathologie und Therapie der Geistes-krankheiten, Vogel, Leipzig, 1886) Ce fut là la seconde traduction d’un ouvrage de psychiatrie en langue allemande, la première ayant été celle d’une œuvre de Griesinger.

Carl Westphal, « Über die Verrücktheit », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 34, pp. 252-257. De ce texte fondateur, deux éléments au moins sont à retenir : d’une part, le fait que Westphal assimile  le trouble générateur de la Verrücktheit à un  processus anormal dans la sphère des représentations (das Wesentliche bei der Verrücktheit ist der abnorme Vorgang im Vorstellen ), les troubles de l’humeur   dépendant selon lui du contenu de ces représentations  D’autre part, le fait que Westphal mentionne en des terme très généraux l’existence d’une Verrücktheit aiguë ; car il prépare ainsi le terrain pour d’infinis débats au sujet de l’existence d’une hypothétique forme de paranoïa aiguë.

°°°°°° 

Aneshänsel, « Zur Kasuistik des sogenannten Querulantenwahnsinns », Aertliche Mitth , 33, 199-201, Karlsruhe, 1878

Krafft-Ebing, « Über den sogenannten Querulantenwahnsinn », Allgemeine Zeitschrift der Psychiatrie, 35, pp. 395– 419 (1879)



1879

Première édition du Traité de Psychiatrie de Richard von Krafft-Ebing (Lehrbuch der Psychiatrie auf klinischer Grundlage für praktische Ärzte und Studirende, Stuttgart, Enke, 1879) . Comme  ceux de Kraepelin, les Traités de Krafft-Ebing,  qui font la part belle aux théorie de la dégénérescence,   gagnent rapidement le statut d’ouvrages de référence et propulsent leur auteur au tout premier plan de la scène viennoise. Ici, la deuxième version de 1883  ainsi que la  traduction française de 1897 établie sur la base de la cinquième version allemande parue en 1893.

Merklin, Studien ueber die primäre Verrücktheit, I.-D., Dorpat, 1879


 

 

1880

E. Régis, La folie à deux ou folie simultanée, Thèse, J.-B. Baillière, Paris

Sponholz, « Quaerulantenwahnsinn durch Quaerelen entstanden; forensisch-psychologische Mittheilung », Zentralblatt für Nervenheilkunde und Psychiatrie, 3, 1, pp. 257-261, (1880)

 

 


 

 

1881

Théodule Ribot, Les Maladies de la Mémoire, Alcan, Paris, 1881.  L’ouvrage deviendra un classique ; ici, sa 18ème edition, de 1906

Billod, « Archives cliniques. Démence aiguë sans délire, suivie de lypémanie avec délire de persécutions d’abord, et délire hypochondriaque ensuite », Annales médico-psychologiques, 5, pp. 424-429 (1881)

Marandon de Montyel, « Contribution à l’étude de la folie à deux », Annales médico-psychologiques, 5,28-53 (1881). Quatre études de délires à deux avec idées de de persécution.

°°°°°

P. Ribas, « Manía melancólica sub-aguda con delirio de persecucion; despues manía vanidosa; alucinaciones de oído y vista; curacion », Revista Frenopática Barcelonesa,  pp. 303-309, (1881)

J. de Matos, « Um caso de delirio de perseguições », Coimbra medical,1, pp.323-334, (1881)

°°°°°

Carl Wernicke, Lehrbuch der Gehirnkrankheiten für Aerzte und Studirende, Kassel, Fischey,  1881

M. Buch « Ein Fall yon acuter primitiver Verrücktheit (Westphal) », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten. 11, 2, pp. 465-477 (1881). Dans cet articles, Max Buch décrit un cas considéré comme typique de Verrücktheit primaire aiguë avec début soudain et hallucinations nombreuses. Il expose également de manière détaillée ses efforts thérapeutiques, et en tire ses conclusions quant au meilleur mode de traitement de cette variété de délire (que nous qualifierions sans doute aujourd’hui de bouffée délirante aiguë).

T. Meynert,  « Die acuten (hallucinatorischen) Formen des Wahnsinns und ihr Verlauf », Jahrbuch für Psychiatrie, 2, p. 181 (1881)

J. Fritsch, « Die Verwirrtheit » Jahrbücher  für Psychiatrie, 2, p. 27 (1881)

Schlager, Emminghaus, Kien, Gauster, Krafft-Ebing, Die gerichtliche Psychopathologie, H. Lauppschen, Tübingen, 1881 – voir notamment le chapitre rédigé par Kirn, portant sur les  « psychoses simples », (p253) au nombre desquelles figure la « Verrücktheit primaire », qui compte notamment comme sous-espèces délire des persécutions (« Verrücktheit mit Wahnvorstellungen — der Verfolgungswahn », p.320) et délire de quérulence  (« der Querulantenwahnsinn », p.324))



1882

Les Maladies de la volonté de Théodule Ribot. Tout comme les Maladies de la mémoire, publié l’année précédente, cet ouvrage devient très vite une œuvre incontournable pour plusieurs générations d’étudiants enc psychologie ( ici : sa cinquième édition de 1888 : Th. Ribot, Les Maladies de la volonté, Alcan, Paris, 1888).   Pour compléter la trilogie, Les Maladies de la volonté seront suivies, en 1885, des Maladies de la Personnalité (Alcan, Paris, 1885). Cette dernière oeuvre , en 1921, aura atteint sa  18ème édition.

A. Manouvriez, « Homicide par délire des persécutions. Nécropsie du meurtrier », Bulletin de la Société de médecine légale de France, 7, pp. 112-119, 1881–2 – ici, un compte-rendu publié dans les Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 3, 7, pp.177-184 (1882)

M.A. Fabre de Parrel, « Archives cliniques. Délire de persécution systématisé d’orgine alcoolique suivi de paralysie générale »,  Annales médico-psychologiques. 8, pp.62-70, 1882

A. Giraud, « Les attentats contre les personnes commis par les aliénés. Affaire R…, délire des persécutions », Annales médico-psychologiques 8, pp.415-435 (1882)

°°°°°

P. Ribas, « Manía parcial de persecucion », Revista Frenopática Barcelonesa, 2, pp. 173-182 (1882)

°°°°°

Gustav Fechner, Revision der Hauptpunkte der Psychophysik, Breitkopf & Härtel, Leipzig, 1882

Jung, « Über die Verrücktheit », Zeitschrift für Psychiatrie und psychisch-gerichtliche Medizin, 38, pp. 561-57, 1882

Freusberg, « Querulantenwahn », Irrenfreund, 24, pp.65-71 (1882)



1883

Trial Of Lunatics Act 1883  :  il ne modifie pas de manière substantielle les M’Naghten Rules mais précise les conditions de détention et de jugement des personnes jugées « not guilty by reason of insanity ».

°°°°°

A Leipzig paraît  chez Abel  la première édition du Compendium der Psychiatrie d’Emil Kraepelin. Les rééditions successives de ce traité marqueront autant de grandes dates dans l’histoire de la psychiatrie. Pour l’heure, Kraepelin  a recours au terme générique de psychoses afin de désigner les troubles mentaux;  parmi ces psychose, il décrit un délire systématisé primitif (Verrücktheit), mais n’en distingue pas encore  de manière radicale les formes hallucinatoires des formes non hallucinatoires.

E. Mendel, « Die Paranoia » in A. Eulenburg, Real- Encyclopädie der gesammten Heilkunde, Urban & Schwarzenberg,Wien & Leipzig, 1880-1883 (ici, la seconde édition de 1885, umgearbeitete und vermehrte).

  • Mendel donne dans ce court article une définition de la « Paranoia » qui ferait date, et influencerait notamment les écrits de Werner (1891), Cramer (1893) et Ziehen (1894). Mendel inaugure en effet une classification à quatre termes permettant d’opposer les délires chroniques aux délires aigüs et les délires hallucinatoires aux délires simples (non-hallucinatoires).

Kuby, « Verfolgungswahn bei einem politischen Schriftsteller », Friedreich’s Blätter für gerichtliche Medicin und Sanitätspolizei, 34, pp. 199-206, (1883)

Amadei & Tonnini, « La Paranoia e le sue forme », Arch. ital. per le Malaie nervose, Milano, 1883 Fasc. IV & 1884 Fasc. I & II



1884

Theodor Meynert, Psychiatrie : Klinik der Erkrankungen des Vorderhirns begründet auf dessen Bau, Leistungen und Ernährung, Wien, W. Braumüller, 1884. Un chef d’œuvre de l’anatomo-pathologie viennoise fin-de-siècle, planches à l’appui.

°°°°

Léon Riboud, Essai sur l’irresponsabilité des aliénés dits criminels, Pichon, Paris,  1884

°°°°

M. Vassallo, « Delirio de las persecuciones. Tesis »,  Biedma, Buenos Aires, 1884

P. Ribas, « Locura alucinatoria de persecucion é inventiva, con anomalías de la voluntad », Independencia Médica 20, 16, pp.186-188 – 197 pp. 186-7, (1884/5)


1885

Première édition du Manuel pratique de médecine mentale d’Emmanuel Régis, avec préface de Benjamin Ball. (E. Régis, Manuel pratique de médecine mentale, Doin, Paris, 1885)


1886

P. Pottier, Etude sur les aliénés persécuteurs, Asselin & Houzeaux, Paris, 1886

Meilhon, Du suicide dans le délire de persécution, thèse, Bordeaux, 1886

°°°°°°

Première édition de la Psychopathia Sexualis de Richard von Krafft-Ebing. Dans sa Préface, l’auteur exprime sa volonté de fonder la science des formes psychopathogiques de la vie sexuelle (psychopathologische Erscheinungen des Sexuallebens) et de découvrir quelles  lois les régissent.  L’ouvrage rencontre un succès foudroyant : en 1906, il en est à sa douzième édition.  Ici, la troisième version de 1888 : Psychopathia sexualis mit besonderer berücksichtigung der conträren sexualempfindung, Stuttgart, F. Enke, 1888.

Fritsch, « Ueber den Querulantenwahnsinn ». Jahrbücher für  Psychiatrie, 5, 1886/87

H. Schüle,  Specielle Pathologie und Therapie der Geisteskrankheiten, Vogel, Leipzig, 1886 (troisième édition, très largement remaniée, du manuel de 1878)

J. Salgo, Compendium der Psychiatrie für praktische Aerzte und Studirende, Bermann & Altmann, Wien, 1888

 



1887

Considérant que la définition de l’aliénation mentale donnée par les M’Naghten Rules est trop restrictive, l’Alabama Supreme Court (bientôt suivie par de nombreux Etats des Etats-Unis d’Amérique) adopte l’Irresistible Impulse Test. Ce dernier ne supprime donc pas, mais s’ajoute aux M’Naghten Rules : désormais, peut être considéré comme non-coupable pour causes d’aliénation  un individu ayant commis un crime s’il y a été entraîné par une impulsion incontrôlable.

En Grande-Bretagne, le concept d’irresistible impulse, inclus dans la catégorie plus vaste des « abnormalities of the mind », a donné lieu à débats dans les années 1960, dans le cadre du procès R v. Byrne. ( Diminished responsibility – abnormality of the mind impairing mental responsibility : « An abnormality of the mind is to be defined widely: a state of mind so different from that of ordinary human beings that the reasonable man would term it abnormal’ and covering all cognitive aspects, from perception to rationality and willpower)

°°°

August Strindberg, Le Journal d’un fou, 1887 (titre original  En dåres försvarstal, Bonniers, Stockholm, 1914)

°°°

Valentin Magnan,  Leçons cliniques sur les maladies mentales. Considérations générales sur la folie – Les Héréditaires ou Dégénérés – Les Délirants Chroniques – Les IntermittentsEditions du Progrès Médical, Paris, 1887. Médecin-chef à Sainte-Anne à la fin de sa carrière, éternel rival de Benjamin Ball, Magnan réelabore les théories moréliennes de la dégénérescence ; mais surtout, il introduit  la notion hautement controversée de délire chronique à évolution systématique caractérisé par la succession de quatres périodes : incubation, persécution, ambition, démence. L’existence de ce délire et le mode de succession de ses quatre périodes fut l’objet d’infinis débats à la Société médico-psychologique de Paris dans les années suivant  la parution de l’ouvrage.

Le 31 octobre, Charpentier présente à la Société Médico-Psychologique de Paris, alors présidée par V. Magnan, un exposé ayant pour titre « Des idées morbides de persécution ». Dans cet exposé (publié par les Annales médico-psychologiques, 12, pp. 84-108) en 1888, Charpentier énumère pas moins de neuf groupes de persécutés, depuis ceux dont les idées morbides sont d’origine traumatique ou chirurgicale jusqu’aux mégalomanes, en passant par les arthritiques à forme mélancolique torpide.

Jules Séglas, « La Paranoïa histoire et critique »Archives de Neurologie, 1887

 °°°°°°°

Deuxième édition du Traité de Kraepelin :  Psychiatrie,  Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und AerzteLeipzig, Abel, 1887. La Verrücktheit, ou délire systématisé, prend place entre la folie périodique et circulaire (periodische und circuläre Irresein) et les névroses générales (allgemeinen Neurosen). Elle est  considérée comme une pathologies chroniques, par opposition aux pathologies aiguës curables, aux pathologies organiques et aux arrêts de développement.  La même année, Kraepelin publie  « Über Erinnerungsfälschungen»,  Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheit, 18, 1, 199-239 (1887)

R. Sandberg, « Beiträge zur Charakteristik der Wahnideen der Chronisch- Verrückten», Inaug-Dossertation, Schottlaender, Breslau, 1887

Muhr, « Querulantenwahnsinn »Jahrbücher für Psychiatrie ,VII, 1887





1888

À la Société Médico-Psychologique, la querelle fait rage au sujet du délire chronique à évolution systématique de Magnan. Dans ce délire, y-a-t-il inévitablement démence  terminale ?  une phase mégalomaniaque  est-elle toujours observable ? et quel est le rôle de l’hérédité ? Tels sont les sujets d’infinies discussions entre Magnan, Garnier, Dagonet, Christian, Delasiauve et bien d’autres encore.

Benjamin Ball, La folie érotique, J.-B. Baillière, Paris

Victor Parant, La raison dans la folie – Etude pratique et médico-légale sur la persistance partielle de la raison chez les aliénés et sur leurs actes raisonnables, Doin, Paris, 1888

A. Cullerre, Les frontières de la folie, J.-B. Baillière, Paris, 1888. Avec d’importants développements (chapitre 5) consacrés aux « persécutés-persécuteurs », « processifs » et « jaloux », mais aussi (chapitre 6) aux « mystiques », « fanatiques » et  « érotomanes ».

                  °°°°°

Théodule Ribot, La psychologie de l’attention.  Cet ouvrage sera suivi, en 1896, par une Psychologie des sentiments.

                 °°°°°


Clemens Neisser, « Ueber die originäre Verriicktheit (Sander).
Vortrag, gehalten in der XLV. Sitzung des Vereins ostdeutscher Irrenärzte zu Breslau am 30. November 1887 » Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 19, 2, p.491-504, (1888)

E. Mendel, « Ein Beitrag  zur Lehre von den periodischen Psychosen », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie,  44, pp. 617-625 (1888)

J. Salgo, Compendium der Psychiatrie für praktische Aerzte und Studirende, Bermann & Altmann, Wien, 1888

 


                                                                        1889

Pierre Janet, L’automatisme psychologique, essai de psychologie expérimentale sur les formes inférieures de l’activité humaine, Alcan, Paris, 1889


°°°°°

Troisième édition du Traité de Kraepelin :  Psychiatrie,  Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Aerzte, Leipzig, Abel, 1889.  Cette version apporte peu de nouveautés par rapport à la précédente. La Verrücktheit est toujours considérée comme une pathologie chronique ; elle se décline en formes dépressives et expansives. Parmi les premières, Kraepelin distingue le délire des persécutions hallucinatoire (hallucinatorische Verfolgungswahn), le délire des persécutions combinatoire (combinatorische Verfolgungswahn : un délire sans hallucinations, de type interprétatif ou passionnel ),  le délire hypocondriaque (hypocondrische Verrücktheit) et le délire de quérulence (Querulentenwahn). Parmi les formes secondes, il singularise le délire des grandeurs hallucinatoire (hallucinatorische Grössenwahn), le délire des grandeurs combinatoire (combinatorische Grössenwahn, avec entre autres un type  religieux et un type  érotique) et la  originäre Verrücktheit, ou délire primitif.

C. Becker, Der Querulantenwahn, Inaug-Dissertation, München,  1889

Möbius, J.-J. Rousseau’s Krankheitgeschischte, Leipzig, 1889





     1890

J.G. Frazer, première édition du  Rameau d’Or — inépuisable source sinon d’informations, du moins d’inspiration anthropologique pour les psychanalystes des générations à venir : The Golden Bough: A Study in Magic and Religion, MacMillan, London, 1890.

       °°°°°

Benjamin Ball, Du délire des persécutions ou Maladie de Lasègue, Asselin et Houzeau, Paris, 1890

Régis, Les Régicides dans l’histoire et dans le présent : étude médico-psychologique, Maloine, Paris, 1890

J. Falret, Études cliniques sur les maladies mentales et nerveuses, Baillière, Paris

°°°°°

Theodor Meynert, Klinische Vorlesungen über Psychiatrie auf Wissenschaftlichen Grundlagen, Wien, Deuticke.   —  —  Robert Musil, au détour d’une page de L’homme sans qualité, écrit de l’Autriche-Hongrie et de ses institutions qu’elles étaient « KK » : impériales-royales (kaiserlich-königlich) mais également « K&K » : impériales et royales  (kaiserlich & königlich). Musil ajoute cependant que  personne ne savait vraiment  quand il fallait dire de  l’Autriche-Hongrie et de ses institutions qu’elles étaient « KK » (impériales-royales), et quand il fallait dire qu’elles étaient  « K&K » (impériales et royales). La confirmation flagrante de ce singuilier  état de fait est donné par la page de garde de la grand’œuvre de Meynert. Car si Meynert était K. K. Ord. Professor am K. K.  allgemeinen Krankenhause, ses leçons cliniques sont publiées chez Wilhelm Braumüller, K.U.K. Hof- und Universitätsbuchhandels…! 

 

 

 

 

 

1891

Publication des Leçons cliniques sur les maladies mentales de Valentin Magnan.  (ici dans leur deuxième édition non modifiée de 1893, aux Bureaux du Progrès Médical, Paris.)  La troisième partie de l’ouvrage illustre  les modifications qu’apporte  Magnan aux théories moréliennes de la dégénérescence ; quant  à la  quatrième, elle porte  sur le  délire chronique à évolution systématique caractérisé par la succession de quatres périodes : incubation, persécution, ambition, démence. Dès l’année suivante, Magnan, en collaboration avec Paul Sérieux, publiera à ce sujet un autre ouvrage intitulé : Le délire chronique à évolution systématique (chez Masson).

°°°°°

Theodor Ziehen, Leitfaden der physiologischen Psychologie in 14 VorlesungenJena, G. Fischer, 1891.

Clemens Neisser « Erörterungen über die Paranoia vom klinischen Standpunkte » Vortrag, gehalten in der Sitzung des Vereins Ostdeutscher Irrenärzte zu Breslan am 5. Dezember 1891. Publié en janvier 1892, Zb. für Nervenheilkunde und  Psychiatrie

Werner, Die Paranoia, eine Monographie, Stuttgart, Enke, 1891. Dans cette oeuvre qui tente d’opérer une synthèse des acquis, Werner propose une classification simple des délires paranoïaques sur la base d’une double distinction entre paranoïas aiguës et chroniques, simples et hallucinatoires. Ce mode de classification, dont les mérites du point de vue purement didactique seront souvent reconnus, sera cependant critiqué dans la mesure où il s’accorde bien mal avec les données  cliniques.

 


 

 

1892

Paul Sérieux, Le délire chronique à évolution systématique et les psychoses des dégénérés, Gand, Engelcke.

Gilbert Ballet, « Idées de persécution observées chez les dégénérés à préoccupatoins hypocondriaques ou mélancoliques », Congrès de Blois, 1892

°°°°°

Theodor Ziehen, « Ueber Störungen des Vorstellungsablaufes bei Paranoia », Archiv  für Psychiatrie, 24, pp.112-154,  1892  (pour la seconde partie de cet article, ibid., p. 365-402)

Kirchhoff, Lehrbuch der Psychiatrie, Leipzig u. Wien,  Deuticke, 1892

Kausch, « Ein Beitrag zur Kenntniss der periodischen Paranoia »,  Archiv für Psychiatrie, 24, 3,  1892

 



 

1893

Quatrième édition du Traité de Kraepelin,  Psychiatrie,  Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Aerzte  Leipzig, Abel, 1893. Pour la première fois, Kraepelin y adopte le terme de Paranoia, qui remplace celui de Verrücktheit sans en modifier significativement la portée ; ne sont pas encore radicalement séparées les formes de délire simples des formes hallucinatoires.

Cramer & Boedecker,   Uber Begrenzung und Eintheilung der Paranoia. Ce rapport, présenté à la Société Psychiatrique de Berlin le 16 décembre 1893, donna lieu à deux publications dans le Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie n°51 de 1895 ( —  A. Cramer « Abgrenzung und Differential-Diagnose der Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 51, 2, pp. 286-309 ——————  A. Cramer & J. Boedecker « Abrenzung der Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 51, 2 – p.488-507).  Il souleva une vaste controverse. En effet, Cramer et Boedecker proposaient d’élargir   de manière considérable le cadre des paranoïas pour y inclure toutes les psychoses simples (einfache Psychosen, i.e. les psychoses sans lésion cérébrale apparente) dans lesquelles trouble originaire est d’ordre intellectuel(Verstandesstörung). Une telle classification avait certes le mérite d’établir une distinction nette entre troubles primaires d’ordre intellectuel sans  évolution démentielle (groupe des Paranoïas), trouble d’ordre intellectuel avec évolution démentielle (groupe des Anoïas) et  troubles de l’humeur (Stimmungsanomalien) consistant en une affection de la base affective (Veränderung der Gemütlage) de type maniaco-dépressif. L’inconvénient était que 70 à 80% des personnes atteintes d’une maladie mentale se virent soudain considérés comme paranoïaques, de sorte qu’un tel diagnostique perdait toute valeur. La redéfinition de la paranoïa par Kraepelin se donna pour but explicite de mettre fin à une telle situation.

°°°°°

Mittenzweig, « Ueber Querulantenwahnsinn », Zeitschrift für Medizinalbeamte, 6, 10, pp.225-237 (1893)

Horn, « Differentialdiagnose zwischen gesunden and geisteskranken Quaerulanten »,   Friedreich’s Blätter für gerichtliche Medicin und Sanitätspolizei 29, 44, pp. 258-273, 1893

 °°°°°

Scipio SigheleLe crime à deux : essai de psychologie morbide  ; traduit sur la 2e édition italienne par Vincent Palmet, Paris, G. Masson

Arnaud, « La folie à deux, ses diverses formes cliniques », Annales médico-psychologiques, mai 1893, Observ. 3.

 


1894

 

Sigmund Freud, « Die Abwehr-Neuro-Psychosen : Versuch einer psychologischen Theorie der akquirierten Hysterie, vieler Phobien und Zwangsvorstellungen und gewisser halluzinatorischer Psychosen», Neurolo. Cblatt., 10-11, 1894 (trad. : Les névro-psychoses de défense.Essai d’une théorie psychologique de l’hystérie acquise, de nombreuses phobies et représentations de contrainte et de certaines psychoses hallucinatoires. Selon Freud, les névro-psychoses de défense sont chacunes le produit d’un mécanisme de défense bien particulier. Pour qualifier le mécanisme à l’oeuvre dans les psychoses hallucinatoires, il a ici recours au verbe de verwerfen (ce qui donnera lieu à Lacan de forger le terme de forclusion).

°°°°°°°

P. Keraval, « Analyse du rapport de Cramer »Archives internationales de neurologie, 2, 1894.  Keraval propose aux spécialistes français (dont bien peu lisent l’allemand)  une analyse suivie des diverses interventions et polémiques à la Société psychiatriques de Berlin.

°°°°°°

Clemens Neisser, « Psychische Elementarstörung als Grund der Unzurechnungsfähigkeit : Motivirtes Gutachten, zugleich als kritischer Beitrag zu Wernicke’s Lehre von den fixen Ideen», Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 26, 2,  pp. 543-555 (1894)

Bartels « Zwei bemerkenswerte Fälle von Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 50, 1894

Max Friedmann, Über den Wahn, Bergmann,Wiesbaden, 1894

Carl Wernicke,  Grundriss der Psychiatrie in klinischen Vorlesungen, Thieme, Leipzig, 1894. Partant du principe hérité de Griesinger voulant que les maladies mentales (Geisteskrankheiten) soient des maladies cérébrales (Gehirnkrankheiten), Wernicke précise : les maladies cérébrales sont liées à un dysfonctionnement du système de projection (Projectionssystem), les maladies mentales sont des maladies cérébrales liées à un trouble de l’organe de l’association (Associationsorgan). C’est donc en appliquant les principes de mécanique à la physiologie et en considérant l’influx nerveux comme un courant d’énergie (Energiestrom) susceptible d’être interrompu (théorie de la Sejunktionque Wernicke se propose d’élaborer une théorie audacieuse et complexe, à défaut d’être convaincante. La distinction qu’il propose entre les idées autochtones (autochtone Ideen), les idées prévalantes (überwertigen Ideenet les représentations compulsives (Zwangsvorstellungen) est autrement plus suggestive. 

Theodor ZiehenPsychiatrie für Ärzte und Studirende, Wreden, Berlin, 1894.  Le traité sera plusieurs fois remanié ; sa troisième édition paraît en 1908 (Th. Ziehen, Psychiatrie für Ärzte und Studirende, Hirzel, Leipzig, 1908). Dans chacune des version, Ziehen, très inspiré par les théories de Wundt, tente d’appliquer les doctrines de la psychologie physiologique à la psychiatrie clinique (In dem nachfolgenden Lehrbuch habe ich versucht, die Lehren der physiologischen Psychologie [ …]  auf die klinische Psychiatrie anzuwenden.) Il reprend d’autre part la classification des délires paranoïaques proposée par Werner en 1891, distingue par conséquent paranoïa aiguë et chronique, simple et hallucinatoire, et propose enfin quelques illustrations :

>  Paranoïa hallucinatoire avec hallucinations angoissantes partiellement fascinatoires (mit beängstigenden z. th. Fascinirenden Hallucinationen),  fig 5. 

>  Paranoïa simple chronique ; hallucinations isolées et idées délirantes à teneur érotique, fig 7.

>    Paranoïa hallucinatoire aiguë avec stupeur, fig 9.

>   Forme récurrente (recidivirende) de paranoïa aiguë avec délire de persécution, fig. 10.

 


 

1895

 

Sigmund Freud, lettre à Fliess du 24 janvier 1895 connue sous le nom de « Manuscrit H, Paranoïa ». Freud décrit ici un cas de délire de persécution avec sentiment d’observation. Il l’interprète comme le retour d’un souvenir infantile refoulé, et avance quelques précisions au sujet du mécanisme de projection.

°°°°°

Gustave Le BonPsychologie des foules, Alcan, Paris, 1895

°°°°°

Publication chez Asselin et Houseau, Paris des Leçons cliniques sur les maladies mentales et nerveuses, données par Jules  Seglas à la Salpêtrière de 1887 à 1894. Seglas est l’un des seuls en France à discuter longuement les théories allemandes de Schule, Krafft-Ebing, Kraepelin, etc.,  notamment au sujet de la distinction entre paranoïa aiguë et confusion primitive, paranoïa pritimitive et secondaire.

P. Keraval, « Des délires plus ou moins cohérents désignés sous le nom de paranoïa », Archives de Neurologie, 95-98, 1895

Magnan et Legrain, Les dégénérés, (état mental et syndromes épisodiques) chez Rueff et Cie, Paris

Louis CazalsLes persécuteurs processifs : contribution à l’étude du délire des persécutions chez les dégénérésThèse de médecineFaculté de Montpellier, Imp. Centrale du Midi (Hamelin frères), 1895

B. Pailhas, « Etats monomaniaques liés à une déviation de l’instinct de conservation de  la propriété ; leur intérêt au point de vue médico-légal. Lu en communication au Congrès de médecins aliénistes et neurologistes de Bordeaux », Albi, Imprimerie H. Amalric, 1895.

°°°°°

Carl Wernicke, « Über überwertige Ideen und unterwertige Ideen », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie n° 51, 1895

M. Friedmann, « Zur Kenntniss und zum Verständniss milder und kurz verlaufender Wahnformen »,  Neurologisches  Centralblatt, 14. 1895. Les théories de Friedmann au sujet de la milde Paranoia (paranoïa bénigne) seront encore discutées quatre décennies plus tard par Kretschmer et Lacan, dans sa thèse de doctorat en médecine.

Merklin, « Ueber das Verhalten des Krankheitsbewusstseins bei der Paranoia » – Vortrag, gehalten auf der Wanderversammlung der nordostdeutschen psychiatrischen Vereins zu Zoppot am 30 Juli 1894, publié dans le Allgemeine Seitschrift für Psychiatrie,  pp. 356-375, 1895. Dans cet article, Merklin compare les différents modes de conscience du trouble (Krankheitsbewusstsein) chez les personnes atteintes de paranoïa. Cette notion centrale de  conscience du trouble (Krankheitseinsicht) fera l’objet de bien des commentaires de la part de Gaupp, qui s’efforcera d’en trouver trace chez le meurtrier de masse (Massenmörder) Wagner  —  mais aussi de la part de Lacan, qui dans sa thèse de doctorat propose une hypothèse permettant de rendre compte de la prise de conscience du trouble par Aimée.

°°°°°

E. Hitzig, Über den Querulantenwahnsinn, seine nosologische Stellung und seine forensische Bedeutung, Leipzig, Vogel, 1895

G. Aschaffenburg, « Ein Beitrag zur Lehre vom Querulantenwahn », Zentralblatt für Nervenheilkunde und  Psychiatrie, 18, pp. 57-63 (1895)

Max Köppen, de la Charité de Berlin, prononce au Congrès des Aliénistes Allemands (Versammlung Deutscher Irrenärzte), à Hambourg, un discours qui sera adapté pour publication dans les Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten sous le titre : M. Köppen, « Der Querulantemvahnsinn in nosologischer und forensischer Beziehung », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 28, 1, 1895

Gerlach, « Querulantenwahn, Paranoia und Geistesschwäche», Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 52, p. 433,  1895. 

 

 

 

 

   1896

Les Vexatious Actions Acts ( « An Act to prevent Abuse of the process of the High Court and other Courts by the Institution of vexatious Legal Proceedings » ) sont adoptées au Royaume-Uni, puis en Écosse deux années plus hard (« Vexatious Actions (Scotland) Act 1998 »).  Ils  ont pour but de barrer l’accès des tribunaux aux personnes considérées comme des quérulents notoires. Le texte original stipule : 

« It shall be lawful for the Attorney-General to apply to the High Court for an order under this Act, and if he satisfies the High Court that any person has habitually and persistently instituted vexatious legal proceedings without any reasonable ground for instituting such proceedings […] order that no legal proceedings shall be instituted by that person in the High Court or any other court, unless he obtains the leave of the High Court or some judge thereof, and satisfies the court or judge that such legal proceeding is not an abuse of the process of the court, and that there is prima facie ground for such proceeding. »

Il faut cependant le préciser, ces Actes furent adoptées dans un contexte particulier : ils avaient pour but de mettre un terme aux agissements vexatoires d’Alexander Chaffers, quérulent qui entre 1890 et 1896 déposa pas moins de 48 procédures en justice et tenta notamment de poursuivre  le Prince de Galles, l’archevêque de Canterbury et le président de la Chambre des Communes. Pour empêcher que des poursuites en justice similaires, considérées comme infondées, n’inondent les tribunaux, les magistrats durent se doter de mesures d’interdiction toujours en vigueur aujourd’hui. [ Un article de M. Taggart est consacré à la question :, « Alexander Chaffers and the Genesis of the Vexatious Actions Act 1896», Cambridge Law Journal, 63, pp. 656-684, 2004  ]

D’autre part, les Vexatious Proceedings Acts ne firent que codifier une procédure déjà existante :  dès 1887, par l’arrêt Grepe v. Loam, « la Cour d’appel anglaise avait mis en place un dispositif repris par la suite dans la plupart des pays où la procédure civile est d’origine anglaise. Le plaideur déclaré quérulent au moyen d’une ordonnance Grepe v. Loam ne peut plus instituer un recours sans l’autorisation préalable d’un juge désigné à cette fin. »  (source,  Y-M Morissette, « La quérulence : la quéru-quoi ? » )

A partir des années 1980, la question du vexations licitant (plaideur trop belliqueux, plaideur vexatoire, ou du point de vue psychiatrique, paranoïaque quérulent) reviendra sur le devant de la scène grâce à une série d’articles émanant aussi bien des magistrats que des psychiatres (cf. ci-dessous, notamment : Möllhoff en Allemagne, Morissette au Québec, Grant Lester pour l’Australie). Tous les débats du Law Reform Committee réuni par le Parlement d’Australie dans le cadre d’un projet de loi sur la quérulence  sont disponibles en ligne  ( Inquiry into vexations litigants – Hearings and Transcripts ). L’état actuel de la question de la capacité juridique en Allemagne peut être connu grâce au site dejure.org

En France, la question fait moins l’actualité, notamment parce que la législation hexagonale ne permet pas de prendre en main sa propre défense au cours d’un procès : obligation est faite de se faire représenter par un avocat. Or, il semblerait que le plaideur trop belliqueux vise exclusivement à se représenter lui-même (et, pourrions-nous dire, à ne représenter que lui). Dès lors, les tribunaux français sont moins susceptibles de devoir affronter les ardeurs des plaideurs. 

°°°°°

Frédéric Paulhan, Esprits logiques et esprits faux : les types intellectuels, Alcan, Paris. Au chapitre II de la seconde partie, §1 (p.270 et suivantes) Paulhan écrit : «la pathologie  nous fournit, avec certains faits de délire systématisé, les cas les plus tranchés de la fausseté de l’esprit due à la prédominance d’une idée fixe et, à son avidité pour s’emparer de tout ce qu’elle peut s’assimiler». Le délire systématisé, c’est donc par excellence  la perversion de la raison : une raison poussée à l’extrême, mais faussée, systématiquement égarée, qui méconnaît absolument l’esprit de saine logique

Ballet & Roubinovitch, « Les persécutés processifs », Compte rendus de travaux présenté au IVè Congrès international d’anthropologie criminelle, publié dans les  Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 36, 3, pp.458,466 (1896)

S. Soukhanov, « Contribution à l’ étude de la “paranoia inventoria », Annales médico-psychologiques, Paris Masson, pp.221-228 (1896)

E. Régis, « Médecine légale. Un cas de délire raisonnant de dépossession », Annales médico-psychologiques, Paris Masson, pp.229-239 (1896)

Raoul Leroy, Les persécutés-persécuteursThèse, Paris, édité par Steinheil, Paris, 1896

M. Koppen. « La folie des quérulants au point de vue nosotogique et  médico-légal — Compte-rendu de la discussion au Congrès annuel des médecins aliénistes allemands tenu à Hambourg les 13 et 14 décembre 1895 »,  Archives de neurologie, 2, 2, pp. 143-148 (1896)

°°°°°

Cinquième édition du Traité de Kraepelin :  Psychiatrie,  Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Aerzte, Leipzig,  J.A. Barth, 1896. Cette version marque une rupture.  Kraepelin adopte en effet pour la première fois une classification basée non sur les symptômes et signes pathologiques extérieurs, mais sur l’évolution des maladies mentale (Krankheitsvorgang). L’étude de leur causes, cours (Verlauf) et état terminal (Ausgang) de chaque maladie devient  déterminante.  Or, un tel changement est directement lié à la volonté de Kraepelin de définir de manière plus rigoureuse la notion de paranoïa (Paranoiabegriff). Désormais, il peut en effet  contourner la distinction cliniquement peu pertinente entre les maladies mentales liées à un troubles de l’intellect (Verstandeskrankheiten) et celles liées à un trouble d’ordre affectif (Gemütskrankheiten) pour mettre en exergue le rôle essentiel de la  disposition pathologique constitutionnelle dans le déclenchement d’un délire de type paranoïaque, dont il distingue trois variantes : combinatoire, fantastique,  et hallucinatoire.

Clemens Neisser, « Diskussion zum Querulantenwahn », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 52. 1896

Clemens Neisser, «  Paranoia und Schwachsinn :  Vortrag im Psych. Verein zu Berlin am 21. März 1896 »,  De Gruyter, 1896

J. Koch, « Die überwerthigen Ideen », Centralblatt für Nervenheilkunde und Psychiatrie, 19, (1896) pp.177-182 — suivi de « Noch einmal die überwerthigen Ideen » (p.354)  et pour clore la trilogie, de « Ein drittes Mal die überwerthigen Ideen » (p.585). 

M. Friedmann, « Ueber die Beziehungen der pathologischen Wahnbildüng zu der Entwickelung der Erkenntnissprincipien, insbesondere bei Naturvölkern », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 52, 2, p.393 (1896)

R. Sandberg, « Zur Psychopathologie der chronischen Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie,52, 3,  p. 619-654 (1896) 

Hertz, « Wahnsinn, Verrücktheit, Paranoia ? », Allgemeine Zeitschrift für  Psychiatrie. 52, 3, p. 701. (1896)

Brassert, « Ueber secundäre Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 52, 3, pp. 772-798 (1896)

 

°°°°°

Sigmund Freud  « Weitere Bemerkungen über die Abwehr-Neuropsychosen », Neurologisches Centralblatt, n°10, 1896 (Nouvelles remarques sur les névro-psychoses de défense), avec l’étude d’un cas de délire des persécutions et analyse du mécanisme de projection, qui empêche le reproche d’être reconnu par le sujet.

Lettre de Freud à Fliess du 1er janvier 1896, connue sous le nom de  « Manuscrit K : les névroses de défense » ( in :  La naissance de la psychanalyse, PUF, Paris, 1956 )

 


1897

Début de la publication d’une anthologie des travaux psychiatriques et neuropathologiques de  Richard von Krafft-Ebing  (R. v. Krafft-Ebing, Arbeiten aus dem gesammtgebiet der Psychiatrie und Neuropathologie Leipzig,   Barth, 1897-1899 )

K. Kruska, « Ein Beitrag zur Lehre vom Querulantenwahn », Dissertation, Berliner Universität, Ehering, 1897

 Krause, « Ueber Zustände von Verwirrtheit mit Aufregung oder Stupor im Beginne und Verlaufe der chronischen Paranoia », Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie, 1, pp.359-378, (1897) 

J. Salgo, « Noch einmal Paranoia und Schwachsinn », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 53, , pp.897-912, 1897

Linke, « Zur Pathologie des Beachtungswahnes » Allg. Zt.. Psychiatrie 53 & 59, (1897 &1902).

°°°°°

Victor Brochard, De l’Erreur, thèse pour le doctorat, Faculté des lettres de Paris (Berger-Levrault, Paris, 1879). Un contrepoint philosophiques aux théories psychopathologiques de l’époque, qui permet de resituer les hypothèses des aliénistes français au sujet du mécanisme de l’interprétation délirante.

A. Cullerre, « Une forme de délire systématisé des persécutés-persécuteurs, le délire de revendication », Annales médico-psychologiques, 5, pp. 353-368 (1897). Invention et définition, par Cullerre, du terme de « délire de revendication ».

Th. Taty & J. Toy, « Des variétés cliniques du Délire de Persécution »,    Annales médico-psychologiques, 5, pp. 369-383 (1897)

Ed.-Ch. Chuiton, Du délires raisonnant de dépossession, au point de vue clinique et médico-légal, Thèse, Bordeaux, Cassignol, 1897

Jean Lalanne, Les persécutés mélancoliques, (thèse), Durand, 1897

°°°°°

August Strindberg, Inferno, Stockholm, Gernandt, 1897. Largement autobiographique, ce livre, écrit en français, décrit la lente descente aux enfers de l’auteur lors de son séjour à Paris. (ici, sa traduction anglaise, seule disponible sur internet : A. Strindberg, The inferno tr. by C.Field, G.P. Putnam’s, Londres, 1913)

 



1898

P. JanetNévroses et idées fixes, Alcan, Paris, Alcan, 1898

 Béra, Étude sur les aliénés processifs, thèse de Paris, féculé de médecine, 1898 (avec ici deux compte-rendus, d’une part dans les Annales d’hygiène publique et de médecine légaled’autre part dans les Archives d’anthropologie criminelle

 Paul Louis Ladame,(de Genève). « Observation de paranoïaque processive, type du délire de dépossession de Régis », présentée au Congrés des médecins aliénistes et neurologistes d’Angers, 1898 — avec un compte-rendu dans les  Archives de neurologie, 2, 6, p. 222, 1898. 

 °°°°°

Th.  Ziehen, « Eine neue Form der periodischen Psychosen » Monatschrift für Psychiatrie und Neurologie, 3, pp. 30-39 (1898). Avec cet article, Ziehen lance le coup d’envoi d’un long débat au sujet de la paranoïa périodique.

H. Schlöss, « Ueber die Beziehungen zwischen Melancholie und  Verrücktheit », Jahrbücher für Psychiatrie und Neurologie 18, p.114 (1898)

L. Roncoroni, « Physiologische Genese der Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 54, p. 336 (1898)

°°°°°

A. Gianelli, « Sulla cosi detta paranoia acuta periodica », Rivista sperimental, di freniatria, 24,  612-625 (1898)

J. de Matos, A Paranoia, Ensaio pathogenico sobre os delirios systematisados, Livraria Editora, Tavares Cardoso & Irmao, Lisboa, 1898

 



1899

Sixième édition du Traité de Kraepelin,  Psychiatrie,  Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Aerzte, Leipzig, J.A. Barth, 1899. Il s’agit d’un moment-clé dans l’histoire de la paranoïa, car pour la première fois Kraepelin sépare  de manière radicale les délires hallucinatoires  des délires combinatoires (sans hallucinations). Seuls les délires sans hallucinations seront désormais considérés par lui comme des délires paranoïaques. Quant aux formes hallucinatoire et fantastique, il les qualifie de paranoïdes et les ranges parmi les cas de démence précoce (catégorie qui recouvre approximativement la future schizophrénie de Bleuler, dont existait déjà une variante paranoïde). A défaut de naître à cette date, l’opposition entre délires paranoïaques (non hallucinatoires) et délires paranoïdes (hallucinatoires) est ainsi significativement renforcée.

W. von Bechterew « Ueber periodische acute Paranoia simplex als besondere Form periodischer Psychosen » Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie, V, 5, 1899.

Max Köppen, « Über die periodische Paranoïa », Neurologisches Zentralblatt, 18, p. 434 (1899)

M. Naef-Zürich, « Zur neueren Literatur über die Psychopathologie des Paranoia », Zeitschrift für Hypnotismus, Psychotherapie sowie andere psychophysiologische und psychopathologische Forschungen,8, pp. 84-105, (1899)

 



1900


Ducasse & Vigouroux
, « Du délire systématisé », Revue de Psychiatie (médecine mentale, neurologie, psychologie), 1900

F. Meschede, « De la paranoïa périodique — XIII° Congrès international de médecine tenu à Paris du 2 au 9 août 1900 » [ Imprimerie Nationale, 1901 ]

Marandon de Monteyel, « De la genèse des conceptions délirantes et des hallucinations dans le délire systématisé », Gazette des hôpitaux, n°64, 1900

Régis, « Etude médico-légale sur Rousseau », Chronique Médicale, fév-juill.1900

°°°°°

Carl Wernicke, Grundriss der Psychiatrie in klinischen Vorlesungen, Thieme, Leipzig, 1900.

F. Skierlo. Ueber periodisehe Paranoia. J.-D. Königsbergs. Pr.; 1900.



1901

Gustav Specht, Über den pathologischen Affekt in der chronischen Paranoia, Deichert, 1901

Emil Kraepelin, Einführung in die psychiatrische Klinik : Dreissig Vorlesungen, Barth, Leipzig, 1901

Theodor Ziehen, « Ueber die Affektstörung der ‘‘Ergriiffenheit’’ bei akuten Psychosen », Monatschrift für Psychiatrie und Neurologie, 10, pp.310-320 (1901)

Schoenthal, « Uber die akute halluzinatorisehe Verwirrtheit » Neurologisches Centralblatt, p. 733, 1901

Margulies, « Die primäre Bedeutung der Affekte im ersten Stadium der Paranoia », Monatschrift für Psychiatrie und Neurologie, 10, p.265-288 (1901)

Freyberg, « Ein Fall chronischer Paranoia mit Ausgang in Heilung » Allgemeine Zeitschrift  für Psychiatrie, 68, p.29 (1901)

Ernst Meyer, « Beitrag zur Kenntniss des inducirten Irreseins  und des Querulantenwahns », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheit, 34, 1, pp. 181-224 (1901)

Pilcz, Die periodischen Geistesstörungen, Klinische Studie, Fischer, Jena, 1901.  

 


1902

E. Mendel, Leitfaden der Psychiatrie, Enke, Stuttgart, 1902

T. Tiling, « Zur Paranoiafrage », Psychiatrische Wochenschrift, 43, pp. 432-435 (1902)

A. Cramer, « Krankhafte Eigenbeziehung und Beachtungswahn », Klinische Wochenschrift, 39, pp. 557-560 (1902)

E. Bleuler, « Über periodischen Wahnsinn », Psychiatrisch-neurologische Wochenschrift, 4, 11, pp. 121-127, 1902

                                                       °*°°*°*°

Fohel & Mahaim, Crimes et anomalies mentales, Genève, Kündig, 1902 — avec la description d’un délire de quérulence, pp.75-131

A. PortemerDe l’érotomanie au point de vue médico-légal, thèse, Faculté de médecine de Paris, 1902 ( publié chez Rousset la même année )

 



1903

Daniel Paul Schreber, publie ses mémoires Denkwuerdigkeiten eines Nervenkranken, Mutze, Leipzig 1903 (ici, quelques chapitres de la traduction française : Mémoires d’un névropathe, et d’autre part la traduction anglaise qu’en donnent Hunter & Macalpine : Memoirs of My Nervous Illness). Suite à l’analyse qu’en donne Freud dans son texte de 1911 (voir cette date),  les Mémoires du Président Schreber gagnent le statut de texte de référence : au cours du XX° siècle, les psychanalystes ne se lasseront jamais de faire retour vers ce texte fondateur, tant et si bien que pour désigner l’ensemble des travaux   consacrés à cette oeuvre, on  parle aujourd’hui  du champ des Schreber studies. Inutile de dire que cette discipline a, comme les autres, ses spécialistes.

°°°°°

Traité de pathologie mentale, publié sous la direction de M. Gilbert Ballet, par MM. D. Anglade, F.-L. Arnaud, H. Colin,. E. Dupré, A. Dutil, J. Roubinovitch, J. Séglas,  Ch. Vallon.

Casimir FraysseContribution à l’étude du délire à deux, impr. de Marqués, Toulouse)

°°°°°

J. Berze, Ueber das Primarsymptom der Paranoia,,Carl Marhold, Halle, 1903

E. Schultze « Zur Paranoifrage », Deutsche mediz. Wochenschrift, 3, p.793 (1903)

H. Schneider, « Beitrag zur Lehre von der Paranoia », Allg. Zeitschrift für Psychiatrie, 60,  p.65 (1903)

F. Jolly,  « Degenerationspsychose und Paranoia », Charité-Annalen, 27, pp. 465-476, 1903

A. Rüdin, « Eine Form akuten halluzinatorischen Verfolgungswahns in der Haft ohne spätere Weiterbildung des Wahnes und ohne Korrektur», Allg. Zeitschrift für Psychiatrie,  60, 6, p.852 (1903)

Septième édition du Traité de Kraepelin (Psychiatrie,  Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Aerzt, Leipzig, J.A. Barth, 1903-1904.  

 


1904

O. Binswanger & E. Siemerling,  Lehrbuch der Psychiatrie, Fischer, Jena, 1904

°°°°°

Tissot et Briand, « Aliénés délirants processifs. Communication présentée à la Société de Médecine légale de France, mai 1904 », Bulletin de  la Société de médecine légale de France, 36, 2, 1, pp. 121-136 – Daix frères, Clermont, 1904

 

 ‘

                                                     1905

Ernest Dupré, La Mythomanie, étude psychologique et médico-légale du mensonge et de la fabulation morbides (publié chez Gainche, Paris, après avoir paru dans le Bulletin médical n.23, 25 et 27).  A l’origine de cet ouvrage : une série de cours de psychiatrie  médico-légale donnés par Dupré aux élèves de la Faculté de Médecine de Paris.


°°°°°

Seiffer, « Acute recidivirende hallucinatorische Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 62, pp.838-839 (1905)

O. Mönkemöller :  « Zur Lehre von der periodischen Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 62, pp.538-567 (1905)

L. Weber, « Chronische Paranoiker in verwaltungs- , straf- und zivilrechtlicher Beziehung » Allg. Zt. f. Psychiatrie, 62, pp.1-30 (1905)

Gierlich, « Ueber periodische Paranoia und die Entstehung der paranoischen Wahnideen », Archiv für Psychiatrie, 40, pp.19-40 (1905)

G. Specht, « Chronische Manie und Paranoia », Zentralblatt für Nervenheilkunde und Psychiatrie, 28, pp. 590–597 (1905),

°°°°°

N. Yennaropoulos, « Analyse de quelques cas de folie quérulente », Thèse de Genève, Faculté de médecine, 1905

Édouard Claparède, « La psychologie judiciaire », L’année psychologiques, 12, 1, pp. 275-302 – 1905. Quelques paragraphes consacrés à la question des quérulents processifs.

°°°°°°

Edward B. Lane, « Litigious insanity, with report of a case », American Journal of Psychiatry, 59, pp. 279-290 (1902)  — avec ici un très sommaire compte-rendu, paru trois ans plus tard dans les Annales médico-psychologiques, 1, p. 474,1905 

 

1906

Eugen Bleuler,  Affectivität, Suggestibilität, Paranoia, Halle, Marhold (ici, faute de trouver mieux en ligne, sa première traduction anglaise). Bleuler y critique les théories de Specht portant sur le rôle de l’affect d’angoisse dans la genèse du délire des persécutions, ce qui ne l’empêche pas de reconnaître part affectuelle du délire.

Th Ziehen, « Seltene Fälle des periodischen und zirkulären Irreseins », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 63, p760 (1906)

Kreuzer, « Spätgenesungen », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 57, p. 771, 1906

°°°°°

Léon Brédif, Du caractère intellectuel et moral de J.J. Rousseau, Hachette, 1906.  Au cours des années qui suivent, Jean-Jacques est l’objet de toutes les attentions :  Lemaître publie une étudie qui lui est consacrée  (Jean-Jaques Rousseau, Calman-Levy, Paris, 1907) tandis que Sérieux et Capgras, dans Les Folies Raisonnantes, (1909, Alcan) analysent dans le détail sont délire des persécutions. Dide, enfin, mentionne son « cas » dans les Idéalistes Passionnés (1921).


1907

K. Heilbronner : « Hysterie und Querulantenwahn : ein Beitrag zur Paranoiafrage », Zentralblatt für Nervenheilkunde und Psychiatrie, 30, 1907, p.769-784

K. Wilmans, « Zur Differentialdiagnostic der funktionellen Psychosen », Zentralblatt für  Nervenheilkunde und  Psychiatrie, 30, p.569 (1907)

G. Specht, « Über den Angstaffekt im manisch-depressiven Irresein. Ein Beitrag zur Paranoiafrage », Zentralblatt für Nervenheilkunde und Psychiatrie, 30, pp. 529–533 (1907),

Boege, « Die periodische Paranoia. Eine kritische Studie zur Paranoiafrage », Archiv für Psychiatrie & Nervenkrankheit, 43, 1, pp. 299-343 (1907)—


1908

Gaëtan Gatian de Clérambault, « La passion érotique des étoffes chez la femme » Archives d’anthropologie criminelle, 1908

°°°°°

J. Saussol, Contribution à l’étude de la criminalité chez les aliénés processifs, Thèse de médecine, Faculté de Toulouse, 1908

Tissot et Briand, « Aliénés processifs non délirants », publié chez Daix frères et Thiron, Clermont,  1908

H. Nouet, « Les persécutés-persécuteurs processifs. Considérations médico-légales », Annales médico-chairgicales du Centre, 12 janvier 1908, p.13 — compte-rendu dans les  Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 4, 9,(1908)

 

°°°°

G. Specht, « Über die klinische Kardinalfrage der Paranoïa », Zentralblatt für Nervenheilkunde und Psychiatrie, 31, pp. 817-833 (1908). Dans ce texte essentiel et très controversé, Specht propose de  subordonner le groupe des paranoïas à celui des psychoses maniaco-dépressives. Il considère en effet que des états affectuels mixtes (Mischzustände) sont à l’origine des délires de type paranoïaque  : le même phénomène qui, chez l’individu en proie à la maniaco-dépression, est cause d’un balancement entre périodes d’exaltation et périodes mélancolie, serait cause du fait que le paranoïaque ne cesse de balancer entre délire de grandeur (Grössenwahn) et délire de persécution (Verfolgungswahn).

La même année, lors d’une séance du Deutscher Verein für Psychiatrie, Eugen Bleuler a pour la première fois  recours au terme de schizophrénie. La même année, il publie dans l’ Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie  «Die Prognose der Dementia praecox (Schizophreniegruppe)».

Thomsen, « Wahnbildung und Paranoia », Med. Klinik, August 1908 (1908)

E. Kraepelin,  «Zur Entartungsfrage », Zentralblatt für Nervenkrankheit und Psychiatrie, 31, pp.745-751 (1908)

A. Petren, « Über Spätheilung von Psychosen », Nordiskt Medicinskt Arkiv, 41, 6, pp. 209-227, 1908

 




1909

P. Sérieux & J. Capgras,  Les folies raisonnantes – le délire d’interprétation,  Alcan, Paris, 1909. Partant du constat que le terme de délire systématisé demeure trop vague et imprécis, Paul Sérieux et Joseph Capgras tentent dans cette oeuvre (qui demeure aujourd’hui encore un classique du genre) de  mettre en évidence un délire construit sur la base d’interprétations délirantes  (raisonnements  faux consistant inductions ou déductions erronées, sur la base de sensations réelles ou de faits exacts), avec hallucinations rares, conservations de la lucidité et extension progressive sans démence terminale. Le dernier chapitre est consacré à l’étude du délire d’interprétation dans certaines oeuvres littéraires, et plus particulièrement chez Jean-Jacques Rousseau et Auguste Strindberg. 

Gaëtan Gatian de Clérambault, « Première conception d’un automatisme mental générateur de délire » (in :  Œuvres Psychiatriques, tome 2 chapitre 1)  — —> (au sujet de l’automatisme mental chez Clérambault, cf 1924, «Définition de l’automatisme mental.» )

L. Libert, La folie de Don Quichotte: un cas littéraire de délire d’interprétation, Paris, Steinheil, 1909.

  • Après avoir montré l’influence sur la société espagnole des romans de chevalerie et exposé, d’après la critique moderne, les sources de l’oeuvre de Cervantes, nous publierons l’observation de Don Quichotte et de Sancho Panza et nous accorderons à cette double observation la plus large place, parce qu’elle nous aidera à  mieux comprendre la pensée des littérrateurs et des psychiatres qui se sont occupés du noble hidalgo, et surtout parce qu’elle sera la pierre sur laquelle nous échaffauderons notre conception nouvelle de la psychose de Don Quichotte.

C. Vallon, Délire de persécution. Délire chronique à base d’interprétations, thèse de Paris, Ballière, 1909

Xavier Francotte, Les processifs, Imprimerie médicale L. Severyns, 1909

Pierre Janet, Les névroses, Flammarion, Paris, 1909

 

 °°°°°

Thomsen, « Die akute Paranoia. », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 45, 3, pp. 803-936 (1909). Dans cet article Thomsen prend position en faveur de l’existence d’une paranoïa aiguë à déclenchement soudain, avec élaboration d’un délire systématisé et disparition rapide soldée par une guérison complète. Que l’on soit ou non en présence d’hallucinations, de troubles d’ordre affectif ou d’atteintes psycho-motrices est selon Thomsen d’ordre tout à fait secondaire. En 1911, un article de Kleist (Die Streifrage der akuten Paranoia) se proposera cependant de réfuter point par point les théories de Thomsen (voir cette date).

Huitième édition du Traité de Kraepelin,  Psychiatrie,  Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Aerzte, Leipzig, J.A. Barth, 1909 La publication échelonnée des quatre volumes ne sera achevée qu’en 1915. La paranoïa y est toujours considérée comme une affection constitutionnelle (non endogène); délires des persécutions, délires de jalousies, délires de grandeur (formes érotomaniaques, religieuses et revendicatrices) s’opposent donc  d’une part  aux paraphrénies (nouveau groupe autonome qui  permet à Kraepelin d’isoler les délires paranoïdes  endogènes anciennement considérés comme des cas  démences précoces) d’autre part aux délires de quérulence (que Kraepelin exclut du cadre de  la paranoïa proprement dite dans la mesure où ils s’avèrent plus psychogènes que constitutionnels).



1910

L. Lévy-Bruhl, Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures, Paris, PUF, 1910

Jacques Roubinovitch, Aliénés et anormaux, Alcan,  Paris,, 1910. Réunion d’articles publiés dans les plus prestigieux  journaux de la Belle Epoque (le Matin, le Temps, la Revue des Deux Mondes, le Bulletin Medical ). Résultat : un triste  musée des horreurs, avec 63 gravures dans le texte.

°°°°°

P. Sérieux & J. Capgras, « Le délire d’interprétation et la folie systématisée »,  L’année psychologique, 17, pp. 251-269 (1910)

Charles Blondel,  « Paranoïa et hallucinations»,  Communication à la Société de Psychiatrie de Paris, avril-mai 1910. Compte-rendu dans les annales médico-psychologiques, 12, pp. 461-463 (1910)

G. Dromard, « L’interprétation délirante », Journal de Psychologie, de Neurologie et de Médecine mentale, juil. 1910, pp. 332-366 (1910)

Trénel, « Note sur la question de la paranoïa aiguë », Annales médico-psychologiques, 12, pp. 446-453 (1910)

E. Dupré & P. Kahn, « Manie intermittente et paranoïa quérulente », présentation de malade, Annales médico-psychologiques11, p. 489 (1910)

°°°°

Karl Jaspers, « Eifersuchtswahn. Ein Beitrag zur Frage, Entwicklung einer Persönlichkeit oder Prozess ? », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 1,  1, pp. 567-637 (1910)

O. Wilmans, « Zur klinische Stellung der Paranoia » Zentralblatt für Nervenheilkunde und  Psychiatrie, 33 (1910)

°°°°

M. Löwy, « Beiträge zur Lehre von Quärulentenwahn », Sonder-Abdruck aus Zentralblatt fiir Nervenheilkunde und Psychiatric, 21, pp. 81-97 (1910)

J. Karl, « Hypomanie und Querulantenwahn », Vierteljahrschrift für gerichtliche Medizin und öffentliche Sanitätswesen, 3, 39, 1, 1910 — publié chez Schumacher, Berlin, la mime année


1911

Sigmund Freud,   « Psychoanalytische Bemerkungen über einen autobiographisch beschriebenen Fall von Paranoia (Dementia paranoides)», Jahrbuch für psychoanalytische und psychopathologische Forschungen. 3, 1, pp. 8-68 (1911). Texte fondateur dans lequel Freud propose son analyse des Mémoires du Président Schréber.

 Sandor Ferenczi,  « Über die Rolle der Homosexualität in der Pathogenese der Paranoia », Jahrbuch für psychoanalytische und psychopathologische Forschungen. 3, 1,  pp. 120-144 (1911)

P. Bjerre, « Zur Radikalbehandlung der chronischen Paranoia », Jahrbuch für psychoanalytische und psychopathische Forschung, 3, 2, pp. 795-847 (1911). Compte-rendu de l’une des toutes premières cures psychanalytiques de la paranoïa : un traitement « radical »… !

°°°°°

K. Kleist  « Die Streifrage der akuten Paranoia Betrag zur Kritik der manisch-depressiven Irreseins » Zeitschrift für die gesamte Neurologie u. Psychiatrie, 5, 1,  pp. 366-387 (1911). Dans cet article, Kleist réfute point par point les théories que Thomsen défendait en 1909  (> voir cette date) au sujet de la paranoïa aiguë. Il montre que sur 24 cas cas de délire aiguë amenés en exemple par ce dernier, aucun n’est à proprement parler un cas de délire paranoïaque : la paranoïa aiguë de Thomsen ne serait donc pas une paranoïa !

°°°°°

G. Dromard, « Le délire d’interprétation», Journal de Psychologie, de Neurologie et de Médecine mentale, 8, pp. 289-303 (1911)




1912

Eugen Bleuler, « Dementia Praecox oder Gruppe der Schizophrenien », in G. Aschaffenburg, Handbuch der Psychiatrie, Leipzig-Wien, Deuticke, 1912

Kraepelin, « Über paranoide Erkrankungen », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 11, 1, pp. 617-638 (1912)

S. Grebelskaja, « Psychologische Analyse eines Paranoiden », Jahrbuch für psychoanalytische und psychopathologische Forschungen,  4, 1, p. 116-140 (1912)

H. Oppenheim, « Zur Frage der Genese des Eifersuchtswahnes » , Zentralblatt für Psychoanalyse, 2, 2,  p. 67-77 (1912)

H. Maier, « Über katathyme Wahnbildung und Paranoia », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 13, 1,  pp. 555-610 (1912)

A. Hoche, « Die Bedeutung der Symptomenkomplexe in der Psychiatrie » Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 12, pp. 540-551, 1912

H. Krueger, « Über Paranoia hallucinatoria », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 12, 1, pp. 510-521 (1912)

°°°°

M. Beauchant, « Homosexualität und Paranoia », Zentralblatt für Psychoanalyse, 2, 4,  pp.174-176 (1912)

°°°°

C. Rougé, « Les processifs », Annales médico-psychologiques, 1, pp. 667-685, (1912)

P. SoumSur une association de la folie intermittente et de la paranoïa, thèse, Bordeaux, 1912

  



1913

Maurice Dide, Les idéalistes passionnés, Alcan, Paris, 1913. Dide, le premier, propose dans cette oeuvre de regrouper certaines psychoses dans la catégories des psychoses des idéalistes passionnés. Les psychoses des idéalistes passionnés se distinguent des délire d’interprétationdans la mesure où les seconds sont  basés sur un jugement rationnel, les premières basées sur un jugement affectif. L’axe autour duquel elles viennent cristalliser est l’idéalisme, le sentiment est chaque fois le même. C’est donc une même tendance qui se ramifie en plusieurs directions, à savoir : l’idéalisme de l’amour (amour idéaliste profane et mystique), l’idéalisme de la bonté (réformes religieuses, réformes sociales, amour de la nautre), l’idéalisme de la bonté et de la justice aboutissant dans la cruauté (avec étude différentielle et singularisation des cas de Gabriele d’Annunzio, Torquemada, Calvin, Robespierre et Marat).

°°°°°

Karl Jaspers, Allgemeine Psychopathologie, Heidelberg, 1913. Ce qui rend la Psychopathologie général de Jaspers particulièrement digne d’intérêt, est qu’il ne s’agit en aucune manière d’un manuel de psychiatrie qui se contente d’énumérer une série de troubles élémentaires puis d’isoler certains syndromes ou entités nosographiques. Jaspers se propose au contraire de définir de manière aussi claire que possible les termes, concepts et notions auxquels la psychiatrie de son époque a recours — au besoin pour les critiquer, parfois pour proposer de nouvelles distinctions. L’abord est donc philosophique ; il se révèle extrêmement fécond. Des précisions essentielles sont données au sujet d’un trio de termes fort problématiques : Entwicklung, Reaktion, Prozess. Ces termes renvoient aux notions de développement morbide d’une personnnalité, réaction à une expérience vécue, et processus psychique — la question étant de savoir quel est le rôle de chacun de ces trois éléments dans l’étiologie d’un délire paranoïaque.

K. Kleist, « Die Involutionsparanoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 70, pp. 1–134 (1913)

C. v. Hösslin, « Die paranoiden Erkrankungen », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 18, 1, pp.363-386 (1913)

E. Stransky,  « Die paranoiden erkrankungen :  Beiträge zur neueren entwicklung ihrer klinik» Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 18, 1, pp. 387-416 (1913)

H. Krueger, « Beiträge zur Klinik der Paranoia » Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 20, 1, pp.116-152  (1913)

F. Hartmann, « Anhang zur Referat über Kranksinnigen Statistik : Über “psychopathologische Symptomenkomplexe” », Jahrbuch f. Psychiatrie & Neurol., 34, — Leipzig & Wien, Deuticke, 1913

Golla, « Paranoische Zustandsbilder beim manisch-depressiven Irresein », Referat,  Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 70 (1913)

Schnizer: « Die Paranoifrage. Referat über die Paranoialiteratur der letzten 20 Jahre ». Zeitschrift für die gesammte Neurologie und Psychiatrie, 8, 313, p.115 (1913)

G. Eisath, « Paranoia, querulantenwahn und paraphrenia », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 15, 1, pp. 12-78, 1915

 

°°°°

E. Hitschmann, « Paranoia, Homosexualität und Analerotik », Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse, 1, 3, pp. 251-254 (1913)

E. Hitschmann,  « Svedenborgs Paranoia », Zentralblatt für Psychoanalyse, 3, 1, pp.32-36 (1913,)

C.R. Payne « Some Freudian Contributions to the Paranoia Problem », Psychoanalytical Review, 1 (pp.76-93 ; 445-451 ; 308-321 ; 187-202)  & 2 (93-101 ; 200-202 ;  308-321) 1913 – 1915



1914

Charles Blondel  La conscience morbide, essai de psychopathologique générale, Alcan, Paris, l914

   °°°°°

Sandor Ferenczi, « Einige klinische Beobachtungen bei Paranoia und Paraphrenie » Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse, 2, 1, pp. 12-17 (1914)

F.M. Shockley,  M.D. « The Role of Homosexuality in the Genesis of Paranoid Conditions », Psychoanalytical Review,1, pp. 431-438 (1914)

   °°°°

H. Willige, « Ueber akute paranoische Erkrankungen », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 54, 1, pp. 121-210 (1914)

°°°°

B. Glueck, « The Forensic Phase of Litigious Paranoia », Journal of the American Institute of Criminal Law and Criminology, 5, 3, pp. 371-386, 1914

 


1915

Sigmund Freud, « Mitteilung eines der psychoanalytischen Theorie widersprechenden Falles von Paranoia », Internationale Zeitschrift für Ärztliche Psychoanalyse, 3, 6, pp.321-329 (trad. française : Communication d’un cas de paranoïa en contradiction avec la théorie psychanalytique)

°°°°°

D. Schnizer « Zur Paranoïafrage», Zeitschrift für die gesammte Neurologie und Psychiatrie, 28, 1, pp.115-137 (1915)

‘ 

1916

E. Bleuler, Lehrbuch der Psychiatrie, Springer, Berlin, 1916

 ‘

1918

Ernst Kretschmer, Der sensitive Beziehungswahn, ein Beitrag zur Paranoiafrage und zur psychiatrischen Charakterlehre, Springer, Berlin, 1918 (traduction française :  Paranoïa et sensibilité, Imago Mundi, Monfort, 1918). Pour Kretschmer, l’enjeu de cette oeuvre est double. D’abord, isoler sur la base de nombreuses observations cliniques une nouvelle entité morbide qu’il propose de nommer délire de relation des sensitifs (sensitive Beziehungswahn) et distingue d’une part des névroses de compulsion (Zwangsneurose) d’autre part des états paranoïaques systématisés.  En second lieu, découvrir les conditions d’apparition de ce type de délire, ce qui suppose de faire la part des choses entre les facteurs étiologiques endogènes (hérédité, constitution psychopathique,  base de caractère sensitif), l’influence du milieu  et la valeur traumatique d’une expérience vécue (Erlebnis) qui fait office de déclencheur. A terme, Kretschmer proposer donc de  mettre en évidence la triade (Trias) : caractère, expérience, milieu.

W. Gutsch,  « Beitrag zur Paranoia-Frage » Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 38, 1, pp.286-321 (1918)

M. Kaplan,  « Der Beginn eines Verfolgungswahns », Internationale  Zeitschrift  für Psychoanalyse, 4, 6,  pp.330-331 (1918)

G. Eisath, « Paranoider Symptomenkomplex und manisch-depressives Irresein », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 41,1 , pp. 229-289 (1918)

Emil Kraepelin, Hundert Jahre Psychiatrie, Berlin, Springer, 1918

°°°°

Benon & H. Luneau, « Blessure de guerre et délire de revendication », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 4, 29, pp. 182-192 (1918)

1919

E. Kahn : « Psychopathen als revolutionäre Führer » (Les psychopathes : Révolutionnaires et Meneurs d’hommes), Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 52, 1, pp.90-106 (1919)

E. Kahn « Referat uber den sensitiven Beziehungswahn and die mehrdimensionale Diagnostic Kretschmers », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 20, 1, pp. 69-86 (1919)


1920

Gaëtan Gatian de Clérambault, « Automatisme mental et scission du moi. Présentation de malade » 1920  (in :  Œuvres Psychiatriques, tome 2 chap. 2)

°°°°

Robert Gaupp,  « Der Fall Wagner. Eine Katamnese, zugleich ein Beitrag zu der Lehre von der Paranoia » Zeitschrift für die gesammte Neurologie und Psychiatrie, 60, 1, pp.312-327 (1920). Dans cet article, Gaupp tente de décrire l’évolution de la  paranoïa chronique systématique du meurtrier de masse Wagner après l’internement de ce dernier. Bien qu’il soutienne que la paranoïa soit conséquence du développement d’une personnalité pathologique (Fortentwicklung einer patholosicchen Persönlichkeit), il note  que Wagner reconnaît rétrospectivement  le caractère délirant des persécutions dont il a, de longues années durant, cru être victime. Il y aurait donc possibilité d’atteindre à une  prise de conscience partielle du trouble paranoïaque, qui en l’absence de  traces de démence et de  généralisation du délire demeure circonscrit. Et pourtant, Gaupp souligne que Wagner ne peut s’empêcher d’être dans une certaine mesure toujours victime de son délire. Plus inquiétant encore : tout en reconnaissant l’innocence des  personnes qu’il a massacrées, il déclare n’éprouver aucun remords pour les meurtres commis.

H. Biekel, « Über affektive und intellektuelle Wahnideen. Eine pathopsychologische Studie », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 58, 1, pp.94-132 (1920)

E. Kahn « Noch einmal Polemisches zu Kretschmers sensitivem Beziehungswahn », Zeitschrift für die gesammte Neurologie und Psychiatrie, 57, 1, pp. 257-258 (1920)

°°°°

Rudolg Schmidt, Querulantenwahn oder Verschrobenheit, Inaug. -Dissertation-Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität zu Bonn — Kendler, 1920

  


1921

Paul Guiraud, « Les formes verbales de l’interprétation délirante », Annales  Médico-Psychologiques, 1, pp.395-412 (1921)

G. G. de Clérambault, « Érotomanie pure, érotomanie associé (présentation de malade)», Bulletin de la Société Clinique de Médecine Mentale, juil. 1921, p.230

  • «  Les délires passionnels. Érotomanie, Revendication, Jalousie » Bulletin de la Société Clinique de Médecine Mentale février 1921. Au sujet de ce texte, Clérambault écrira deux ans plus tard (in : « Ce qu’il faut entendre par passion lorsqu’on parle de délires passionnels ») :  « C’était la premiere fois à ma connaissance que le Mécanisme Passionnel était donné comme le générateur commun de psychoses diverses, que l’épithète Passionnel apparaissait comme  terme  classificateur et que les délires susdits étaient groupés. » Attention, cependant : le premier soin de Clérambault est de préciser que délires passionnels et délires interprétatifs doivent être soigneusement distingués : les délires interprétatifs ont pour base le caractère paranoïaque (…)  se développent en tous sens. La personnalité globale du sujet est en jeu, le sujet n’est pas excité ; les concepts sont multiples, changeants et progressifs, l’extension se fait par irradiation circulaire, l’époque de début ne peut être déterminée(etc.). Quant aux syndromes passionnels, ils se caractérisent pas leur pathogénie, (…) leurs mécanismes idéatifs, leur extension polarisée, leur hypersthénie, (…) la mise en jeu initiale de la volonté, la notion de but, le concept directeur unique, la véhémence, les conceptions complètes d’emblée, une allure revendicatrice commune (etc.). Il n’empêche que, selon les classifications françaises contemporaines, délires interprétatifs de Sérieux et Capgras et délires passionnels de Clérambault (érotomanie, jalousie, revendication) sont regroupés sous la bannière commune de délires paranoïaques.

°°°°°

Ernst Kretschmer, Körperbau und Charakter, Untersuchungen zum Konstitutionsproblem und zur Lehre von den Temperamenten, Berlin, Springer, 1921. Kretschmer  commence ici par dégager trois types morphologiques, ou morphotypes (expression qui ne traduit qu’approximativement le terme de Körperbau) : le pyknique, le leptosome et l’athlétique. Il les corrèle ensuite à huit tempéraments (cyclothyme, schizothyme, épileptoïde…) et dans son introduction déclare que ces huit types de tempéraments peuvent produire (ergeben) le riche spectre d’un jeu de couleurs d’âmes (ein reiches Spektrum seelischen Farbenspiels). Kretschmer précise néanmoins que cette approche ne doit pas servir à répartir (einteilen) les êtres humains en diverses catégories, mais bien plutôt à les caractériser au mieux, en prenant compte de la totalité psychophysique (psychophysischen Ganzheit) qu’ils constituent.

Robert Gaupp, « Die dramatische Dichtung eines Paranoikers über den “Wahn” », Zeitschrift für die gesammte Neurologie und Psychiatrie, 69, 1, pp. 182-198 (1921). Gaupp présente et analyse ici les écrits du meurtrier de masse Wagner. Son étude porte plus particulièrement sur une pièce de théâtre intitulée Wahn (Délire) dont le protagoniste principal est sur le roi de Bavière Ludwig II (déclaré aliéné mental et interné au château de Berg en 1886).  Laissant ouverte la question de l’intérêt littéraire de ce texte,  Gaupp le considère comme un essai d’Einfühlung (entrée en empathie) d’un paranoïaque (Wagner) dans la psychologie d’un autre paranoïaque (Ludwig II), qui éclaire selon lui la logique du délire.

E. Kahn, « Zur Frage des schizophrenen Reaktionstypus », Zeitschrift für die gesammte Neurologie und Psychiatrie, 66, 1, pp.273-282 (1921)

P. Schilder, « Zur Theorie der Entfremdung der Wahrnehmungswelt ». Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie, 76,  p.487 (1921)-


1922

Lucien Lévy-Bruhl, La mentalité primitive, Paris, PUF, 1922

F. Achille-Delmas, La personnalité humaine, Flammarion, Paris, 1922

J. Capgras, J. Reboul-Lachaux, « L’illusion des “sosies” dans un délire systématisé chronique », Bulletin de la Société clinique de médecine mentale, 1923, 11, pp. 6-­‐16. Première description rigoureuse de ce qui sera rapidement connu sous le nom de syndrôme d’illusion des sosies, ou syndrôme de Capgras : « Le 3 juin 1918, Mme M. va dénoncer au Commissariat de son quartier, la séquestration d’un grand nombre de personnes, d’enfants surtout, dans le sous-­‐sol de sa maison et de tout Paris[…]. Idées de persécution. […]. Ses ennemis agissent par vol, empoisonnement, c’est banal; par substitution d’enfants, par disparition de personnes, par transformation corporelle, ce qui est moins fréquent. […] Elle a deux ou trois sosies qu’elle connaît […].Ses enfants ont été aussi l’objet de substitutions […]. Son véritable mari a été assassiné et les « messieurs » qui viennent la voir sont des « sosies » de son mari ; elle en a compté au moins quatre-­‐vingts[…].Mais les disparitions débordent largement le milieu familial pour s’étendre à sa maison, eu monde entier, et spécialement à Paris […]. Sous Sainte-­‐Anne est un enfer où sont enfermés de nombreux médecins. A Maison-­‐ Blanche tout le monde – ou presque-­‐ a des sosies. « C’est incroyable la comédie qui se jour avec les sosies [ …]. Le défilé n’arrête pas. Les sosies succèdent aux sosies […].»

 °°°°°

Sigmund Freud, « Über einige neurotische Mechanismen bei Eifersucht, Paranoia und Homosexualität »Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse, 8, 3, pp.249-258 (1922).  En 1932 paraîtra dans la Revue française de psychanalyse, tome 5, 3, pp. 391-401, la traduction par Jacques Lacan de cet article de Freud, sous le titre : «  De quelques mécanismes névrotiques dans la jalousie, la paranoïa et l’homosexualité ».

O. Berkeley-Hill, « A Case of Paranoid Dissociation », Psychoanalytical Review,  9,  pp. 1-27 (1922)

°°°°°

Ludwig Binswanger, Einführung in die probleme der allgemeinen Psychologie Springer, Berlin, 1922

Kehrer, « Erotische Wahnbildungen sexuell unbefriedigter weiblicher Wesen », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 65, 1, pp.315-385 (1922)

T.A. Geier, « Zur lehre von der Paranoia », Arch. f. Psychiatrie u. Nervenkrankheiten.  79, 1, pp. 180-192 (1922)

K. Wilmanns,  « Die Schizophrenie », Zeitschrift für Neurologie und Psychiatrie, 78, 1, pp. 325-372, 1922. Directeur de la Psychiatrische Universitätsklinik Heidelberg, Wilmanns s’oppose à la séparation radicale, opérée par Kraepelin, entre délires paranoïaques et schizophrénies.

 

 



1923

Année faste pour Gaëtan Gatian de Clérambault :

  • « Les psychoses hallucinatoires chroniques. Présentation de malades »  (in : Œuvres Psychiatriques, t. 2). Clérambault propose ici, entre autres choses,  une définition du délire dogmatique(constructions théologiques, philosophique, religieuse à mi-chemin entre idéation ‘scientifique’ et idéation ‘mystique’) suivie d’une description de psychoses à base d’automatisme mental qui lui permet d’affiner la définition de cette dernière notion. Il précise d’autre part que, dans sa conception des choses, paranoïa et délires interprétatifs sont nettement distincts : le délirant interprétatif diffère du paranoïaque en tant que le premier a recours à des modes de pensée non normaux, demeure hésitant quant à l’identité de ses persécuteurs, prête à ses ennemis des calculs fantastiques et prodigieusement inutiles tandis que le second a recours aux raisonnements de la pensée émotive, a toujours des ennemis et des griefs précis, et prête à ses ennemis des calculs rationnels. En outre, la paranoïa n’est pas une. Elle  est le total de plusieurs traits de caractères (méfiance, envie, jalousie, morosité…), auxquels peuvent s’ajouter des états passionnels ; il existe donc un un nombre infini de caractères paranoïaques.
  • « Autonomie du syndrome érotomaniaque : sa forme n’est pas une entité clinique.  Le syndrome n’est pas a base interprétative ni imaginative. L’érotomanie est irréductible au délire de revendication. Réponse à diverses critiques de M. Capgras » (in Œuvres Psychiatriques, t. 2, chap. 11).
  • « Ce qu’il faut entendre par « passion » lorsqu’on parle de « délires passionnels ». Intervention » in : Œuvres Psychiatriques, t. 2, chap. 13. Pour Clérambault, la Passion est essentiellement une émotion intense, prolongée, sthénique et tendant à passer aux actes. Le passionnel se distingue donc de l‘affectif.  Passionnel n’est pas non plus synonyme de passivité,  (l’acception cartésienne du mot passion n’ayant pas été conservée). Il s’ensuit qu’un paranoïaque, un persécuté passif, un persécuté actif, ne seront appelés passionnels que par un abus de langage : seuls sont susceptibles d’être qualifiés de  passionnels les érotomanes, les jaloux et  les revendicateurs (y compris les persécuteurs actifs,  le terme de revendication ayant   le sens le plus étendu : il comprend toutes les formes de protestation ou de vindication possible).
  • « Les psychoses passionnelles sont irréductibles à celles des idéalistes passionnés de M. Dide. Intervention » in :  Œuvres Psychiatriques, t. 2, chap. 14
  • « Conditions d’apparition, de développement et de durée des états passionnels. Présentation de malades » in : Œuvres Psychiatriques, t. 2, chap. 15

°°°°°

E. Rittershaus, « Die chronische Manie und ihre praktische Bedeutung — Verein der Ärte Halle a.d. S, 13 Dezember 1922 » — Allgemeine Zeitschrift für Neurologie und Psychiatrie, 79,  1923

 
 
-‘
-”

1924

Sigmund Freud, « Neurose und Psychose », Int. Zeitschrift für Psychoanalyse, 10, 1,  pp.1-5 (1924)

Sigmund Freud,, « Der Realitätverlust bei Neurose und Psychose », Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse, 10, 4, pp.374-379  (ici dans sa traduction française :  « La perte de réalité dans la névrose et dans la psychose »)

Van der Hoop: « Über die Projektion und ihre Inhalte », Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse 10, 3,  pp.277-288 (1924)

°°°°°

Robert Gaupp, « Paranoia », Klinische Wochenschrift, 3,  27, pp.1201-1205 (1924)

Westerterp, « Prozeß und Entwicklung bei verschiedenen Paranoiatypen », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 91, 1,  p. 259-380 (1924)

°°°°°

Gaëtan Gatian de Clérambault, « Définition de l’Automatisme mentale (Intervention) » in : Œuvres Psychiatriques, tome 2. Par automatisme mental, Clérambault  comprends les phénomènes classiques  de pensée devancée, énonciation des actes, impulsions verbales, tendance aux phénomènes psychomoteursIl oppose ces phénomènes aux hallucinations auditives (voix a la fois objectivées, individualisées, et thématiques) et aux hallucinations psychomotrices caractérisées ; souligne  leur teneur essentiellement neutre (tout au moins au début), leurcaractère non sensoriel et leur rôle initial dans le décours de la psychose.  L’automatisme mental  ainsi défini est un phénomène autonome qui  se rencontre assez frequemment isolé et ne comporte par lui-même aucun délire,un délire pouvant ne  s’y adjoindre que des années après son début. 

M. Hacquard, Etude sur les psychoses érotomaniaques, Thèse de médecine, Nancy, 1925

Emile F. Heim, Les schizophréniques processifs, Thèse de Strasbourg, Faculté de médecine, 1924

 



1925

E.  Dupré,  Pathologie de l’imagination et de l’émotivité,  Paris,  Payot, 1925

H. Claude« Les Psychoses paranoïdes », L’Encéphale, mars 1925, pp.137-149

    °°°°°

J. Lange,  « Über die paranoia und die paranoische Veranlagung », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten. 93, 1, pp.85-152 (1925)

G. Ewald, « Das manische Element in der Paranoia », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie. 75, 1, pp. 665-763 (1925)

Raecke, « Einiges über Querulantenwahn », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheit, 73, 1, pp.186-210 (1925)

 



1926

Pierre Janet,  De l’angoisse à l’extase, Alcan, Paris, 1926

M. Montassut, La constitution paranoïaque, thèse, Paris, 1926. Un des monuments de l’école constitutionnaliste française de l’entre-deux-guerres.

G. Génil-Perrin, Les paranoïaquesParis, Maloine, 1926

H. Claude & M. Montassut, « Délimitation de la paranoïa légitime », L’Encéphale, 23, 1, p.57, 1926

P. Sérieux & J. Capgras, «Délires systématisés chroniques», Traité de Sergent, Psychiatrie, t. 1,  Maloine, Paris, 1926.

 

°°°°°

« Paranoia from the Subjective Point of View », Psychoanalitical Review, 13, pp. 200-209 (1926)

G. Jelgersma, « Die Projektion » Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse, 12, 3,  pp. 293-297 (1926)

°°°°°

E. Weiss, « Der Vergiftungswahn im Lichte der Introjektions- und Projektionsforgänge », Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse, 12, 3,  pp.466-477 (1926)

R. Gaupp & R. Wollenberg, Zur Psychologie des MassenmordsHauptlehrer Wagner von Degerloch, Berlin, Springer


 

1927

P. Courbon & G. Fail, « Syndrome “d’illusion de Frégoli” et schizophrenie », Bulletin de la Société Clinique de Médicine Mentale 15, pp.121-125 (le lien renvoie à un résumé paru dans les Annales médico-psychologiques, 02, 1927, p.289 Description princeps de ce qui sera plus tard connu sous le nom de syndrôme de Fregoli. « Le sujet, qui est une femme [ …] de 27 ans, a la conviction que ses persécuteurs sont des « Fregoli » qui s’incarnent dans les personnes de son entourage pour la torturer, ou qui la « frégolifient » en d’autres personnages.Cette illusion qui n’apparaît qu’aux instants de paroxysme (prise de pensée, impulsions, inhibitions, injures, attouchements) n’a pas son point de départ dans la perception sensorielle de l’entourage, puisque le sujet ne trouve aucune ressemblance physique entre les diverses transformations de « Frégoli ». Elle n’est pas comme « l’illusion des Sosies » une agnosie par erreur d’un jugement affectif tel que peut en présenter accidentellement une intelligence saine. C’est une création de l’imagination dont seule est capable une mentalité morbide.»

Joseph Levy Valensi, L’Automatisme mental dans les délires systématisés chroniques d’influence et hallucinatoires : le syndrome de dépossession. Paris, Masson.

Eugène Minkowski, « De la Rêverie morbide au délire d’influence  », L’Evolution  Psychiatrique, 2, pp.130-184 (1927)

Marie Bonaparte « Le cas de Mme Lefebvre »  Revue Française de Psychanalyse, N°1, pp.149-199 (1927)

°°°°

Sandor Ferenczi,   Bausteine zur Psychoanalyse, I. Band,  Theorie, Internationaler Psychoanalitischer Verlag, Wien, 1927

°°°°

 E. Kahn, «  Psychopathien und psychogene Reaktionen  », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 80, 1, pp.4-38 (1927)

K. Landauer, « Automatismen, Zwangsneurose und Paranoia » Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse, 13, 1, pp.10-19 (1927)

Julius Raecke, « Der Querulantenwahn », Journal of Molecular Medicine, 6, 38, pp. 1785-1788, 1927


1928

J. Lacan, J. Levy-Valensi, M. Meignant : « Roman policier. Du délire hallucinatoire chronique au délire d’imagination »,  L’Encéphale, 5, p.550-551 (1928)

H. Claude & P. Schiff,. « Le délire d’interprétation à base affective de Kretschmer et ses rapports avec le syndrome d’action extérieure », L’Encéphale, 23, 5, p.411 (1928)

G. Heuyer, Les Psychoses passionnelles, Impr. Coopérative, 1928

°°°°°

H. Gausebeck, «  Über Eifersuchtswahn  », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 84, 1, pp.414-490 (1928)

1929

Eugène Minkowski, «Jalousie pathologique sur fond d’automatisme mental », Annales médico-psychologiques, 2, pp.24-47 (1929)

Joseph CombiLe délire de quérulence. Contribution à la psychiatrie sociale, Thèse Méd. Genève, 1929

°°°°

G. Bychowski, « Ein Fall von oralem Verfolgungswahn », Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse, 15, 1, p.96-100 (1929)

Ruth Mack Brunswick, «  Die Analyse eines Eifersuchtswahnes », Internationaler Psychoanalytischer Verlag, Wien, 1929

 

 


1930

°*°*°*°*°       Dans « L’Âne pourri », article publié par  Le surréalisme au service de la révolution, Salvador Dalí jette les bases de sa méthode paranoïaque-critique. « C’est une méthode spontanée de connaissance irrationnelle, basé sur l’association interprétative-critique des phénomènes délirants (…), un traitement qui procède à l’interprétation systématique de la matière expérimentale qui a une tendance narcissique à s’isoler ». En 1937, La Métamorphose de Narcisse constituera  le « premier tableau obtenu entièrement d’après l’application intégrale de la méthode paranoïaque-critique».       *°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°

H. Claude, « Le syndrome d’action extérieure », Le progrès médical, juin 1930.

Henri Ey, « Paraphrénie expansive et démence paranoïde (Contribution à l’étude des psychoses  paranoïdes)», Annales médico-psychologiques, 1,  pp. 247-281 (1930)

Leroy & C. Pottier, « Délire systématisé de persécution et de possession  démoniaque consécutive à des pratiques spirites », présenté à la Société Medico-Psychologique de Paris  le 27 octobre 1930, in Annales médico-psychologiques, 2, pp. 217-231 (1930)

Joseph Capgras, « Le délire d’interprétation hypothétique. Délire de supposition », Annales médico-psychologiques, 88, t. 2, p.272 (1930)

°°°°

Heinrich Unger, « Die Schrift der Querulanten », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, 130, 1, pp. 116-131 (1930)

Ernest Jones, « Die Eifersucht », Vortrag, gehalten in der „Groupe d’Etudes philosophiques et scientifiques pour l’examen des tendances  nouvelles” an der Sorbonne in Paris Psychoanalytische Bewegung,  2, pp.154-167 (1930)

M. Sterba, « Eifersüchtig auf…. ? »  Psychoanalytische Bewegung, 2, pp.167-177 (1930). Sterba   adopte une approche que les philosophes du langage ne réprouveraient pas.  Car au fait : quelle est la grammaire logique de la jalousie… ?

Dorian Feigenbaum : 

  • «  Paranoia und Magie», Internationale Zt. für Psychoanalyse N°16, ¾, pp.363-369 (1930)


1931

Otto Fenichel,  Perversionen, Psychosen, Charakterstörungen, Int. Psychoanal. Verlag, Berlin, 1931

°°°°°

L.S. London, « Mechanisms in Paranoia: With Report of Case », Psychoanalitical  Review, 18, pp.394-412 (1931)

 °°°°°

Jacques Lacan, « Structure des psychoses paranoïaques », La Semaine des hôpitaux de Paris n° 14, pp.437-445 (1931)

R. Targowla & J. Dublineau,  L’intuition délirante, Malvoine, Paris, 1931

Henri Ey, « Les états paranoïdes », La Semaine des Hôpitaux de Paris, n° 14, pp. 430-436 (1931)

H. Claude, P. Migault, J. Lacan, « Folies simultanées », Société médico-psychologique, mai 1931 — Annales médico-psychologiquest.1, pp. 483-490 (1931). Lacan, Claude et Mignault se proposent ici entres autres choses de démontrer que dans certains cas de  folies simultanées, et contrairement à la thèse la plus généralement admise au sujet de la contagion mentale, on ne peut distinguer clairement ni délire inducteur ni délire induit. Cette étude des relations entre deux délire leur est cependant occasion, voire prétexte, à la description savoureuse d’un délire paranoïde avec construction extrêmement vaste, qui est une deuxième réalité (…) : Blanche est le quadrucéphale à l’œil vert. Ce qui l’a mis sur la voie, c’est que son sang est parfumé. Sa peau à de hautes températures, se métallise et se durcit  ; elle est alors en perle et donne naissance aux bijoux. 

°°°°°

J. Klüber, «  Ein kasuistischer Beitrag zu G. Spechts Lehre von dem Zusammenhang der chronischen Paranoia (Querulantenwahn) mit der chronischen Manie  », Zeitschrift für die gesammte Neurologie und Psychiatrie, 131, 1, pp.152-170 (1931)

K. Kolle, « Über Querulanten », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 95, pp. 24-102, 1931

 

1932

Publication chez Le François de la thèse de doctorat en médecine de Jacques Lacan, De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité.

°°°°

Pierre Janet, « Les sentiments dans le délire de persécution », Journal de Psychologie, de Neurologie et de Médecine mentale, 29, pp. 161-240 et 401-460 (1932)

J. Dublineau, « L’Enfant paranoïaque », Semaine des hôpitaux de Paris, juil. 1932

F. Achille-Delmas, « Le rôle et l’importance des constitutions en psychopathologie », rapport au Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de Limoges, 1932

Henri Ey, Les hallucinations psycho-motrices verbales, Mémoire remis à la société médico psychologique, déc 1932. La même année, Ey publie un grand nombre d’articles dans diverses revues et journaux, dont :

  • « La croyance de l’halluciné (à propos des études de M. Quercy sur l’hallucination) »,  Annales médico-psycholologiques, 11, pp.13-37 (1932)
  • « Evolution des idées sur l’hallucination, position actuelle du problème »,  avec Henri Claude, L’Encéphale, 17, 5, pp. 361-367 (1932)
  • « Hallucinose et hallucination. Les théories neurologiques des phénomènes psychosensoriels », avec Henri Claude, L’Encéphale, 27, 7, pp.376-621 (1932)
  • « La notion d’automatisme en psychiatrie », L’Evolution Psychiatrique, 4, 3, pp.11-35 (1932)
  • « La notion de constitution – Essai critique », L’Evolution Psychiatrique, 4, 4, pp.25-54 (1932)

1933

Jacques Lacan,  «  Le problème du style et la conception psychiatrique des formes paranoïaques de l’expérience  », Minotaure, 1, Skira, Paris, 1933. Dans ce court texte, Lacan s’efforce de démontrer la signification éminemment humaine des expressions symboliques que donnent les sujet paranoïaques de leur expérience, et soutient que leur production plastique et poétique n’est souvent pas inégale à l’inspiration des artistes les plus grands. 

Eugène MinkowskiLe Temps vécu. Études phénoménologiques et psychopathologiques, Paris, Payot,

1934

Henri EyHallucinations et Délire, Alcan, Paris,  1934. La préface est de Jules Séglas, et les esprits fantasques remarqueront que le Catalogue général de médecine-odontologie de la Bibliothèque Inter-Universitaire de Médecine indique comme éditeur non Alcan, mais Lacan.

J. Levy-Valensi, « Syndromes érotomaniaques »Provence médicale, 1934

°°°°

C. Baumann «  Besteht ein Zusammenhang zwischen manisch-depressiver Psychose und Paranoia? »,  Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 151, pp.17-53 (1934)

 

1935

Traduction française  des Cinq Psychanalyses de S. Freud par M. Bonaparte et R. Lœwenstein

Paul Schiff, «  Les Paranoïas et la Psychanalyse », Revue Française de Psychanalyse, 8, 1, pp.44-94  (1935)

A. Stärke, « Die Rolle der analen und oralen Quantitäten im Verfolgungswahn und in analogen Systemgedanken », Internationale Zeitschrift für Psychoanalyse, 221,  pp. 5-22, 1935

 




1936

Dorian  Feigenbaum, «  On Projection », Psychoanalytical Quaterly, 5, pp.303-319  (1936)

F. Alexander, W. Menninger, « The Relation of Persecutory Delusions to the functioning of the Gastro-intestinal Tract », Journal of Nervous and Mental Disease, 84, 5, pp. 541-554, 1936. La première partie porte un titre éloquent : « Parallelism between the psychodynamic background of psychogenic chronic contipation and persecutory delusions. »

D. Lagache, « Passions et Psychoses passionnelles »  —  Exposé présenté  le 10 décembre 1935 au Groupe de l’Évolution Psychiatrique,  (ici, une brève Intervention de Jacques Lacan à son sujet)  — publié une première fois dans L’Évolution Psychiatrique, 1936, 1, pp. 25-27  —  puis p.552 des  Œuvre I (1932-1946), de Daniel Lagache (PUF, 1977)

 
 ‘

                                                                                                        1937

Gaston Ferdière, L’érotomanie : illusion délirante d’être aimé, Paris, Doin, 1937. Il s’agit, à l’origine, de la thèse de médecine de Gaston Ferdière, soutenue la même année à la Faculté de Médecine de Paris. Gaston Ferdière, proche du cercle des surréaliste, fut le psychiatre d’Antonin Artaud. Un livre d’Emmanuel Venet (Ferdière, psychiatre d’Artaud, Verdier, Paris, 2006)  brosse le portrait de cette personnalité sensible, complexe, provocatrice.  Une émission radiophonique lui a été consacrés de son vivant  : Gaston Ferdière, Psychiatre , Radiophonies, 15 novembre 1978 (disponible en ligne sur le site de l’INA).

 

 

1938

Robert Gaupp, « Krankheit und Tod des paranoischen Massenmörders Hauptlehrer Wagner. Eine Epikrise  », Zeitschrift für die gesammte Neurologie und Psychiatrie, 163, 1, pp.48-82 (1938)

Jean Fretet, Les causes affectives de l’érotomanie, principalement chez l’homme, (Thèse de médecine, Faculté de médecine de Paris), Alcan, Paris, 1938

°°°°°

Lucien Lévy-BruhlL’expérience mystique et les symboles chez les primitifs, Paris, Alcan, 1938

 

 

 
 

                                                                                                1939 

Kurt Schneider, Psychischer Befund und psychiatrische Diagnose, Thieme, Stuttgart, 1939. Cet ouvrage préfigure  la Psychopathologie Clinique que Kurt Schneider, pour des raisons politiques évidentes, ne pourra publier qu’en 1950  (cf ci-dessous). Schneider y développe sa théorie des onze symptômes de premier rang de la schizophrénie.

°°°°°

H.S. Darlington, « The Meaning of Head Hunting: An Analysis of a Savage Practice and its Relationship to Paranoia  »,  Psychoanalitical Review, 26, pp.55-68 (1939)

°°°°°

J. Vié & P. Raucoules, « Erotomanie de type passionnel pur. Régression pragmatique », Annales médico-psychologiques, 15, II, pp. 531-537, 1939

 P. Lôo, J. Salmon, « Sur un cas d’érotomanie pure », Annales médico-psychologiques, 15, I, pp. 670-678, 1939

 J. Fretet, M. Duchêne, « Discussion d’un diagnostic d’érotomanie pure », Annales médico-psychologiques, 15, II, pp. 524-531, 1939

J. Fretet,  « Définition de l’érotomanie », Annales médico-psychologiques, 15, 97, II, pp. 517-523, 1939 

 


1940

C. Thompson, «  H. S. Darlington. ‘The Meaning of Head Hunting: An Analysis of a Savage Practice and Its Relationship to Paranoia’», Review, Int. Journal of Psycho-Analysis, 21, pp.99 (1940)

R. Knight, « The relationship of latent homosexuality to the mechanisms of paranoid delusions », Bulletin of the Menninger Clinic, 4, 5, pp. 149-150, 1940

 


1942

Publication aux PUF des Œuvres Psychiatriques de  Gaëtan Gatian de Clérambault, avec préface de Paul Guiraud.

Ludwig Binswanger, Grundformen und Erkenntnis menschlichen Daseins, Max Niehans, Zurich, 1942

Robert Gaupp, «  Zur Lehre von der Paranoia », Zeit. f. d. ges. Neurologie. und Psychiatrie, 174, 1, pp.762-810 (1942)


1945

M. Langer, «  Paranoia Y Homosexualidad: Angel Garma », Review, Psychoanalitical Quaterly, 14, p.415 (1945)

1946

R.C. Bak & M.D. « Masochism in Paranoia  », Psychoanalitical Quaterly, 15, pp.285-301 (1946)


1947

S. Keiser, « ‘Masochism in Paranoia.’: Robert C. Bak », Abstract, International Journal of Psycho-Analysis 28, pp.49 (1947)

Frank Berner, « Psychoanalysis of a Case of Paranoia, Ludwig Eidelberg », Abstract, International Journal of Psycho-Analysis, 28, pp.48 (1947)

H. W., « Relaciones De Objeto En La Paranoia Masculina Y Femenina: Durval Marcondes », Abstract, Psychoanalitical Quaterly, 16, pp.448 (1947)




1948

F. Berner, «‘Some Mechanisms of Paranoia.’: Nathaniel Thornton », Review, International Journal of Psycho-Analysis, 29, pp.178 (1948)



1949

En Inde est adopté le Madras Vexatious Litigation (Prevention) Act (Act 8 of 1949) qui sera suivi du Maharashtra Vexatious Litigation (Prevention) Act (Act XLVIII of 1971). En 2005, un projet de loi (Draft bill – The Vexatious Litigation Prevention Bill ) vise à réunir ces deux Acts sous un seul et même intitulé, valant pour l’ensemble de la République d’Inde. De tels Acts, calqués sur les Vexatious Actions Acts adoptés au Royaume-Uni en 1896, ont pour but d’interdire l’accès des tribunaux aux vexations litigants plaideurs trop belliqueux, ou plaideurs vexatoires : nom donné, dans le champ juridique, à ceux que les psychiatres désignent du nom de  paranoïaques quérulents) :  « The main purpose of enacting the law on the subject is to prevent a person from instituting or continuing vexatious proceedings habitually and without reasonable ground in the High Courts and subordinate courts». Des Acts similaires existent, ou sont en projet, en Nouvelle-Zélande, Australie, Canada, et autres pays appartenant ou ayant appartenu au Commonwealth britannique. 

°°°°°

Kurt Schneider, : « Zum Begriff des Wahns »,  Fortschritte der Neurologie – Psychiatrie, 17, pp. 26-31, 1949.  Dans cet article, qui annonce et préfigure les orientations théoriques des DSM contemporaines, Kurt Schneider renverse les théories de Kraepelin, et inclut les délires paranoïaques dans le groupe des psychoses endogènes — c’est-à-dire, des schizophrénies

°°°°°

Mauritz Katan inaugure consacre une série d’articles au Président Schreber :

H. Rosenfeld, «  Remarks on the Relation of Male Homosexuality to Paranoia, Paranoid Anxiety and Narcissism », International Journal of Psycho-Analysis, 30, pp.36-47

«Some Mechanisms of Paranoia. Nathaniel Thornton», Review,  Psychoanalytical Quarterly, 18, pp.529 (1949)

E. Hitschmann,  «  Swedenborg’s Paranoia » American Imago, 6, pp. 45-50 (1949)

 


1950

Paul Guiraud,  Psychiatrie générale, Paris, Le François, 1950.

Henri Ey (avec L. Bonnafé, S. Follin, J. Lacan, J. Rouart)  Le Problème de la psychogenèse des névroses et des psychoses, Desclée de Brouwer, 1950

K. Schneider, Klinische Psychopathologie, Thieme, Stuttgart, 1950 Les éditions successives de la Psychopathologie clinique de Kurt Schneider contribuèrent à vulgariser très largement la théorie des onze symptômes de premier rang de la schizophrénie , mais aussi à inscrire les délires paranoïaques dans l’orbite directe des délires schizophréniques. En cela, Kurt Schneider peut être considéré comme le fidèle disciple de Karl Wilmanns, son prédécesseur  à la tête de la Psychiatrische Universitätsklinik Heidelberg. Les représentant de l’école de psychiatrie de Heidelberg eurent en effet, dès l’entre-deux-guerres,  tendance à s’opposer aux théories de Kraepelin qui faisaient de la paranoïa une entité indépendante ; selon eux, la paranoïa devait au contraire appartenir au groupe des schizophrénies. Les DSM actuels héritent de leurs orientations théoriques et s’avèrent donc, sur ce point, non pas néo-kraepeliniens, mais anti-krapeliniens  (quoiqu’ils prétendent le contraire).

 


1950 + 1

M. Heiman, « Remarks on the Relation of Male Homosexuality to Paranoia, Paranoid Anxiety and Narcissism. Herbert Rosenfeld », Review, Psychoanalitical Quaterly, 20, pp.321-322 (1951)

W. La Barre, «  Pediatrics, Paranoia and Peace », American Imago, 8, pp.99-105



1952

Publication de la première version du DSM Diagnostic and Statistical Manual of Mental DisordersAmerican Psychiatric Association, Washington, 1952).

A. van der Heydt, Querulatorische Entwicklungen. Marhold, Halle, 1952

K. Schneider, Ueber den Wahn, Thieme, Stuttgart, 1952

J. Delay, J. Denicker, J. Galibert,  « L’illusion des métamorphoses de l’objet dans l’érotomanie », Annales médico-psychologiques, (Séance du 9 juin 1952), 110, pp. 248-249, 1952

J. Borel, Les psychoses passionnelles. Paris, L’expansion scientifique française, 1952



1953

Suite au procès R v Koortz, les  M’Naghten Rules sont reformulées en Afrique du Sud : les règles en vigueur pregnant désormais en compte des impulsions irresistibles (irresistible impulse). Elles  stipulent  : « A person is not punishable for conduct which would in ordinary circumstances have been criminal if, at the time, through disease of mind or mental defect – (a) he was prevented from knowing the nature and quality of the conduct, or that it was wrong; or (b) he was the subject of an irresistible impulse which prevented him from controlling such conduct ».

 De manière plus générale, c’est à partir des années 1950 qu’au Royaume-Uni comme dans les pays de l’actuel Commonwealth commencent à être modifiées les M’Naghten Rules. Ces soixantes dernières années, les amendements aux M’Naghten Rules ne cessent de se succéder — avec notamment l’adoption, en Grande-Bretagne, de lHomicide Act 1957  puis des Criminal Procedure (Insanity and Unfitness to Plead) Act 1991. Les M’Naghten Rules restent pourtant considérées comme la ‘référence historique’ en la matière. 

N. Morris, « “Wrong” in the M’Naughten rules », The Modern Law Review, 16, 4, pp. 435-440, 1953

°°°°°

1953 Sortie du film El (Tourments) de Buñuel, qui décrit la lente descente dans la folie de Francisco, en proie au délire de jalousie.


 

1954

Les  M’Naghten Rules, jugées inadéquates car « basées sur une manière de concevoir l’aliénation entièrement obsolète et fausse » ( « based on an entirely obsolete and misleading conception of the nature of insanity »)  sont pour la première fois depuis 1843, reformulées par une Cour d’appel, aux Etats-Unis. A leur place sont adoptées les Durham Rules, aussi connues sous le nom de Product Test.  Elles stipulent : « an accused is not criminally responsible if his unlawful act was the product of mental disease or defect ». Les Durham Rules furent cependant largement critiquées, d’abord parce qu’elles semblaient donner trop de pouvoir aux “experts”, ensuite parce que leur définition de “l’aliénation mentale” n’était pas assez précise, et trop extensive. Ces Rules furent donc abandonnées en 1972 (excepté au New Hampshire) en faveur des critères édictés par le Model Penal Code (« a defendant is not responsible for criminal conduct « if at the time of such conduct as a result of mental disease or defect he lacks substantial capacity either to appreciate the criminality of his conduct or to conform his conduct to the requirements of the law. » ). 

 

R. Schafer, « Psychoanalytic Interpretation in Rorschach Testing », Grune and Stratton, New York, 1954.  Schafer met en évidence certaines réactions spécifiquement paranoïaques au test Rorschach, liées au mécanisme de projection pathologique. (voir aussi, ci-dessous : Bauer, 1963)

 
 


1955

A Sainte-Anne, Jacques Lacan consacre son séminaire à la question des Psychoses. Il propose une relecture du texte de Freud portant sur le cas du Président Schreber. Le texte de ce séminaire paraîtra au Seuil en 1981 : J. Lacan, Le Séminaire. Livre III. Les Psychoses.

Dans La psychanalyse n°4, « Les Psychoses », p.1-50, paraît d’autre part le texte de Lacan «  D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose »(daté de décembre 1957-janvier 1958). Il sera inclus dans les Ecrits publiés en 1966.

Henri Ey (avec 142 collaborateurs), Traité de psychiatrie de l’Encyclopédie Médico-chirurgicale, 1955

J. Dublineau, G. Segur, B. Honoré, « Le test de Rorschach chez les paranoïaques », Bulletin du Groupement Français du Rorschach,  7, pp. 2-26., 1955

M. Kanzer, « Gogol—a Study on Wit and Paranoia »,  Journal of the American Psychoanalytic Association, 3, pp. 110-125 (1955)



1956

T. Freeman, «  Mark Kanzer. ‘Gogol: A Study on Wit and Paranoia” », Review, International Journal of Psycho-Analysis, 37, pp.207 (1956)

1959

William Niederland inaugure une série de travaux  sur le cas Schreber :

  • « The “Miracled-Up” World of Schreber Childhood », Psychoanal.  Study of the  Child., 14, pp.383-413 (1959)
  • « Schreber’s Father », Journal of the American Psychoanalytical Association. 8, pp. 492-499 (1960)
  • « The Schreber case sixty years later », International Journal of Psychiatry,  10, pp. 79-84 (1972)
  • Der Fall Schreber. Das psychoanalytische Profil einer paranoiden Persönlichkeit, Suhrkamp, Frankfurt am Main 1978

« Gogol: A Study on Wit and Paranoia. Mark Panzer », Review, Psychoanal.Quaterly, 28, pp.558 (1959)

°°°°°

N. Cameron, « Paranoid Conditions and Paranoia », in S. Arietti, American Handbook of Psychiatry, 1959

 


1960 

Elias Canetti,  Masse und Macht  (trad. fr. Masse et puissance), Claasen, Hamburg 1960. Où l’on retrouve Schreber, au chapitre Herrschaft und Paranoia.

°°°°°°°

H. Ey,  P. Bernard ,  Ch. Brisset,   Manuel de psychiatrie, Masson, Paris. Ce manuel servira de bréviaire pour plusieurs générations de psychiatres (ici : sa  sixième édition de 1989)



1961

M. Shepherd, « Morbid jealousy : Some clinical and social aspects of a psychiatric symptom », Journal of Mental Science, 107, pp. 687–753,1961

R. White, « The Mother-Conflict in Schreber’s Psychosis », International Journal of Psychoanalysis, 42, pp. 55-73, 1961

 
 
 
 

1962

C.F. Hesselbach, « Superego Regression in Paranoia », Psychoanalitical Quaterly, 31, pp.341-350 (1962)

A.C. Carr, « Observations on Paranoia and their Relationship to the Schreber Case », International Journal of Psycho-Analysis, 44, pp. 195-200 (1962)

J. Kestemberg, « À propos de la relation érotomaniaque », Revue Française de Psychanalyse, 26, 5, p. 533-589, 1962


1963

P.M. Kitay « Symposium on ‘Reinterpretations of the Schreber Case: Freud’s Theory of Paranoia’ », Int. J. of Psycho-Analysis, 44, pp. 191-223 (1963)

R. White, « The Schreber Case Reconsidered in the Light of Psychosocial Concepts », International Journal of Psychoanalysis, 44, pp. 213-221, 1963. Cette analyse se fonde sur la méthode eriksonienne, qui privilégie l’étude des phases de développement psycho-social de la personnalité. Selon White, Schreber n’aurait jamais été doté d’un moi structuré, et aurait dû se contenter, tout au long de son existence,  d’une sorte de «  pseudo-autonomie » : il « produitsit une ressemblance de structure moïque  ». La non-résulution de son conflit oeidipien, conséquence de son identification précoce à un père atteint de graves compulsions, aurait été cause d’une vulnérabilité insurmontable.

J. Nydes,  « Schreber, parricide and paranoid-masochism », International Journal of Psycho-Analysis, 44, 2, 1963  —  « The paranoid-masochistic character », Psychoanalytic Review, 50, 2 pp. 55-91, 1963

E. Bauer Signes particuliers au Rorschach de paranoïaques », Bulletin de Psychologie, 17, pp. 126-129,  1963

 
 
 
 
 

1964

Au Royaume-Uni est adopté le Criminal Procedure (Insanity) Act 1964 qui modifie le Trial of Lunatics Act  de 1883 .

E. Johanson, « Mild Paranoia. Description and analysis of fifty-two in-patients from an open department for mental diseases », Acta Psychiatrica Scandinavica, 39, pp. 171-174, 1964

J.-C. Sempé, « Les deux faces du paranoïaque », Perspectives Psychiatriques, 7, pp. 27-39, 1964


1965

«  Symposium on ‘Reinterpretation of the Schreber Case : Freud’s Theory of Paranoia », Review,  Psychoanalitical Quaterly, 34, pp. 615-617 (1965)

P.M. Kitay, «  Symposium on “Reinterpretations of the Schreber Case: Freud’s Theory of Paranoia” (Symposium su “Reinterpretazioni del caso Schreber: la teoria di Freud della paranoia”).Rivista di Psicoanalisi, 11, pp.191-223 (1965)


1966

Jacques Lacan, Écrits, Seuil, Paris, 1966.

Eugène Minkowski, Traité de Psychopathologie,  PUF, 1966

P.C. Racamier, « Esquisse d’une clinique psychanalytique de la paranoïa », Revue Française de Psychanalyse, 30, 1, pp. 3-26, 1966

J. Chasseguet-Smirgel, « Notes de lecture en marge de la révision du cas Schreber », Revue Française de Psychanalyse, 1, pp. 41-61,  1966

I. Barande, « La paranoïa. Aspects psychanalytiques », Revue Française de Psychanalyse, 30, pp. 1-172, 1966

J. Chazaud,  « Contribution à la théorie psychanalytique de la paranoïa » Revue Française de Psychanalyse, 30, 1, pp. 91-119, 1966

J.-C. Sempe, « Projection et paranoïa », Revue Française de psychanalyse, 30, 1, pp. 69-92,1966


1967 

François Perrier, « De l’érotomanie », in Le désir et la perversion, Paris, Seuil, pp. 129-151, 1967

G. Benoit, Les délires chroniques. Paris, Doin (1967)

T.E. Allen, « Suicidal Impulse in Depression and Paranoia », International Journal of Psycho-Analysis, 48,  pp. 433-438 (1967)


 
 
 


1968

Publication de la deuxième version du DSMDiagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Second Edition, American Psychiatric Association, Washington, 1968

 Richard Hofstadter,  «  The Paranoid Style in American Politics », Harper’s Magazine, November 1964. Dans ce court essai, Hostadter tente de décripter la rhétorique paranoïaque à l’œuvre dans le discours des hommes politiques et activistes américains. La notion de style paranoïaque, et par extension celle de paranoïa, passent dans le grand public – non sans gagner un sens nouveau, distinct du premier.


1969

Mauritz Katan, « A Psychoanalytic Approach to the Diagnosis of Paranoia »Psychoanalitical Study of the Child, 24, pp. 328-357 (1969)

W.F. Prince, «  Two Cures of ‘Paranoia’ by Experimental Appeals to Purported Obsessing Spirits », Psychoanalitical Review, 56, pp.57-86, 1969

G. Rosolato, « Paranoïa et scène primitive », in Essais sur le symbolisme, (Gallimard, Paris,1969), p.199

 


1970

M. Sami-Ali, De la projection, Paris, Payot, 1970

J. Anglade, Paranoïa et psychoses passionnelles, Thèse de Médecine, Tours, 1970

A. Lewis, « Paranoia and paranoid: a historical perspective », Psychological Medicine, 1, pp. 2-12, 1970

D.W. Swanson, P.J. Bohnert, J.A. Smith, The Paranoid, Little Brown, Boston, 1970

[ s.n. ] «   Two Cures of ‘Paranoia’ by Experimental Appeals to Purported Obsessing Spirits », Review, Psychoanalitical Quaterly, 39, pp.338 (1970)’


1972

°*°*°*°*°*°*°   Deleuze & Guattari, L’Anti-Oedipe, Editions de Minuit, 1972. Où la machine paranoïaque se révèle comme avatar des machines désirantes résultant du rapport de ces dernières au corps sans organes,  en tant que celui-ci ne peut plus les supporter…  °*°*°*°*°*°*°*°**°*°*°*°*°*°*°*°*

André Green, «  Aggression, Femininity, Paranoia and Reality », International Journal of Psycho-Analysis, 53,  pp. 205-211 (1972)

J.B. Miller, «  Sexual Inequality: Men’s Dilemma (A Note on the Oedipus Complex, Paranoia and other Psychological Concepts) », American Journal of Psychoanalysis, 32, pp. 147-155 (1972)

H. Fingarette,  The Meaning of Criminal Insanity, University of California  Press, Berkeley, 1972

 


1973

Henri Ey,  Traité des hallucinations,, Masson, Paris,  1973

H. Dietrich, Querulanten, Ferdinand Enke-Verlag, Stuttgart, 1973

A. Sims, A. White, « Coexistence of the Capgras and De Clerambault syndromes. A case report », British Journal of Psychiatry, 123, pp. 653-657, 1973


1974 

Jean Bergeret, La personnalité normale et pathologique, Paris, Dunod, 1974. Pour Bergeret, les traits de caractère paranoïaques incluent la « projection narcissique [ … ], la raideur de comportement ; les reproches persécutoires ; idées grandiloquentes ; déformation de la réalité affective ; revendications affectives ; exubérance de l’humeur ; allergie aux frustrations ; intuitions interprétatives » – etc.

 Mauritz Katan, «  The Development of the Influencing Apparatus – A Study of Freud’s Article “A Case of Paranoia Running Counter to the Psycho-Analytic Theory of the Disease”» Psychoanal.  Study of the Child, 29, 473-510 (1974)

M. Enriquez, « Fantasmes paranoïaques : différence des sexes, homosexualité, loi du père », Topique, 13, pp.. 23-58, 1974

°°°°°

V.L. Tanna, « Paranoid states: a selected review », Comprehensive Psychiatry, 15 (6), pp. 453-470, 1974

B.A. Maher, « Delusional thinking and perceptual disorder », Journal of Individual Psychology, 30, pp. 98-113, 1974


1975

M. Hollender, A.H. Callahan,  « Erotomania or De Clérambault syndrome », Archives of General Psychiatry, 32, 12,  pp. 1574-1576, 1975

P. Polatin, « Psychotic disorders: Paranoid states », in Freedman, Kaplan & Sadock (eds), Comprehensive Textbook of Psychiatry, Williams and Wilkins,  Baltimore, 1975

 



1976

A. Bernstein, « Problems in Treating Paranoia: A Case Illustration», Mod. Psych., 26, pp.237-247, 1976 

J.C. Nemiah, « Parsing Schreber: reflections on Dr. Klein’s “Schreber Memoirs », Journal of Nervous & Mental Disease, 162, 6, pp. 391-392, 1976

R.H. Klein, « A computer analysis of the Schreber Memoirs »,  Journal of Nervous & Mental Disease, 162, 6, pp. 373-384, 1976

°°°°°

Le locataire (The Tenant) de Roman Polanski, adaptation cinématographique du roman Le locataire chimérique de Roland Topor (1964). Polanski, qui tient également le rôle principal (Trelkovski) aux côtés d’Isabelle Adjani (Stella) y explore les nuances du délire de persécution – depuis la période de doute jusqu’à la tentative de suicide finale, en passant par le vécu délirant hallucinatoire.

 

 

 

1977

G. Winokur,  « Delusional Disorder (Paranoia) », Comprehensive Psychiatry, 18, pp.511-521, 1977

J. Leyrie, R. Schmelck Manuel de psychiatrie légale et de criminologie clinique, Vrin, Paris, 1977. Avec une analyse du passage à l’acte paranoïaque, d’un point de vue médico-légal.

 
 
 

    1978

Theodore Kaczynski, surnommé par les agents de sécurité lancés à sa recherche The Unabomberfait exploser sa première bombe artisanale. Entre 1978 et 1995, seize de ses engins tuent trois personnes et en blessent vingt-trois autres. Il semblerait que Kaczynski ait été mené par des convictions politiques : en 1995,  il envoie à la presse un manifeste, La société industrielle et son futur (Industrial Society and its Future) dans lequel il expose ses vues sur les méfaits du « système industriel-technologique » et en appelle à une révolte planétaire.   Il fut arrêté en 1996 à Lincoln, Montana, dans la cahutte qu’il habitait et qui lui servait d’atelier, et condamné à la prison à la perpétuité.

E. Jayne, « The Dialectics of Paranoid Form », Genre, 2, 131-57, 1978. Jayne tente de trouver , tracer ou découvrir la frontière entre mondes virtuels et mondes paranoïaques. En définitive, il semblerait que les mondes paranoïaques soient tout simplement des mondes virtuels accomplis.

A.H. Coleman, A.T. Davidson, « M’Naghten rule : the right or wrong of criminal law », Journal of the National Medical Association, 70, 8, p.599, 1978

P. Aschwanden Die Behandlung der Querulanten im Zivilprozess, Dissertation, Recht-und staatswissenschaftliche Fakultät, Zürich  — Juris-Verlag, Zürich, 1978

 

       °°°°°°

J.-J. Ausseill, De la passion à la psychose. Thèse de médecine, Lille, 1978.

 

     1979  

J. Leyrie, « Le paranoïaque et la justice », Revue de Médecine, 5, p.12, 1979

G. Lanteri-Laura, « Classification des délires paranoïaques », Revue médicale, pp. 87-92, 1979

Luiz Eduardo Prado de Oliveira, Le cas Schreber : Contributions psychanalytiques de langue anglaise (1949-1975)PUF, Paris, 1979

Y. Cheziere, Passion, excès du mal, délire et traitement : réflexions sur quatre années de traitement d’un délire passionnel. CES Psychiatrie, Paris, Université Paris-7, 1979.

 

°°°°°

M.H. Hollender, J.H. Fishbein, « Recurrent pathological jealousy », The Journal of nervous and mental disease, 167, 8, pp. 500-501, 1979

R. Bolton, « Differential aggressiveness and litigiousness- Social support and social status hypotheses », Aggressive Behavior, 5, 3, pp. 233-255, 1979

°°°°°

W.W. Meissner, & S.J., « Narcissism and Paranoia: A Comment on “Paranoid Psychodynamics” » Contemporary Psychoanalysis, 15, pp. 527-538, 1979

°°°°°

C.W. Lidz,, « Conspiracy, Paranoia and the Problem of Knowledge », Qualitative Sociology, 1, 2, pp. 3-20, 1978. L’année suivante, J. Corzine réplique « On The Nature of Paranoia », Qualitative Sociology, 2, 2,  p.104, 1979

 
 

 



1980

Publication de la troisième version du DSM ( Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Third Edition,, American Psychiatric Association, Washington, 1980

°°°°

K.S. Kendler consacre une série d’articles qui exercent une influence décisive sur la redéfinition des délires paranoïaques (désormais connus sous le nom de troubles délirants) dans le DSM-III TR (publié en 1987) :

  • « The Nosological validity of paranoia (Simple Delusional Disorder) » Archives of General Psychiatry, 1980, 37, pp. 699-706, 1980
  • « Paranoid Psychosis (delusional disorder) and schizophrenia : A family history study », Archives of General Psychiatry, 1981, 38, pp. 547-551, 1981
  • « Nosology of Paranoid Schizophrenia and other Paranoid Psychoses »,  Schizophrenia Bulletin, 74, pp. 594-610, 1981

O. W. Stålström, « Querulous Paranoia: Diagnosis and Dissent », Australian & New Zealand Journal of Psychiatry, 14, 2, pp. 145-150, 1980

R.L. Goldstein « Credibility and incredibility: The psychiatric examination of the complaining witness »,  American Journal of Psychiatry,  137, 10, p. 1238-1240, 1980

H. Jordan,  H. Gray, « De Clerambault Syndrome (Erotomania): A Review and Case Presentation », Journal of the National Medical Association, 72, 10, pp. 979-965, 1980

°°°°°

H.P. Blum, «  Paranoia and Beating Fantasy: An Inquiry Into the Psychoanalytic Theory of Paranoia » Journal of the American Psychoanalytic Association, 28, pp. 331-361 (1980)

 

1981

Daniel LagacheLa jalousie amoureuse : psychologie descriptive et psychanalyse, PUF, Paris, 1981

°°°°°

B.N. Gangadhar & alii, « A case of De Clerambault’s Syndrome with Capgras phenomenon », Indian Journal of Psychiatry, 23-4, pp. 373-374, 1981


1982

« Paranoïa : ses paradoxes », numéro spécial de la Revue Française de Psychanalyse, 46, 1, 1982, avec notamment :

—   A. Janneau, « Ni contradiction ni preuve, les deux versants de la paranoïa », pp.21-34

—   P. Denis, « Homosexualité primaire. Base de contradiction », pp.35-42

—  A. Fréjaville,  « De la scène primitive à l’homosexualité primaire et à la paranoïa », pp. 43-62

—  C. & S. Botella, « Sur la carence auto-érotique du paranoïaque », pp. 63-80

—  P. De Oliveira « Schreber, Mesdames, Messieurs », pp. 81-94

L. Lind, « Homosexuality and Paranoia »,  The Scandinavian Psychoanalytic Review, 5, pp.5-30 (1982)

°°°°°

J.-D. Guelfi, « Paranoïa et délires paranoïaques » in C. Koupernik & alii, Précis de psychiatrie, Flammarion, Paris, 1982

A. Munro, « Paranoia revisited », British Journal of Psychiatry, 141, pp. 344-349, 1982

B.G. Pollock, « Successful treatment of pathological jealousy with pimozide », Canadian journal of psychiatry / Revue canadienne de psychiatrie, 27, 1, pp. 86-87, 1982

M. Daly, M. Wilson, S.J. Weghorst, « Male sexual jealousy », Ethology and Sociobiology, 3, pp. 11-27, 1982

 



1983

J. Chazaud, Hystérie, schizophrénie, paranoïa, Privat, Toulouse, 1983

J. Guyotat, « La paranoïa aujourd’hui. Aspects cliniques et thérapeutiques », Psychiatries, 3, 56, 1, 1983

Pierre Loo,  « A propos du délire érotomaniaque de Clérambault », Annales médico-psychologiques, 141, 10, pp. 1091-1097, 1983

°°°°°

 H.E. Refsum, S. Zivanovic, C. Astrup, « Paranoiac Psychoses : a follow up », Neuropsychobiology, 10, 2-3, pp. 75-82, 1983

S. Cohen, T. Kamarck, R. Mermelstein, « A global measure of perceived stress »,  Journal of Health and Social Behavior., 24, 4, pp.385–396, 1983

°°°°°

C. Freedman,  « Towards Theory of Paranoia: The Science Fiction of Philip K. Dick »  Science-Fiction Studies. 11: 15-24, 1983



1984

Suite à la tentative d’assassinat du Président Reagan par John Hinckley (érotomane masculin qui voulait, par cet acte,  se faire remarquer par  l’actrice Jodie Foster, l’élue de son coeur),  l’Insanity Defense Reform Act  est adopté : il qui rend beaucoup plus difficile d’obtenir un verdict de « not guilty by reasons of insanity » : d’une certaine manière, on en revient aux M’Naghten Rules de 1843. 

°°°°°

Françis Dupré (also known as J. Allouch, E. Porge, M. Viltard), La solution du passage à l’acte. Le double crime des sœurs Papin, Ramonville Saint-Agne, Érès, 1984

J. Allouch, Lettre pour Lettre. Transcrire, traduire, translittérer. Toulouse, Érès, 1984.

M. Enriquez Aux carrefours de la haine – Paranoïa, masochisme et apathie, Épi, Paris, 1984

°°°°°

C. Astrup, « Querulent Paranoia: A Follow-Up », Neuropsychobiology, 11, 3, 1984

A. Munro, « Excellent response of pathologic jealousy to pimozide », Canadian Medical Associatoin Journal, 131, 8, pp. 852-853, 1984

 P. J. McKenna,  « Disorders with overvalued ideas », British Journal of Psychiatry, 145, pp. 579– 585, 1984

°°°°°

A.A. Lipton, « Was the “nervous illness” of Schreber a case of affective disorder? », American Journal of Psychiatry, 141, 10, pp. 1236-1239, 1984

D.B. Rinsley, « Schreber’s illness: dementia paranoides or affective disorder ?», International Journal of Psychoanalytical Psychotherapy, 10, pp. 377-382, 1984

°°°°°

C.A. MacDonald, « The Politics of Paranoia », History Today, 34, 7, p. 5, 1984

1985

G. Lanteri-Laura, L. Del Pistoia, H. Bel Habib,  « Paranoïa », Encyclopédie médico-chirurgicale, pp. 1-25, 1985

         °°°°°

P.E. Mullen, L.H. Maack, Jealousy, Pathological Jealousy, and Aggression. Aggression and Dangerousness, Farrington & Gunn, John Wiley & Sons, 1985

P.T. d’Orban, « Psychiatric aspects of contempt of court among women », Psychological Medicine, 15, 3, pp. 597-607, 1985

          °°°°°

P. Ellis,. G. Mellsop, « De Clerambault’s syndrome, a nosological entity ? »British Journal of Psychiatry, 146, pp. 90-95, 1985

A. Munro, « De Clérambault’s syndrome — a nosological entity » British Journal of Psychiatry, 146, pp. 561, 1985

 



1986

J.-C. Maleval, « Les meurtres immotivés ne sont pas sans cause »Synapse, 26, pp. 62-70, 1986

M. Makman, «    Adolescent Paranoia: Transference and Countertransference Issues »,Review, Psychoanalitical Quaterly, 55, pp. 545 (1986)

R.L. Goldstein « Forensic psychiatry and literature : Simenon’s syndrome or de Clérambault’s syndrome? (A psycho-literary postscript to erotomania) »,  Psychiatric Journal of the Univeristy of  Ottawa,  11, 1, pp. 15-17, 1986

D.W. Swanson, D.K. Swanson« Paranoid disorder: The Soviet viewpoint », American Journal of Psychiatry, 143, 7, pp.825-830, 1986



1987

Publication d’une révision de la  troisième version du DSM ( Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Third Edition Revised, American Psychiatric Association, Washington, 1987)

A. Munro, « Paranoid (delusional) disorders: DSM-III-R and beyond », Comprehensive Psychiatry, 28, 1, pp. 35-39, 1987

J. Kafka, Multiple Realities in Clinical Practice, Yale University Press, New Haven, 1989

P.A. Garety, D.R. Hemsley, « Characteristics of delusional experience »,  European Archives of Psychiatry and Neurological Sciences, 236, 5, pp. 294-298, 1987

E.T. Higgins, « Self-discrepancy: a theory relating self and affect »,  Psychological Review, 94, pp. 319-340, 1987

°°°°°

E. Wulff, « Der paranoische Verschwörungswahn », Psychiatrische Praxis, 14, 1, pp. 14-22, 1987

°°°°°

A. Zacher, « Pathological jealousy », The Psychoanalytic quaterly, 68, 4, pp. 616-638, 1987

S.F. Signer, J.L. Cummings, « De Clérambault’s syndrome in organic affective disorder. Two cases » British Journal of Psychiatry, 151, pp. 404-407,1987

R.L. Goldstein, « De Clérambault in court : a forensic romance », Bulletin of the American Academy of Psychiatry and the Law, 6, 3, pp. 267-274, 1987

R.L. Goldstein « More forensic romances: de Clérambault’s syndrome in men »,  Bulletin of the American Academy of Psychiatry and the Law, 15,  3, pp. 267-274, 1987

°°°°°

R.L. Goldstein, « Litigious paranoids and the legal system : The role of the forensic psychiatrist »,  Journal of Forensic Sciences, 32, 4,  pp. 1009-1015, 1987

R. Pons,  « Délires Quérulents », Société Médico-Psychologique, 1987, séance du 23-24 octobre — Annales médico-pschologiques, 146, 1-2, pp 104-108, 1988


1988

A. Bolzinger,  « Catamnèse et discussion du cas Aimée. Un délire sans psychose »,  Évolution Psychiatrique, 53, 2, pp. 299-317, 1988.

S. Opjordsmoen, « Hypochondriacal Psychoses : A long term foliow-up »Acta Psychiatrica Scandinavica, 77, pp. 587-597, 1988

°°°°°

D.A. Garfield, « Paranoia and The Ego-Ideal: Death of a Salesman’s Son », Journal of American Academy of Psychoanalysis, 16, pp. 29-46, 1988

 

°°°°°

R.L. Goldstein, M. Rotter, « The psychiatrist’s guide to right and wrong : Judicial standards of wrongfulness since M’Naghten », Bulletin of the American Academy of Psychiatry and the Law, 16, 4, pp. 359-367, 1988

M.W. Rowlands, « Psychiatric and legal aspects of persistent litigation », British Journal of Psychiatry, 153, pp. 317-32, 1988

I. Freckleton, « Querulent Paranoia and The Vexatious Complainant », International Journal of Law and Psychiatry,  11, pp. 127-143, 1988

I. Freckelton, « The Vexatious Complainant », International Journal of Law and Psychiatry, 11, 2,  pp. 127-143, 1988


1989

Pierre Legendre, Le Crime du Caporal Lortie. Traité sur le Père, Fayard,  Paris, 1989. L’Aimée de Lacan, les soeurs Papin, le Caporal Lortie : autant de cas paradigmatiques du passage à l’acte paranoïaque. Pierre Legendre livre ici ses réflexions sur Lortie, son acte, ses coordonnées juridiques, psychiatriques, anthropologiques.

 J.-C. Maleval, « Le champ passionnel de la psychose », Évolution Psychiatrique, 54, 1, 1989 

Quentin Debray,  L’idéalisme passionné,  PUF,  Paris,  1989

°°°°°

L. Sagnes, C. de Tychey, « Angoisse de morcellement par peur de la pénétration anale et paranoïa : approche psychodynamique sur un cas à l’aide du test de Rorschach », Psychologie Médicale, 21, 1, pp. 91-95,  1989

 I. Rousselle, O. Husain, A. Dreyfus, « Les prudents et les méfiants. Diversité de la paranoïa au Rorschach », Bulletin de Psychologie, XLIII, n° 396, pp. 716-719, 1989

°°°°°

L. Grossman, «  Paranoia and the Ego-Ideal: Death of a Salesman’s Son », Review, Psychoanalitical Quaterly, 58, pp. 506-507, 1989

T.A. Aronson, «  Paranoia and Narcissism in Psychoanalytic Theory: Contributions of Self Psychology to the Theory and Therapy of the Paranoid Disorders »Psychoanalytical Review, 76, pp. 427-449 (1989)

H.S. Bloch  « The Common Core of Paranoia and Depression » Psychoanalytic Inquiry, 9, pp. 427-449 (1989)

°°°°°

A. Byrne, L.N. Yatham, « Pimozide in pathological jealousy, British Journal of Psychiatry 155, pp. 249-251, 1989

J.H. Segal, « Erotomania revisited : from Kraepelin to DSM-III-R », American Journal of Psychiatry, 146, 10, 1261-1266, 1989

J.R. Meloy, « Unrequited love and the wish to kill: Diagnosis and treatment of borderline erotomania », Bulletin of the Menninger Clinic,  53, 6, pp. 477-492, 1989

°°°°°

S. Smith, « Vexatious Litigants and Their Judicial Control — The Victorian Experience » Monash Law Review, 15, pp. 48-67, 1989




1990

« Autour de la paranoïa », numéro spécial de Perspectives Psychiatriques, 21, 1990

J. Chazaud, « Retour à la paranoïa », Persepctives psychiatriques, 21, 1-6 (1990)

 P.C. Racamier, « La paranoïa revisitée », Perspectives psychiatriques, 29, 1, pp. 8-21, 1990

°°°°°

M.H. Klein, «  A Flaw in Grünbaum’s Proof : Did Freud Empirically Verify His Theory of Paranoia ? » Psychoanalysis and Contemporary Thought, 13, pp. 107-116 (1990)

L. Diamant, « A Note on the Possibility of a Paranoia of Everyday Life »,Psychoanalitical  Review, 77, pp. 201-218  (1990)

°°°°°

G.G. Möllhoff, « Historical, social and psychiatric aspects of the querulous patient », Offentliche Gesundheitwesen,  52, 3, pp. 123-127, 1990. Suivront demux autres articles :

— « Querulanten – Anmerkungen zu einem unerschöpflichen Thema in der forensischen Psychiatrie » in H. Binder, Macht und Ohnmacht des Aberglaubens : Magie, Wissenschaft, Pseudowissenschaft, Hohe Warte, Pähl, pp. 182-199, 1992

— « Querulous patients », Versicherungsmedizin, 46, 2, pp. 63-8, 1994. Möllhoff tente d’établir un diagnostic différentiel permettant de distinguer des traits de quérulence à caractère psychogène, propres à certaines personnalités pathologiques,  troubles névrotiques et psychoses schizophréniques. Il en tire une série de conclusions en matière d’expertise médico-légale, dans le but d’éclairer les décisions des cours de justice.

°°°°°

L.M. Iruela, I. Gilaberte, L. Caballero, S.C. Oliveros, « Pathological jealousy and pimozide»British Journal of Psychiatry, 156, p. 749, 1990

En parallèle commence de paraître une série de travaux de P.E. Mullen, portant sur la jalousie pathologique :

  • « A phenomenology of jealousy », Australian and New Zealand Journal of Psychiatry, 24, pp. 17-28, 1990
  • « The crime of passion and the changing cultural construction of jealousy », Criminal Behaviour & Mental Health, 3, pp. 1 – 11, 1993
  • « The Clinical Management of Jealousy », Directions in Psychiatry, 15, Lesson 20, 1995

°°°°°

M. Rudden, J. Sweeney, A. Frances, « Diagnosis and clinical course of erotomanic and other delusional patients », American Journal of Psychiatry, 147, 5, pp. 625-628, 1990

J.M. O’Dwyer, « Coexistence of the Capgras and de Clérambault’s syndromes », British Journal of Psychiatry, 156, pp. 575-577, 1990 

 




1991

« Actualité et limites de la paranoïa », Trimestre psychanalytique, 4, 1991

 

°°°°°

M. Coltheart, M. Davies (ads), Pathologies of Belief (Readings in Mind and Language)Blackwell, London, 1991

C. Walker, « Delusion: What did Jaspers really say? »The British Journal of Psychiatry, 159, 14, pp. 94-103, 1991

D.L. Braff, W. Bulter, « Delusions: A Review and Integration »Schizophrenia Bulletin, 17, 4, pp. 633-647, 1991

P.A. Garety, D.R. Hemsley, S. Wessely, « Reasoning in deluded schizophrenic and paranoid patients. Biases in performance on a probabilistic inference task »  Journal of Nervous and Mental Disease, 179, 4, pp. 194–201, 1991

 R.P. Bentall, S. Kaney, M.E. Dewey, « Paranoia and social reasoning: an attribution theory analysis »,  British Journal of Clinical Psychology, 30, 1, pp. 13-23, 1991

N. Retterstøl, «Course and outcome in paranoid disorders»Psychopathology, 24, 5, pp. 277-286, 1991

°°°°°

G. Buffone « Understanding and Managing the Litigious Patient », Psychotherapy in Private Practice, 9, 2, pp. 27-45, 1991

A.  Dinger,  U. Koch, Querulanz in Gericht und Verwaltung, Beck, München 1991

°°°°°

S.F. Signer, « Les psychoses passionnelles” reconsidered: a review of de Clérambault’s cases and syndrome with respect to mood disorders »,  Journal of Psychiatry and Neuroscience, 16, 2, pp. 81-90, 1991

A.J. Giannini, A.E. Slaby, T.O. Robb, « De Clérambault’s syndrome in sexually experienced women », Journal of Clinical Psychiatry, 52, 2, pp.84-86, 1991

Giordana Jy, « Evolution du concept d’érotomanie », Revue Française de Psychiatrie, 9, 8, pp. 20-27, 1991

°°°°°

La même année, paraissent une série d’articles et ouvrages sur la jalousie pathologique  :

  • G.L. White, P.E. Mullen,  Jealousy: Theory Research and Clinical StrategiesGuilford Press, New York, 1989 (2nde éd.  1991)

°°°°°

Une série d’interchanges dans le domaine éducatif :

 



1992

Le 24 aout 1992, Valery Fabrikant abat quatre de ses collègues à l’Université de Concordia, Montréal, Canada. Avant les faits, Fabrikant était connu pour son tempérament querelleur, sinon quérulent ; les autorités québécoise n’avaient pourtant pas jugé bon d’intervenir, et personne n’avait fait grand cas de ses accusations répétées d’imposture intellectuelles dirigées contre ses collègues, qu’il n’avait jamais portées devant les tribunaux. Morris Wolfe s’est attaché à retracer la trajectoire de Fabrikant et sa longue lutte contre l’Université de Concordia dans un texte disponible en ligne : « Dr Fabrikant’s Solution ». Mathieu Beauregard, a d’autres part publié une analyse sociologique sur la question : La folie de Valery Fabrikant : une analse sociologique, L’harmattan, 1999.

°°°°°

Mary Douglas, Risk and Blame, Essays in Cultural Theory, Routldge, London, 1992. Une étude anthropologique de la notion de risque qui permet aussi de mieux appréhender le biais cognitif (mais aussi et surtout politique, culturel, et social)  consistant à attribuer à l’autre (dieux, démons, ou dans nos sociétés modernes, système étatique) la faute de ses propres manquements.

°°°°°

Henry Zvi Lothane,  In defense of Schreber. Soul murder and psychiatry. Analytic Press, Hillsdale, 1992

°°°°°


S. Kaney, R.P. Bentall, « Persecutory delusions and the self-serving bias. Evidence from a contingency judgment task
» , Journal of Nervous and Mental Disease, 180, 2, pp. 773-780, 1992

S. Kaney, M. Wolfenden, M.E. Dewey, R.P. Bentall, « Persecutory delusions and recall of threatening propositions »British Journal of Clinical Psychology, 31, 1, pp. 85-87, 1992

G. Roberts,  « The Origins of  Delusion », British Journal of Psychiatry, 161, pp. 298-308, 1992

A. Fenigstein, P.A. Vanable,  « Paranoia and self-consciousness », Journal of Personality and Social Psychology, 62, 129–138, 1992

O.P. Almeida, R. Howard, H. Förstl, R. Levy : «  Should the diagnosis of late paraphrenia be abandoned ? » Psychological Medicine, 22, 1, 11-4, 1992. Contribution à une question qui, depuis une vingtaine d’année, défraie régulièrement la chronique : le diagnostic de paraphrénie (une entité traditionnellement située entre les délires paranoïaques et les schizophrénies) a-t-il encore un sens ? Les DSM ont tranché depuis longtemps, en situant les paranoïas dans l’orbite directe des schizophrénies. En France, par contre, la question reste d’actualité.

H.G. Kennedy, L.I. Kemp, D.E. Dyer, « Fear and anger in delusional (paranoid) disorder : the association with violence », British Journal of Psychiatry, 160, pp. 488-492, 1992

P. Berner et al., Diagnostic criteria for functional psychoses, Cambrige, Cambridge University Press, 1992

°°°°°°

P. O’Donnell, « Engendering Paranoia in Contemporary Narrative », Boundary, 2,  19,1, 181-204, 1992

°°°°°°


D.M. Buss, R.J. Larsen, D. Westen, J.  Semmelroth
, « Sex differences in jealousy: Evolution, physiology, and psychology », Psychological Science, 3, pp. 251–255, 1992

 G.B. Leong, J.A. Silva, « The physician as erotomanic object »,  Western Journal of Medicine,  J Med., 156, 1, pp. 77-78, 1992



1993 

P. de NeuterLes folles passions de Louis II de Bavière, avec textes de P. de Neuter, F. Bernard, G. Cacho, M.Ch. Cadeau, L. Marin, Ph. Meremans, A. Roelandts, J.P. Roussaux, Points Hors-Ligne, Paris, 1993

V. Papadakos, « A propos d’un cas de psychose paranoïaque évoluant depuis vingt-sept ans. Considérations nosographiques et réflexions psychopathologiques sur les délires chroniques » Information psychiatrique 69, 2,  pp. 141-147 (1993) 


°°°°°

A. M. Cooper,  «Paranoia: A Part of Most Analyses » Journal of the American Psychoanalytic Association, 41, pp. 423-442 (1993)

M. Goldwert
, « Teleology and Paranoia: The Search for Meaning », Psychological Reports, 72,  pp.326, 1993


°°°°°°


P.A. Boxer
, « Assessment of potential violence in the paranoid worker », Journal of Occupational and Environmental Medicine, 35, 2, pp. 127-1311993

G.S. Ungvari, « Successful Treatment of Litigious Paranoia with Pimozide », Canadian Journal of Psychiatry, 38, 4-8, 1993

A.W. Kruglanski, D.M. Webster, A. Klem, « Motivated resistance and openness to persuasion in the presence or absence of prior information »,  Journal of Personality and Social Psychology, 65, pp. 861-876, 1993

G. Sacerdoti, « Giovanni Carlo Zapparoli. Paranoia e tradimento: per una teoria dei bisogni  », Review, Rivista di Psicoanalisi, 39, pp. 219-225 (1993)

 

 



1994

Publication de la quatrième version du DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fourth Edition, American Psychiatric Association, Washington, 1980)

   °°°°°

Jean AllouchMarguerite, ou l’aimée de LacanEPEL, 1994 (avec postface de Didier Anzieu).  Soixante ans après la publication de la thèse de médecine de Jacques Lacan, Jean Allouch tente d’aller, à son tour, à la rencontre de Marguerite Anzieu, (désignée sous le nom d’Aimée par Lacan, dans sa thèse). Didier Anzieu, fils de Marguerite, et lui-même psychanalyste,  signe la postface.

°°°°°

V. Kapsambelis, N. Gougoulis, « Paranoïa masculine et maternité », Revue Internationale de Psychopathologie, 14, pp. 163-210, 1994

A. Manus,  « Délires chroniques : diagnostic, évolution, traitement ». Revue du praticien, 44, 10, pp. 1407-1410 (1994).

A. Simonnot, La tolérance de la femme du jaloux pathologique: étude dans le cadre du délire passionnel du mari, DES Psychiatrie, Bobigny, Université Paris Nord.

°°°°°

O.F. Kernberg,  « Leadership styles and organizational paranoiagenesis » in Oldham & Bone eds., Paranoia : New Psychoanalytic Perspectives, International Universities Press, Madison, pp. 61-79, 1994. Une analyse de la personnalité des « leaders », et de la manière dont ils influent sur les tendances paranoïaques à l’oeuvre dans chaque institution.

Hanna Segal,  « Paranoid Anxiety and Paranoia », in Oldham and Bone eds., Paranoia : New psychoanalytic Perspectives, International Universities Press, Madison, pp. 17 – 26, 1994

E. Auchincloss, R. W. Weiss, « Paranoid Character and the Intolerance of Indifference », in Oldham and Bone eds., Paranoia : New psychoanalytic Perspectives, International Universities Press, Madison, pp. 27-48, 1994

M.C. Gislon, « Paranoia: new psychoanalytic perspectives », Review,  Rivista di Psicoanalisi, 41 , pp. 320-322 (1994)

°°°°°°

R.P. Bentall, P. Kinderman, S. Kaney « The self, attributional processes and abnormal beliefs: towards a model of persecutory delusions », Behavior Research and Therapy, 32, 3, pp. 331-341, 1994

J.A. Silva, G.B. Leong, R. Weinstock, K.K. Sharma, R.L. Klein, « Delusional misidentification syndromes and dangerousness »,  Psychopathology, 27, 3-5, pp. 150-153, 1994

P. Chadwick, C.F. Lowe, « A cognitive approach to measuring and modifying delusions », Behaviour Research and Therapy, 32, 3, pp. 355­‑376, 1994

H.M. Lyon, S. Kaney, R.P. Bentall,  « The defensive function of persecutory delusions. Evidence from attribution tasks »,  British Journal of  Psychiatry, 164, 5, pp. 637-46, 1994

B. Dalle, « Espaces psychanalytiques dans le traitement de l’érotomanie », Nervure, 7, 7, pp. 109-111, 1994

B.E.  McGuire, E. Akuffo, G.L. Choon, « Somatic sexual hallucinations and erotomanic delusions in a mentally handicapped woman », Journal of  Intellectual Disability Research, 38, 1, pp. 79-83, 1994


°°°°°°

R. K. Siegel, Whispers, The Voices of Paranoia, Crown Publishers, 1994



1995

P. Trower, & P. Chadwick, « Pathways to defense of the self: A theory of two types of paranoia »Clinical psychology, 2, pp. 263­‑278, 1995. Dans cet article, Trower et Chadwick proposent de distinguer deux types de paranoia, qu’ils nomment Bad-me et Poor-me paranoia. Il se basent sur les théories du self, et ouvrent de nouveaux horizons thérapeutiques.

R.P. Bentall, S.Kaney, K. Bowen-Jones, « Persecutory delusions and recall of threat-related, depression-related, and neutral words », Cognitive Therapy & Research, 19, 4, pp. 445-457, 1995

M.J. Sedler, « Undertsanding Delusions », The Psychiatric Clinics of North America, 182, pp. 251-265, 1995

H.F. Chiu, « Delusional jealousy in Chinese elderly psychiatric patients », Journal of Geriatric Psychiatry and Neurology, 8, 1, pp. 49-51, 1995

B. Kirkpatrick, X.F. Amador, « The study of paranoia and suspiciousness », Biological  Psychiatry, 15;38, 8, 496-7, 1995


°°°°°


R.L. Goldstein
, « Paranoids in the Legal System : The litigious paranoid and the paranoid criminal », The Psychiatric Clinics of North America, 18, 2, pp. 303-315, 1995

F. Caduff,  « Querulanz – ein verschwindendes psychopathologisches Verhaltensmuster ? » Forschritte der Neurologie Psychiatrie, 63, 504– 510, 1995

°°°°°°

R. Menzies, J.P. Fedoroff, C.M. Green, K. Isaacson, « Prediction of dangerous behaviour in male erotomania », British Journal of  Psychiatry, 166, 4, p. 529,536, 1995

M. Crowe « Management of Jealousy in Couples »Advances in psychiatric treatment, 1, pp 71-77, 1995

°°°°°°

U.H. Peters, « Daniel Paul Schreber, the illness of the Senate president »Fortschritte der Neurologische Psychiatrie, 63, 12, 469-479, 1995

M. Schifferdecker, U.H. Peters, « The origin of the concept of paranoia », The psychiatric Clinics of  North America, 18, 2, pp. 231-249, 1995

°°°°°°

R.J. Benton, «The Return of the Projected: Some Thoughts on Paranoia and a Recent Trend in Horror Films », Psychoanalitical Review, 82, pp.903-931 (1995)

°°°°°°

François RoustangComment faire rire un paranoïaque ?, Odile Jacob, Paris, 2000




1996

« Paranoïas », numéro spécial de Psychiatrie Française, 27, 4, 1996

Luiz Eduardo Prado de Oliveira, Schreber et la paranoïa : le meurtre d’âme, L’Harmattan, Paris, 1996

E.L. Santner, My own private Germany, Daniel Paul Schreber’s Secret History of Modernity, Princeton University Press, Princeton, 1996. Santner, inspiré à la fois par les thèses d’Elias Canetti et de Jacques Lacan,  propose de considérer le délire de Schreber comme une conséquence épiphénoménale de la désagrégation des cadres symboliques, à la fin du XIX° siècle, en Allemagne. Son livre a été, à sa publication, salué par Slavoj Žižek

 °°°°°°°

W.W. Meissner & S.J., « Paranoia : New Psychoanalytic Perspectives », Review, Journal of the American Psychoanalytic Association, 44, pp. 933-934, 1996

J. Lawrence « Paranoia: New Psychoanalytical Perspectives », Review, Psychoanalytic Psychotherapy , 10, pp.79-82, 1996

C. Dewambrechies La Sagna, « La paranoïa et son interprétation », Bulletin de l’Ecole de la Cause Freudienne, 32, pp. 47-52, 1996

M. Wolf, « Psychosomatique et processus paranoïaque », Champ Psychosomatique, 7, pp. 103-113, 1996

°°°°°° 

A.H. Pang, « Querulous Paranoia in Chinese Patients: A Cultural Paradox », Australian & New Zealand Journal of Psychiatry, 30, pp. 463-466, 1996

°°°°°°

 J.B. McCarthy, « Paranoia and Omnipotent Symbiosis in Borderline Adolescents »,  Journal of American Academy of Psychoanalysis, 24, pp.44-59, 1996

A. Garelick & J. Wiener, «  Paranoia or Adaptation? The Implications of a Kings Fund  Review on a Psychotherapy Department » Psychoanalytic Psychotherapy, 10, pp. 207-219, 1996

P. Chadwick, P. Trower, «Cognitive therapy for punishment paranoia: a single case experiment », Behaviour Research and Therapy, 34, 4, pp. 351­‑356, 1996

P. Chadwick, M. Birchwood, P. Trower « Cognitive Therapy for Delusions, Voices and Paranoia », John Wiley and Sons, Chichester, 1996

B. H. Clark, D.B. Montgomery, « Perceiving Competitive Reactions –  The Value of Accuracy (and Paranoia) », Marketing Letters, 7, 2, pp. 115-129, 1996

H.M. Sharp, C.F. Fear, D. Healy, « Attributional style and delusions: An investigation based on delusional content », European Psychiatry, 12, 1, pp. 1-7, 1996

P. Kinderman, R.P. Bentall, « A new measure of causal locus: the Internal, Personal and Situational Attributions Questionnaire », Personality and Individual Differences, 20, 2, pp. 261–264,  1996

P. Kinderman, R.P. Bentall, « Self-discrepancies and persecutory delusions : evidence for a model of paranoid ideation »,  Journal of Abnormal Psychology, 105, pp. 106–113, 1996

C. Fear, H. Sharp, D. Healy, « Cognitive Processes in Delusional Disorders »,  The British Journal of Psychiatry, 168, 1, pp. 61-67, 1996

 



1997

B. Dalle, Y. Edel, A. Fernandez,  Bien que mon amour soit fou. Erotomanies : du regard a une écoute, Empêcheurs de penser en rond, Paris, 1997

S.J. Tsai, J.P. Hwang, C.H. Yang, K.M. Liu, « Delusional jealousy in dementia », The Journal of clinical psychiatry, 58, 11, pp. 492-495, 1997

G. Ungvari, A. Pang, C. Wong, « Querulous behaviour »,  Medicine, Science and the Law, 37, pp. 265– 270, 1997

C. Layne, J. Miller, K. Schmucker, « “Hypocondriacs” who sue : causes and correlates of somatoform disorders », American Journal of Forensic Psychology, 15, 3, pp. 53-63, 1997

°°°°°°

B.K. Faunce, « Paranoia and Spectatorship in 12 Monkeys ». Psychoanalitical Review, 84, pp. 453-459 (1997)

C. Hendershot, «  Paranoia and the Delusion of the Total System ». Am. Imago, 54:15-37, pp.15-37 (1997)

 A. Bernstein, « Paranoia: New Psychoanalytic Perspectives », Review, Mod. Psychoan., 22, pp.122-123 (1997)

W.W. Meissner, « Paranoia. New Psychoanalytic Perspectives », Review, Psychoanalitical Quaterly, 66, pp.538-540 (1997)

°°°°°

Luiz Eduardo Prado de Oliveira,  Freud et Schreber : les sources écrites du délire, entre psychose et culture, Erès, Ramonville Saint-Agne, 1997

°°°°°


P. Kinderman, R.P. Bentall
, « Causal attributions in paranoia and depression: internal, personal, and situational attributions for negative events », Journal of Abnormal Psychology, 106, 2, pp. 341-345, 1997

P.A. Garety, D.R. Hemsley, Delusions : Investigations into the Psychology of Delusional Reasoning, Psychology Press,  Hove & New York, 1997

C. Pourgourides, F. Oyebode,  « Delusional misidentification in autobiographical narrative », Psychopathology, 30, 1, pp. 20-24, 1997

E.F. Walker, D. Diforio, « Schizophrenia: a neural diathesis-stress model », Psychological Review, 14, 667-685, 1997

E. Daprati, N. Franck, N. Georgieff, J. Proust, E. Pacherie, J. Dalery, M. Jeannerod, « Looking for the agent: an investigation into consciousness of action and self- consciousness in schizophrenic patients », Cognition, 65, 1, pp. 71-86, 1997

 

 



1998

C. Olievenstein, L’homme parano. Odile Jacob, Paris, 1998

N. Zaltman, « La réalité est-elle paranoïaque ? », Topique, 67, pp. 37-56, 1998

V. Kapsambelis, « Classification des idées délirantes », Santé Mentale, 33, pp 22-23, 1998

M. Schmidt-Degerhard, « Zur Problemgeschichte und Psychopathologie der Paranoia », Fortschritte der Neurologische Psychiatrie, 66, 313-325, 1998

O. Husain, O. Revaz, A. Dreyfus, « “Paranoïaques, défendez-vous ! Le magma paranoïde vous guette” », Bulletin de Psychologie,  51, pp. 67-78, 1998

T. Lempérière, A. Féline, J. Adès, P. Hardy, F. Rouillon, « Les syndromes délirants chroniques », in Psychiatrie de l’adulte, p. 364-379, Masson, Paris, 1998

C.  Hendershot, « The invaded body : Paranoia and Radiation Anxiety in Invaders from Mars, It came from Outer Space and Invasion of the Body Snatcher’s », Extrapolation, 39, 1, pp. 26-39, 1998

R. Levin, «  Faith, Paranoia, and Trust in the Psychoanalytic Relationship » Journal of American Academy of Psychoanalysis, 26, pp. 553-572 (1999)

G.D. Atlas, « The Schreber case : a reinterpretation from an adult-developmental perspective », Psychological Reports,  83, 3 , 819-833,  1998

A.J. Silva, M.M. Ferrari, G.B. Leong, G. Penny, « The dangerousness of persons with delusional jealousy », Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, 26, 4, pp. 607-623, 1998

M. Soyka, « Delusional Jealousy, Localized Cerebral Pathology », British Medical Journal, 10, p. 472, 1998

C.D. Frith, G. Rees, K. Friston, « Psychosis and the Experience of Self : Brain Systems Underlying Self-Monitoring », Annals of the New York Academy of Sciences, 843, 1, pp. 170-178, 1998

R.P Bental, P. Kinderman, « Psychological processes and delusional beliefs. Implications for the treatment of paranoid states » in S. Lewis, N. Tarrier, T. Wykes eds., Outcome and Innovation in Psychologial Treatment of Schizophrenia, Chichester, Wiley & Sons, 1998

M. Christ, The Litigious Athenian (Ancient Society and History), The Johns Hopkins University Press, Baltimore, 1998



1999

 Paul-Laurent Assoun, Le préjudice et l’idéal, Anthropos/Economica, Paris, 1999

David Harper  : Deconstructing Paranoia : An Analysis of the Discourses Associated with the Concept of Paranoid Delusion, 1999.  Cette thèse de philosophie a été publiée sur un site d’anti-psychiatrie. David Harper y développe une tentative audacieuse de déconstruire la notion de paranoia en analysant le discours associé au concept de délire paranoïaque. Son argumentation porte essentiellement sur deux niveaux:

  • L’analyse du discours sur la paranoia est d’abord effectuée à un niveau social (l’imputation de paranoïa serait une manière de délégitimer à bon compte les arguments de l’adversaire, quels qu’ils soient).
  • L’analyse du discours porte ensuite sur la notion de paranoïa telle qu’elle est conçue du point de vue psychiatrique, sur la base d’interviews avec des professionnels, qui permettent de remettre en cause l’emploi non critique des notions d’émotion, de croyance et de conviction délirante.

°°°°°

Ann GoldbergSex, Religion, and the Making of Modern Madness: The Eberbach Asylum and German Society, 1815-1849, Oxford Univerity Press – USA, New York, 1999. Une belle étude historique, qui présente notamment la manière dont certains délires (Wahn, en allemand) autrefois interprétés en termes religieux furent peu à peu pris en charge par les autorités médicales, donc réinterprétés en termes psychiatriques.

Andrew GroveOnly the Paranoid Survive: How to Exploit the Crisis Points That Challenge Every CompanyCrown Business, 1999. Andrew Grove, Grand Manitou de la firme Intel (premier fabricant mondial de semi-conducteurs)  y prodigue ses conseils de manager avisé : la seule stratégie de survie valable, dans le monde de l’entreprise, c’est la paranoïa.

Mathieu BeauregardLa folie de Valery Fabrikant : une analse sociologique, L’harmattan, 1999 


°°°°°

G. Serra, « Actualité du délire des inventeurs : à propos d’une observation illustrant la théorie freudienne de la paranoïa »,  Nervure, 9, pp. 14-19, 1998/1999 

J.M. Barbier, G. Loas, G. Serra, « L’hospitalisation des délirants paranoïaques : à propos de 53 cas », Annales médico-psychologiques, 157, 10, pp.740-743,  1999

S. Hebbar, N. Ahuja, R. Chandrasekaran,  « High prevalence of delusional parasitosis in an Indian setting »,  Indian Journal of Psychiatry, 41, 2, pp. 136-139, 1999

Luiz Eduardo Prado de Oliveira, «  Little Jeremy’s Struggle with Autism, Schizophrenia and Paranoïa», International Forum of Psychoanalysis, 8, p. 172-188 (1999)

P.R. Anthi, «  Roald Amundsen : A Study in Rivalry, Masochism and Paranoia »  International Journal of Psycho-Analysis, 80, pp. 995-110 (1999)

S.F. Aizley, « From Paranoia through Phobia to the Beginnings of Love », Modern Psychoanalysis, 24, pp. 75-86 (1999)

D.M. Buss, T.K. Shackelford, L.A. Kirkpatrick, J. Choe, H.K. Lim, M. Hasegawa, et al., « Jealousy and the nature of beliefs about infidelity : Tests of competing hypotheses about sex differences in the United States, Korea, and Japan », Personal Relationships, 6, pp. 125–150, 1999

R. Konakanchi, J.J. Grace, D. Yap, L. Guttmacher, R. Szarowicz, « Pimozide in the treatment of litigious delusions », Psychiatric services Washington DC, 50, 6, p. 837, 1999

P.A. Garety, D. Freeman, « Cognitive approaches to delusions: a critical review of theories and evidence », British Journal of Clinical Psychology,  38, pp. 113–154, 1999

S. Brankovic, « Reasoning under uncertainty in deluded schizophrenic patients: a longitudinal study »,  European Psychiatry, 14, pp.76-83, 1999

P.A. Appelbaum, C.R. Robbins, L.H. Roth, « Dimensional Approach to Delusions: Comparison Across Types and Diagnoses », American Journal of Psychiatry, 156, 12, pp. 1938-1943, 1999



2000

Publication du DSM-IV-TR (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders IV  Text Revision)

Paul Rauchs, Louis II de Bavière et ses psychiatres. Les garde-fous du roi, L’Harmattan, Paris, 2000. Rauch prend en compte à la fois les coordonnées politiques et les critères psychiatriques qui menèrent à la destitution puis à la mort mystérieuse de Louis II de Bavière, grand bâtisseur devant l’Eternel, féru de châteaux bavarois et baroques , ami, mécène, et amant platonique de Wagner, et qui fut considéré par Verlaine, dans un sonnet à lui dédié,  comme « seul vrai roi de ce siècle »

 A. Obholzer, «  Even Paranoids Have Enemies. New Perspectives on Paranoia and Persecution  », Review, International Journal of Psycho-Analysis, 81, pp. 194-195 (2000)

P. Bercherie, « Evaluation critique du concept freudien de projection », Revue  Française de  Psychanalyse, 64, 3, pp. 861-84, 2000

H. Armouche, « La prise en charge clinique des paranoïaques », Soins Psychiatrie, 209, pp. 19-22, 2000

G. Allio, M. Petit, « Délires chroniques : diagnostic, évolution, traitement », Revue du praticien,  50, 11, pp. 1239-44,  2000

C. Baldacci, M.N. Vacheron, « Paranoïa et adolescence », Nervure, 13, 7, pp. 17-21,  2000

T. Bougerol, P.H. Vittini,  « La personnalité paranoïaque : diagnostic », Revue du Praticien, 50, 1, pp.107-113, 2000

J.A. Silva, D.V. Derecho, G.B. Leong, M. M. Ferrari, « Stalking behavior in delusional jealousy », Journal of Forensic Sciences, 45, 1, pp. 77-82, 2000

D.M. Buss, The dangerous passion : Why jealousy is necessary in love and sex, Free Press, New York, 2000

D. Neveils, « Florida’s Vexatious Litigant Law: An End to the Pro Se Litigant’s Courtroom Capers? », Nova Law Review, 25, pp. 343-364, 2000

Chris Colby, « There’s a new Sheriff in Town : the Texas vexatious litigants statute and its application to frivolous and harassing litigation », the School of Law, Texas Tech University, Texas Tech Law Review, 31, p.1291-1318 (2000)

I. Dowbiggin, « Delusional diagnosis? The history of paranoia as a disease concept in the modern era »,  History of Psychiatry, 11, 41, 1, pp. 37-69, 2000

H. Schanda, « Paranoia and dysphoria: historical developments, current concepts », Psychopathology, 33, 4, pp. 204-208, 2000

D. Freeman, P.A. Garety, « Comments on the content of persecutory delusions:  Does the definition need clarification ? »,  British Journal of Clinical Psychology, 39, 4, pp. 407- 414, 2000

M.L. Phillips, C. Senior, A.S. David, « Perception of Threat in Schizophrenics with Persecutory Delusions: An Investigation Using Visual Scan Paths », Psychological Medicine, 30, 1, pp. 157-167, 2000

F. Walston, R.C. Blennerhassett, B.G. Charlton, « “Theory of mind”, persecutory delusions and the somatic marker mechanism », Cognitive Neuropsychiatry, 5, 3, pp. 161- 174, 2000



2001

Juan Rigoli, Lire le délire, Fayard, Paris, 2001. Juan Rigoli décrit avec un certain brio littéraire la manière dont se développa une sémiotique du délire, au XIX° siècle, en France, sur la base de l’études des écrits, et de l’analyse des paroles des « aliénés ».

°°°°°

A. L. Whaley, « Cultural Mistrust and the Clinical Diagnosis of Paranoid Schizophrenia in African American Patients », Journal of Psychopathology and Behavioral Assessment, 23, 2, 2001. Cet article aborde l’une des questions centrales des trente dernières années, celle de la  méfiance culturelle — un type de comportement qui, à en croire les psychiatres d’outre-atlantique, serait tout particulièrement répandu parmi les populations afro-américaines confrontées à la white norm. Bien que le titre de certains articles laisse songeurs (  « Treating the black patient : Transference questions », A.I. Cohen, American Journal of Psychotherapy, 28, 137–143, 1974),  la question est centrale :  comment faire la part des choses entre une méfiance  culturellement acquise, donc  normative, et une méfiance pathologique ?   Sur ce thème, on trouve toute une littérature, dont par exemple  : 

  • M.C.  Maultsby, « A historical view of blacks distrust of psychiatry », in S. M. Turner & R. T. Jones,  Behavior modification in black populations, New York, Plenum, pp. 39–55, 1982

°°°°°°

M.C. Castillo, A. Blanchet, « Etude des marqueurs de cohérence textuelle dans le délire », Annales médico-psychologiques, 159, 7, pp. 496-504,  2001

M. Enriquez, La souffrance et la haine : paranoïa, masochisme et apathie,  Dunod,  Paris, 2001

L. Izcovich, « Histoire de la paranoïa : le débat de Freud avec ses élèves », L’Evolution Psychiatrique, 66,1, pp.122-132, 2001

°°°°°

F. Couchard, J.Sipos, M. Wolf, Phobie et paranoïa. Etude de la projection. Paris, Dunod, 2001, avec notamment :

  • J. Sipos, pp. 137-191,  «Paranoïa : une clinique psychanalytique de l’individuation »
  • M. Wolf, « Phobie et paranoïa. Considérations psychopathologiques »

 

°°°°°

E. Schiller, J. Wertkin, « Frivolous Filings and Vexatious Litigation » Georgetown Journal of Legal Ethics, 14, pp. 909-931, 2001

A. Moore, «  Isaac Wunder Orders », Judicial Studies Institue Journal, pp.137-146 (2001). Plus d’informations sur les Isaac Wunder Orders, suivez ce lien ( « An Isaac Wunder order is an order issued by an Irish court restricting the ability of a vexatious litigant to institute legal proceedings without leave from that or another court, whether for a specified period of time or indefinitely. »

Edward M. Hold, « How to Treat “Fools” : Exploring the Duties Owed to Pro Se Litigants in Civil Cases », 25. Journal of Legal Profession, 167,168 (2001)

°°°°°°

A. Bernstein, « Problems in Treating Paranoia : A Case Illustration», Mod. Psych., 26, pp.237-247, 2001

P. Debbelt, H.J. Assion,  « Paranoia erotica (de-Clérambault-Syndrom) bei affektiver Störung », Nervenarzt, 72, pp. 879–883, 2001

 

 °°°°°

 

I. Myin-Germeys, J. van Os, J.E. Schwartz, A.A. Stone, P.A. Delespaul, « Emotional reactivity to daily life stress in psychosis and affective disorder », Archives of General Psychiatry, 58, pp.1137–1144, 2001

 N.J. Blackwood, R.J. Howard, R.P. Bentall, R.M. Murray,  « Cognitive Neuropsychiatric Models of Persecutory Delusions », American Journal of Psychiatry, 158, pp. 527-539, 2001

M.W. Agelink, T. Majewski, C. Wurthmann et al. « Effects of newer atypical antipsychotics on autonomic neurocardiac function: a comparison between amisulpride, olanzapine, sertindole, and clozapine » Journal of Clinical Psychopharmacology, 21, pp. 8–13, 2001

M. Davies, N. Breen, M. Coltheart, R. Langdon, « Monothematic Delusions :  Towards a Two-Factor Account »,  Philosophy, Psychiatry, & Psychology, 8, 2, pp. 133-158, 2001

J. Campbell, « Rationality, Meaning, and the Analysis of Delusion »,  Philosophy, Psychiatry, & Psychology, 8, 2, pp. 89-100, 2001

P.A. Garety, E. Kuipers, D. Fowler, D. Freeman, P.E. Bebbington, « A Cognitive Model of the Positive Symptoms of Psychosis », Psychological Medicine, 31, 2, pp. 189- 195, 2001

N. Franck, « Defective Recognition of One’s Own Actions in Patients With Schizophrenia »,  American Journal of Psychiatry, 158, 3, pp. 454-459, 2001

A. Bernstein, « Problems in Treating Paranoia: A Case Illustration», Modern Psychoanalysis, 1, pp. 191-200, 2001



2002

André Green « Agressivité, féminité, parano ïa et réalité », Revue française de psychanalyse 4/2002 (Vol. 66), p. 1091-1102.

B.  Brusset,  « L’hypocondrie : thématique ou organisation spécifique ? », Revue française de psychosomatique, 22, 2, 2002

M. Jeanvoine, « J’ai réussi là où le paranoïaque échoue », Journal des psychologues, 196, pp. 40-42,2002, 

J.M. Henry, A. Prosperi, S. Giudicelli, « Regard phénoménologique sur le noyau sensitif », Annales médico-psychologiques, 160, 9, pp. 622-627, 2002

M. Caixeta, F. Sintzel,  « Psychodynamie familiale de la sensitivité, paranoïa et homosexualité »,  Revue Française de  Psychiatrie et de Psychologie Médicale , 6, 60,  pp49-50, 2002 

J.-P. Durif-Varemboni, « La passion de la jalousie, maladie d’amour ? »,  Cahiers de psychologie clinique, 19, 2, pp. 27-38, 2002

°°°°°

T. Humbert, « L’érotomanie chez l’homme : à propos d’un cas », Nervure,15, 8, pp.3-10, 2002

L. García-Fernández, A.G.  Alcántara Lapaz, M.J. Martinez Herrera, « Paranoia erotica (Clerambault syndrome) successfully treated with risperidone » The Annals of pharmacotherapy, 36, 12, pp.1972-1973, 2002

R.L. Goldstein, A.M. Laskin, « De Clérambault’s Syndrome (Erotomania) and claims of psychiatric malpractice », Journal of Forensic Science, 47, 4, pp.852-855 (2002)

G.E. Berrios, N. Kennedy, « Erotomania: a conceptual history », History of Psychiatry, 13, 52, pp. 381-400, 2002.

°°°°°

 

M. Jézéquel, « Ontologie de la quérulence »Journal du Barreau, 34, 8, 2002

Yves-Marie Morissette, professeur à l’Université de McGill, Montréal, rédige plusieurs articles clairs et synthétiques consacrés à la quérulence et aux plaideurs trop belliqueux, considérés du point de vue juridique : 

L. Bloom & H. Hershkoff, «Federal Courts, Magistrate Judges, and the Pro Se Plaintiff », Notre Dame Journal of Law, Ethics & Public Policy, 16, 475, pp.494-495,  (2002)

°°°°°°

H. Kapfhammer « Psychodynamic Aspects of Paranoia: A Psychoanalytic Contribution to the Understanding of Paranoid Personalities»Psychoanalitical Quaterly, 71, pp. 171 (2002)

J. Schlimme, B. Brüggemann, H. Haltenhof, D. E. Dietrich, H. M. Emrich, « Paranoia mit spätem Beginn : Psychopathologie und Psychodynamik », Nervenartzt, 73, pp. 289-292, 2002

 


°°°°°°

N.C. Stefanis, M. Hanssen, N.K. Smirnis et al, « Evidence that three dimensions of psychosis have a distribution in the general population », Psychological Medicine,  32, pp. 347–358, 2002

S.M. Colbert, E.R. Peters, « Need for closure and jumping-to-conclusions in delusion-prone individuals »  Journal of Nervous and mental illnesses, 190, 1, pp. 27-31, 2002

R.K. Chapman, « First Person Account : Eliminating Delusions » Schizophrenia Bulletin, 28, 3, pp. 545-553, 2002

D. Freeman, P.A. Garety, E. Kuipers, D. Fowler, E. Bebbington, « A cognitive model of persecutory delusions », British Journal of Clinical Psychology, 41, pp. 331-347, 2002

L.R. Mujica-Parodi, C. Corcoran, T. Greenberg H.A. Sackeim, D. Malaspina, « Are cognitive symptoms of schizophrenia mediated by abnormalities in emotional arousal ? » CNS Spectrums, 7, 1, pp. 58–69, 2002

 

 

 ‘

 

2003

C.-E. Hauguel, « Médecine en droit canonique — La paranoïa », in Dossier Paranoïa, dir. Françoise de Jaurias, Faculté de Droit Canonique de Paris, avril 2003. Cet exposé de droit canonique présente notamment les critères en fonction desquels  un mariage religieux peut être rendu nul, pour cause de paranoïa de l’un des conjoints : le « délire paranoïaque » doit être déjà présent en germe à l’instant où l’alliance est scellée…

°°°°°

Daniel Devreese, L’acte manqué paranoïaque. Le délire de Schreber entre les quatre discours universitaires et dans l’histoire allemande de Luther à Bismarck. L’Harmattan, Paris, 2003

M.-F. Bonnet, « “Ce n’est pas moi qui….” : un mode d’énonciation paranoïaque », Cliniques Méditerranéennes, 68, 2, pp. 99-108, 2003

A. Christaki Gadbin
,  « L’expérience énigmatique du phénomène élémentaire », Perspectives Psy, 42, 3, pp.212-217,  2003


°°°°°

G. Lester,  « The Unreasonable, Querulent and Vexatious as Litigants in Person », document Powerpoint, (2003) 

 Candice K. Lee, « Access Denied :  Limitations on Pro Se Litigants’ Access to the Courts in the Eighth Circuit », U.C. Davis Law Review 36, p.1261 (2003)

°°°°°

L. Ellet, N. Lopes, P. Chadwick, « Paranoia in a non-clinical population of college students »Journal of Nervous and Mental Disease, 191, 7, 2003


C.R. Harris,  « A review of sex differences in sexual jealousy, including self-report data, psychophysiological responses, interpersonal violence, and morbid jealousy », Personality and Social Psychology Review, 7, pp. 102-128, 2003. Suivi d’un commentaire sur le commentaire.

 R.P. Bentall, R. Swarbric« The best laid schemas of paranoid patients: Sociotrophy, autonomy and the need for closure » Psychology and Psychotherapy, 2, 76, pp.163–171, 2003

°°°°°

S. Kapur, « Psychosis as a state of aberrant salience : a framework linking biology, phenomenology and pharmacology in schizophrenia », The American Journal of Psychiatry, 160, 1, pp. 13-23, 2003

M. Jeannerod, « The mechanism of self-recognition in humans », Behavioural Brain Research, 142, 1, pp. 1-15, 2003

D. Freeman, P.A. Garety, « Connecting neurosis and psychosis: the direct influence of emotion on delusions and hallucinations », Behaviour Research and Therapy, 41, 8, pp. 923- 947, 2003

D.R. Combs, D.L. Penn, R. Mathews, « Implicit learning and non-clinical paranoia: does content matter ? », Personality and Individual Differences, 34, 1, pp. 143-157, 2003

P. Kinderman, S. Prince, G. Waller, E.  Peters,  « Self-discrepancies, attentional bias and persecutory delusions », British Journal of Clinical Psychology, 42, 1, pp. 1-12, 2003



 

       2004

R. Minier, « L’érotomanie »Soins Psychiatrie, 233, pp. 28-30, 2004

M.C. Castillo, « Le délire en questions : étude des relances dans des entretiens de sujets délirants »Bulletin des Psychologues, 57, 472, pp.363-370, 2004

 °°°°°

J. Steiner, « Gaze, dominance and humiliation in the Schreber case », International Journal of Psychoanalysis, 85, 2, pp. 269-284, 2004

H. Steinberg, D. Carius, « Arzt und Patient : Paul Flechsig und Daniel Paul Schreber »Der Nervenartz, 75, 9, pp. 933-937, 2004

°°°°°

M. Kingham, H. Gordon, « Aspects of morbid jealousy », Advances in Psychiatric Treatment, 10, pp. 207-215, 2004 

°°°°°

M. Taggart, « Alexander Chaffers and the Genesis of the Vexatious Actions Act 1896 », The Cambridge Law Journal, 63, 3, pp. 656-684, 2004

R. Pal, « In defence of complainants », British Journal of Psychiatry, pp. 175-176, 2004

M. Pelly, « Nuisances in court: judges get tough on serial pests », The Sydney Morning Herald, 27 mai 2004

T. Möller « Paranoia psychiatrica oder Querulantenwahn.  Auf der Suche nach dem “Mad Scientist in Real Life”», pp. 284-310 in T. Junge (ed.), Wahnsinnig genial. Der Mad Scientist Reader, Alibri Verlag, Aschaffenburg, 2004

Grant Lester (psychiatre, membre du Victorian Instittue of Forensic Mental Health – Forensicare, Thomas Embling Hospital, Victoria, Melbourne, Australia) consacre une série de travaux à la question des plaideurs trop belliqueux ( « vexations litigants »), aussi connus, en termes psychiatriques, sous le nom de paranoïaques quérulents.

  • G. Lester, Querulous Paranoia & Vexatious Litigant : a Search for the Querulous Spectrum, Victorian Institute of Forensic Mental Health, Law Reform Committee, Submission, 26. June 2008. Pour contribuer aux débats et audiences ayant eu lieu à Melbourne (Australie) entre le 26 juin et le 6 octobre 2008, dans le cadre d’un projet de loi portant sur les « vexations litigants » (plaideurs trop belliqueux), Grant Lester fait le point sur l’histoire de la notion de quérulence du point de vue psychiatrique, psychanalytique, et psychologique (cognitive behavioral approach ). Il propose une définition, des critères diagnostics et envisage de mettre en oeuvre un programme de recherche. Un grand nombre des débats et audiences de la commission de réforme chargée de la question des « vexatious litigants » est disponible en ligne.

°°°°°°

J.S. Craig, C. Hatton, F.B. Craig, « Persecutory beliefs, attributions and theory of mind: comparison of patients with paranoid delusions, Asperger’s syndrome and healthy controls », Schizophrenia Research, 69, 1, pp. 29-33, 2004

S. Gallagher, « Neurocognitive Models of Schizophrenia : A Neurophenomenological Critique », Psychopathology, 37, 1, pp. 8-19, 2004

T. Bayne, E. Pacherie, « Bottom-Up or Top-Down: Campbell’s Rationalist Account of Monothematic Delusions », Philosophy, Psychiatry, & Psychology, 11, 1, pp.1-11, 2004

D.R. Combs, D.L. Penn, « The role of subclinical paranoia on social perception and behavior », Schizophrenia Research, 69, 1, pp. 93-104, 2004

M.J. Green, M.L. Phillips, « Social threat perception and the evolution of paranoia », Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 28, 3, pp. 333-342, 2004

D. Freeman, P.A. Garety, A.T. Beck, Paranoia : The Psychology of Persecutory Delusions, Psychology Press,  Hove & New York, 2004

 

 



2005

John FARRELL, Paranoia and Modernity. Cervantes to Rousseau, Cornell University Press, 2005

M. Barkun, « Conspiracy Theory »American Heritage, 56, 5, p.64, 2005

 Numéro spécial du Magazine Littéraire : « La paranoïa, du bonheur de se croire persécuté » (Le Magazine Littéraire, 2005, 7 — avec notamment des articles de David Rabouin (« Les frontières d’une folie »); Aliette Armel ( « Le signe d’une société qui se ferme… », « Dostoïevski, symptômes du mal-être »), Dominique Colas (« Jean-Jacques Rousseau : un complot universel » ), Pierre-André Taguieff ( « Louis-Ferdinant Céline : l’imaginaire du persécuté »), T. Paquot (« Paul Virilio, parano ? » ), Antoine Vitkine (« La théorie du complot mondial » ), Bernard Granger ( « Adèle Hugo, une érotomane sans repos » ), Béatrice Pire ( « United States of Paranoia » ; « Howard Hugues : La passion du soupçon » ). 

°°°°°

M. Mesclier, « La défense dans la paranoïa », Psychanalyse, 4, 3, pp. 55-69, 2005

L. Del Pistoia, « L’expérience du corps vécu dans la paranoïa »L’Evolution Psychiatrique, 70, 2, pp. 323-332, 2005

°°°°°

R. Picard, « Le positionnement érotomaniaque : de la théorie à la pratique »PsyCause, 40-41, pp. 66 -87, 2005

J. Garrabe, « Clérambault, Dali, Lacan et l’interprétation paranoïaque », Annales médico-psychologiques,  163, 3-4, pp.360-363, 2005

A. Schützwohl,  « Sex differences in jealousy : The processing of cues to infidelity »Evolution and Human Behavior,  26, pp. 288–299, 2005

Jonathan F. Bassett, « Sex Differences in Jealousy in Response to a Partner’s Imagined Sexual or Emotional Infidelity with a Same or Different Race Other »North American Journal of Psychology, 7, 1, pp. 71-84, 2005

°°°°°

M. Taggart & J. Klosser,  « Controlling Persistently Vexatious Litigants », Groves ed., Law and Government in Australia, The Federation Press, 2005,

A. To « Vexatious Litigants »Hong Kong Lawyer, 35, pp. 89-91, 2005

J. Müller, G. Kajak & alii, Willensbestimmung zwischen Recht und Psychiatrie: Krankheit, Behinderung, Berentung, Betreuung, MedR Schriftenreihe Medizinrecht, Springer, 2005  —  avec notamment un article de C. Cording, « Die Begutachtung der freien Willensbestimmung im deutschen Zivilrecht: Geschäftsfähigkeit, Testierfähigkeit, Prozessfähigkeit, Suizid bei Lebensversicherung», pp. 37-50. Article portant sur le mode d’évaluation du degré de « libre exercice de la volonté ( freie Willensbestimmung ») en le droit civil allemand — ce qui implique de revenir sur la définition des notions de capacité pour contracter (ou capacité d’exercice), capacité de tester, capacité d’ester en justice. 

°°°°°

R. McKay, R. Langdon, M. Coltheart, « Paranoia, persecutory delusions and attributional biases », Psychiatry Research, 136, pp. 233-245, 2005

S. Moritz, T.S. Woodward, « Jumping to conclusions in delusional and non-delusional schizophrenic patients », British Journal of Clinical Psychology, 44, pp. 193–207, 2005

E. Cantor-Graae, J.-P. Selten,  « Schizophrenia and migration: a metaanalysis and review », American Journal of Psychiatry, 162, pp. 12–24, 2005

D. Freeman, P.A. Garety, P.E. Bebbington et al., « Psychological investigation of the structure of paranoia in a non-clinical population », British Journal of  Psychiatry, 186, pp. 427–435, 2005

M. Startup, S. Startup, « On two kinds of delusion of reference »Psychiatry Research, 137, 1, pp. 87-92, 2005

T. Bayne, E. Pacherie, « In Defence of the Doxastic Conception of Delusions », Mind & Language, 20, 2, pp. 163-188., 2005

R.P. Bentall, S.Kaney, « Attributional lability in depression and paranoia », British Journal of Clinical Psychology, 44, 4, pp. 475-488, 2005

B. Maher, « Delusional thinking and cognitive disorder », Integrative Physiological and Behavioral Science, 40, 3, pp.136-146, 2005 

D. Freeman, P.A. Garety, P. Bebbington, M. Slater, E. Kuipers, D. Fowler, C. Green, et al, « The Psychology of Persecutory Ideation : A Virtual Reality Experimental Study »,  Journal of Nervous and Mental Disease, 193, 5, pp. 309-315, 2005  

L. Harrington, R. Siegert, J. McClure, « Theory of mind in schizophrenia : A critical review » Cognitive Neuropsychiatry, 10, 4, pp. 249-286, 2005

J.M. Freire, A.C. de Cerqueira Leite, D.S. Bueno, L.B. Portella, S.I. Ribes, T.C. Assadi, V.I. Colucci, M.E. Pereira, «  Reading and Writing: Psychoanalytical Treatment in a Case of Paranoia  », American Journal of Psychoanalysis, 65, pp.219-238 (2005)

 
 

2006

D. Guyonnet, G. Tixier, Les paranos : mieux les comprendreEssais Payot, Paris, 2006

D. Bernard, « Honte et paranoïa »,  LEvolution Psychiatrique, 71, 4, pp. 717-727, 2006

 D. Sakellarioul, « Le transfert érotomaniaque : Quand un sujet psychotique rencontre un psychanalyste », Psychanalyse, 2, 6, pp. 5-25, 2006  

G. Balbo, « La double négation entre le deuil, la mélancolie et la paranoïa sensitive », Journal français de psychiatrie, 3, 26,  2006

M. Demangeat, « Grandes illusions de la passion amoureuse », Imaginaire et Inconscient, 17, pp. 11-25, 2006.

°°°°°

 P. Sen, A.N. Chowdhury, « Culture, ethnicity, and paranoia », Current psychiatry reports, 8, 3, pp.174-178 (2006)

D.R. Combs, D.L. Penn, J. Cassis, C. Michael, T. Wood, J. Wanner, S. Adams, « Perceived Racism as a Predictor of Paranoia Among African Americans »Journal of Black Psychology, 32, 1, pp. 87-104, 2006

U. Seshagiri, « Modernity’s (Yellow) Perils –  Dr. Fu-Manchu and English Race Paranoia », Cultural Critique, 62, pp. 162-194, 2006

°°°°°

 Fergus Shield, « Annoying litigant is back »,The Age, Melbourne (2006-04-10)

S. Hedley, « Vexatious litigants in England and Wales 1990-2006 », Paper presented at the Access to justice: How much is too much? conference, Prato, Italy, 30 June-1 July 2006 — Faculty of Law, University College Cork 

°°°°°

C. Maggini, E. Lundgren, E. Leuci« Jealous love and morbid jealousy », Acta Biomed, 77, pp. 137-146, 2006

J.E. Edlund, J.D. Heider, C.R. Scherer, M.-M. Farc, B.J. Sagarin, « Sex Differences in Jealousy in Response to Actual Infidelity », Evolutionary Psychology, 4, pp. 462-470, 2006

 

°°°°°

A. MunroDelusional Disorder : Paranoia and Related Illnesses, Cambridge University Press, Cambridge, 2006

T.C. Manschreck,  & N.L. Khan, N.L, « Recent advances in the treatment of delusional disorder », Canadian Journal of Psychiatry, 51, pp. 114–119, 2006

D.A. Smith, & P.F.  Buckley, « Pharmacotherapy of delusional disorders in the context of offending and the potential for compulsory treatment »Behavioral Sciences and the Law, 24, pp. 351-367, 2006

S.C. Moore, J.L. Sellen, « Jumping to conclusions: A network model predicts schizophrenic patients’ performance on a probabilistic reasoning task », Cognitive, Affective & Behavioral Neuroscience, 6, 4, pp. 261-269, 2006

V. Bell, P.W. Halligan, H.D. Ellis, « Explaining delusions: a cognitive perspective », Trends in Cognitive Sciences, 10, 5, pp. 219–226, 2006

M. van der Gaag« A neuropsychiatric model of biological and psychological processes in the remission of delusions and auditory hallucinations »Schizophrenia Bulletin, 32, pp. 113–122, 2006

H.W. Jordan, E.M. Lockert, M. Johnson-Warren, C. Cabell, T. Cooke, W. Greer, G.J. Howe, «  Erotomania revisited: thirty-four years later »Journal of the National Medical Association, 98, 5, pp. 787-793, 2006

L.P. Cutting, J.M. Aakre, N.M. Docherty, « Schizophrenic patients’ perceptions of stress, expressed emotion, and sensitivity to criticism », Schizophrenia Bulletin, 32, pp. 743–750, 2006

L. Humphreys, C. Barrowclough, « Attributional style, defensive functioning and persecutory delusions: symptom-specific or general coping strategy ? », British Journal of Clinical Psychology,45, 2, pp. 231-246, 2006 

R. McKay, R. Langdon, M. Coltheart, « Need for Closure, Jumping to Conclusions, and Decisiveness in Delusion-Prone Individuals », Journal of Nervous and mental illnesses, 194, 6, pp. 422-426, 2006

R.P. Bentall, J.L. Taylor, « Psychological processes and paranoia: implications for forensic behavioural science », Behavioral Sciences & the Law, 24, 3, pp. 277-294, 2006

S.S. Melo, « Delírios Persecutórios: uma Descrição das Teorias e de Estudos Empíricos », Psychologia, 20, 2, 2006

D.R. Combs, C.O. Michael, D.L. Penn, « Paranoia and emotion perception across the continuum », British Journal of Clinical Psychology, 45, 1, pp. 19-31, 2006

A.G. Cardno, P. McGuffin, « Genetics and delusional disorder », Behavioral Sciences & the Law, 24, 3, pp. 257-276, 2006

 



2007

Sophie de Mijolla-Mellor : La paranoïa, PUF, Que sais-je ?, 2007

J.-P. Vidal, « Fous alliés Folie à deux, folie à plusieurs : folies simultanées, délires convergents ou folie communiquée ? » in Modernité du groupe dans la clinique psychanalytique, Eres, Paris, 2007

C. Azoulay, « Les mécanismes paranoïaques dans les épreuves projectives », Psychologie clinique et projective, 13, pp. 35-56, 2007

°°°°°

G. Martin, « Schreber’s “bellowing miracle”: a new content analysis of Daniel Paul Schreber’s memoirs of my nervous illness », Journal of Nervous and Mental Disease, 195, 8, 640-646, 2007 

S. Grover, P. Biswas, A. Avasthi, « Delusional disorder: Study from North India », Psychiatry and Clinical Neurosciences, 61, 5, pp. 462-470, 2007

S. Garnier & C. de Tychey, « Dépression prénatale, refus d’alliance thérapeutique et mode de structuration paranoïaque de la personnalité »Psychologie clinique et projective,  13, pp. 57-76, 2007 

°°°°°

B. Brückner, Delirium und Wahn. Geschichte, Selbstzeugnisse und Theorien von der Antike bis 1900. Band I: Vom Altertum bis zur Aufklärung. Band II: 19. Jahrhundert – Deutschland. Pressler, 2007

  • Que signifie être fou, à la première personne ? Comment témoigne-t-on de l’expérience de la folie, et le cas échéant, comment répond-on à qui prétend que vous délirez ?  Ces questions forment le fil directeur de l’ouvrage de Burkhardt Brükner, qui s’appuie notamment  sur les textes autobiographiques, notes, carnets et lettres de sujets confrontés au trouble mental, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Ce faisant, l’auteur éclaire d’un jour nouveau la longue histoire de la psychiatrie en Occident.

°°°°°°

M. FrostHistory of Vexatious Litigant Statutes in the UK, 2007 : une page web consacrée à la question du ‘plaideur trop belliqueux, avec notamment un glossaire des termes employés pour désigner la quérulence, dans les pays anglo-saxons

R. Schwoch, H.P. Schmiedebach, « “Querulousness”, anti-psychiatry, and the public around 1900 », Medizinhistorisches Journal, 42, 1, pp. 30-60, 2007

Michael Taggart,  « Vexing the establishment : Jack Wiseman of Murrays Bay », New Zealand Law Review 7, 2, pp. 271-341, (2007)

Simon B. Smith, « Ellen Cecilia Barlow (1869- 1951) : Western Australia’s pioneering vexatious litigant », Murdoch University E Law Journal, 14, 2,  pp.69-94  (2007)

Simon B. Smith, « Constance May Bienvenu: Animal welfare activist to vexatious litigant », Legal History, 11, p.31,  (2007)

Alicia M. Farley, « An important piece of the bundle – how limited appearances can provide an ethically sound way to increase access to justice to pro se litigants »,  The Georgetown Journal of Legal Ethics 20, 3, pp.563-587 (2007)

 °°°°°

J.A.Easton, L.D. Schipper, T.K. Schackelford, « Morbid jealousy from an evolutionary psychological perspective », Evolution and Human Behavior,  28, pp. 399–402,  2007

P. Schraivogel «Psychoanalytische Traumatologie – Das Trauma in der Familie  [Psychoanalytic traumatology – trauma in the family] ; Trauma und Paranoia. Individuelle und kollektive Angst im politischen Kontext [Trauma and paranoia. Individual and collective anxiety in the political context] », Journal of the American Psychoanalytic Association, 58 pp.1581-1587 (2007)

Ryan McKay, « The defensive function of persecutory delusions: An investigation using the Implicit Association Test », Cognitive  Neuropsychiatry, 12, 1, pp. 1-24, 2007

M. Moutoussis, J. Williams, P. Dayan, R.P. Bentall,  « Persecutory delusions and the conditioned avoidance paradigm: Towards an integration of the psychology and biology of paranoia », Cognitive Neuropsychiatry, 12, 6, pp. 495-510, 2007

J. Merrin, P. Kinderman, R. Bentall, « “Jumping to Conclusions” and Attributional Style in Persecutory Delusions », Cognitive Therapy and Research, 3&, 6, pp. 741-758,  2007

D. Freeman, « Suspicious minds: the psychology of persecutory delusions », Clinical Psychology Review, 27, 4, pp. 425–457, 2007

I. Myin-Germeys, J. Van Os, « Stress-reactivity in psychosis: evidence for an affective pathway to psychosis », Clinical Psychology Review, 27, pp.409–424, 2007

M. Weiser, J. Van Os, A. Reichenberg et al., « Social and cognitive functioning, urbanicity and risk for schizophrenia », British Journal of Psychiatry, 191, pp. 320–324, 2007

T.M. Lincoln, K. Wilhelm, Y. Nestoriuc,  « Effectiveness of psychoeducation for relapse, symptoms, knowledge, adherence and functioning in psychotic disorders: a meta-analysis », Schizophrenia Research, 96, pp. 232–245, 2007 

H. Startup, D. Freeman, P.A. Garety, « Persecutory delusions and catastrophic worry in psychosis : Developing the understanding of delusion distress and persistence »Behaviour Research and Therapy, 45, 3, pp. 523-537, 2007

T.S. Woodward, L. Buchy, S. Moritz, M. Liotti,  « A bias against disconfirmatory evidence is associated with delusion proneness in a nonclinical sample », Schizophrenia Bulletin, 33, 4,  pp. 1023– 1028,  2007

F. Fine, M. Gardner, J. Craigie, I. Gold, « Hopping, skipping or jumping to conclusions ? Clarifying the role of the JTC bias in delusions », Cognitive Neuropsychiatry, 12, pp. 46–77, 2007


 


                                                               2008

               A. Mathäs, Narcissism and Paranoia in the Age of Goethe, University of Delaware Press, Newark, 2008. Très bel ouvrage qui se propose d’explorer les liens entre créativité, individualisme bourgeois, subjectivité et folie au temps de Goethe, Hölderlin, Schiller, Fichte, Schelling et bien d’autres. L’auteur, Alexander Mathäs, parvient ainsi à mettre en lumière certaines des sources de la notion de narcissisme chez Freud. (critique de A. Bohm, « Romantic Moods: Paranoia, Trauma, and Melancholy, 1790-1840 (review) », Seminar: A Journal of Germanic Studies 44,  4, 2008. pp. 474-476 )

 Astrid Ruffa , «  Dalí, photographe de la pensée irrationnelle  »Études photographiques , 22, septembre 2008  [En ligne]. Un bel article au sujet de la méthode paranoïa-critique élaborée par  Dalí, qui décrit la manière dont ce dernier s’appropria les théories psychologiques de Gabriel Dromard.

H. Förstl, G. Immler, M. Seitz, R. Hacker, « Ludwig II, King of Bavaria: a royal medical history »,  Acta Psychiatrica Scandinavica, 118, 6, déc. 2008, pp. 499-502

 

°°°°°

« Parano… », Adolescence, 65, 2008

B. Haie, « L’adolescence et la paranoïa du lien », Adolescence, 65, 2008

J. Mallet, « Une théorie de la paranoïa »Revue française de psychanlayse, 72, 2, pp. 341-346, 2008

F. Eudier,  « L’action psychodynamique des neuroleptiques dans les psychoses délirantes paranoïaques »L’Information psychiatrique, 84, 5, pp. 411-416, 2008 

°°°°°

 M. Schmidt-Degenhard, « Prozess – Entwicklung – Persönlichkeitswandel Psychotraumatologische Überlegungen zu psychopathologischen Grundbegriffen », Der Nervenarzt, 79, 5, pp. 531-542, 2008

°°°°°


New South Wales – Vexatious Proceedings Act 2008

Law Reform Committee, Inquiry into Vexatious Litigants, December 2008 (Final report of the Victorian Parliament Law Reform Committee), Parliamentary Paper, 162, Session 2006-2008

Rebecca Jackson, Learning Forensic Assessment, CRC Press, Boca Raton, 2008

Simon B. Smith, « Goldsmith Collins: Footballer, fencer, maverick litigator », Monash University Law Review, 34, 1, p.190-227  (2008)

G. Sibertin-Blanc, « Quérulence et mélancolie ; Le temps de la justice à la lumière d’un cas psychopathologique »Filosofija i Drustvo, 2008-I, 2008 

°°°°° 

D.B. Steinberg, « Reading Sleep through Science Fiction: The Parable of Beggars and Choosers »  Body & Society, 14, 4, déc 2008, pp. 115-135

 D. W. Sue, C. Capodilupo, A. Holder, « Racial Microaggressions in the Life Experience of Black Americans », Professional Psychology : Research and Practice,  39, 3,  juin 2008, pp. 329-336

°°°°°

H. Startup, D. Freeman, P. Garety, « Jumping to conclusions and persecutory delusions », European Psychiatry 23, 6, sept 2008, pp. 457-459

L. Ellett, D. Freeman, P.A. Garety, « The psychological effect of an urban environment on individuals with persecutory delusions: the Camberwell walk study », Schizophrenia Research, 99, 1-3, pp. 77–84, 2008

R. Van Winkel, C.S. Stefanis, I. Myin-Germeys, « Psychosocial Stress and Psychosis. A Review of the Neurobiological Mechanisms and the Evidence for Gene-Stress Interaction »Schizophrenia Bulletin, 34, 6, pp. 1095-1105, 2008

T.S. Woodward, S. Moritz, M. Menon, R. Klinge,  « Belief inflexibility in schizophrenia », Cognitive Neuropsychiatry, 13, pp. 267–277, 2008

C. Vázquez, C. Diez-Alegría, M.J. Hernández-Lloreda, M.N. Moreno, « Implicit and explicit self-schema in active deluded, remitted deluded, and depressed patients », Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry, 39, 4, pp.587-599, 2008

D. Freeman, D., Pugh, K., Antley, A., Slater, M., Bebbington, P., Gittins, M., Dunn, G., et al, « Virtual Reality Study of Paranoid Thinking in the General Population »The British Journal of Psychiatry, 192, 4, pp. 258-263, 2008

Y. Garry, « Capgras delusion: An interactionist model », Consciousness and Cognition, 17, 3, pp. 863-876, 2008

C.E.L. Green, D. Freeman, E. Kuipers, P. Bebbington, D. Fowler, G. Dunn, P.A. Garety, « Measuring Ideas of Persecution and Social Reference : The Green Et Al. Paranoid Thought Scales (GPTS) », Psychological Medicine, 38, 01, pp. 101-111, 2008

C.R. Lake, « Hypothesis: Grandiosity and Guilt Cause Paranoia; Paranoid Schizophrenia is a Psychotic Mood Disorder; a Review », Schizophrenia Bulletin, 34, 6, pp. 1151-1162, 2008

J. Peters, C. Garwood, M. Lepczyk, « Behavioral changes with paranoia in an elderly woman taking atorvastatin », American Journal of Geriatric Pharmacotherapy,  6,  1, mars 2008, pp. 28-32

E. Meins, J.R. Jones, C. Fernyhough, S. Hurndall, P Koronis, Paul, «Attachment dimensions and schizotypy in a non-clinical sample », Personality and Individual Differences, 44,  4, mars 2008, pp. 1000-1011

L. Pickering, J. Simpson, R.P. Bentall, « Insecure attachment predicts proneness to paranoia but not hallucinations »,  Personality and Individual Differences,  44,  5, abril 2008, pp. 1212-1224

R. Corcoran, G. Rowse, R. Moore, N. Blackwood, P. Kinderman, R. Howard,  S. Cummins, R.P. Bentall, « A transdiagnostic investigation of ‘theory of mind’ and ‘jumping to conclusions’ in patients with persecutory delusions », Psychological Medicine, 38, 11, nov. 2008, pp. 1577-1583

D. Freeman, M. Gittins, K. Pugh, A. Antley, M. Slater, G. Dunn, « What makes one person paranoid and another person anxious? The differential prediction of social anxiety and persecutory ideation in an experimental situation », Psychological Medicine, 38, 8, août 2008, pp. 1121-1132

C. Calvert, W. Larkin, L. Jellicoe-Jones, « An Exploration of the Links between Trauma and Delusional Ideation in Secure Services »,  Behavioural and Cognitive Psychotherapy, 36, 5, oct. 2008, pp. 589-604

E. de Portugal,  N. González,  J. Haro,  J. Autonell; J.A. Cervilla,  « A descriptive case-register study of delusional disorder », European Psychiatry 23, 2, 2008, pp. 125-133

R. Condray, J. Yao,  S. Steinhauer, R.Stuart, D. van Kammen, R. Reddy, L.A. Morrow, « Semantic memory in schizophrenia: Association with cell membrane essential fatty acids », Schizophrenia Research, 106,  1, nov 2008, pp. 13-28

A. Pinkham, Amy E.; Hopfinger, Joseph B.; Pelphrey, Kevin A.; Piven, Joseph; Penn, David L., «Neural bases for impaired social cognition in schizophrenia and autism spectrum disorders », Schizophrenia Research, 99, 1-3, fév., 2008, pp. 164-175

V. Thewissen, R.P. Bentall, T. Lecomte, J. van Os, I. Myin-Germeys, « Fluctuations in Self-Esteem and Paranoia in the Context of Daily Life »,  Journal of Abnormal Psychology 117, 1, fév. 2008, pp. 143-153

D.W. Sue, C. Capodilupo, M. Holder, M.B. Aisha, « Clarification Notice », Professional Psychology : Research and Practice, 39, 3, juin 2008, pp. 329-336

 

°°°°°

D. Freeman, R.P. Bentall, P.A. Garety, Persecutory delusions : Assessment, Theory and Treatment, Oxford University Press, Oxford, 2008 

  • P.K. Chadwick, « Delusional thinking from the inside: paranoia and personal growth » 
  • D. Freeman, « The assesment of persecutory ideation. Persecutory delusions »
  • D. Freeman, P.A. Garety, D. Fowler, « The puzzle of paranoia »
  • R.P. Bentall, P. Kinderman, M. Moutoussis, « The role of self-esteem in paranoid delusions: the psychology, neurophysiology, and development of persecutory beliefs » (pp. 143-173)
  • R. Langdon, R. McKay, M. Coltheart, « The cognitive neuropsychological understanding of persecutory delusions »,
  • D.R. Combs, D.L. Penn, « Social cognition in paranoia »
  • R. Corcoran, S. Kaiser,  « Persecutory delusions and theory of mind : longstanding debates and emerging issues »
  • M. Laruelle, « Dopamine and persecutory delusions »
  • C. Henquet & a lii, « The role of cannabis in inducing paranoia and psychosis »
  • M.R. Broome, P.K. McGuire, « Imaging and delusions »
  • P. Bebbington, S. Piling, C. Whittington, « Pharmacological management of persecutory delusions »


2009

N. Brémaud, « Sur un cas de paranoïa féminine », Le Journal des psychologues, 7, 270, 2009

T. McGlashan, « Psychosis as a disorder of reduced cathectic capacity: Freud’s analysis of the Schreber case revisited »Schizophrenia Bulletin, 35, 3, pp. 476-481, 2009

P. Marvin, M.D. Oman, « Listening to Schreber: formulations derived from an analytic close reading of his memoirs », Psychoanalytic Review, 96, pp. 631-664, 2009

°°°°°

J.M. Aakre, J.P. Seghers, A. St-Hilaire, N. Docherty, « Attributional Style in Delusional Patients/ A Comparison of Remitted Paranoid, Remitted Non-paranoid »Schizophrenia Bulletin, 35, 5, pp. 994-1002, 2009

T.M. Lincoln, N. Peter, M. Schaffer, S. Moritz, « Impact of stress on paranoia: an experimental study of moderators and mediators »Psychological Medicine, 39, 7, pp. 1129–1139, 2009

T.M. Lincoln, J. Lange, J. Burau, C. Exner, S. Moritz, « The effect of state anxiety on Paranoid ideation and jumping to conclusions. An experimental investigation »,  Schizophrenia Bulletin,  36, 6, pp. 1140-1148, 2010 (première publication en ligne le 8 mai, 2009)

S. Moritz, R. Veckenstedt, S. Randjbar et al. « Decision making under uncertainty and mood induction : further evidence for liberal acceptance in schizophrenia », Psychological Medicine, 39, 11, pp. 1821–1829, 2009

T.S. Woodward, M. Munz, C. LeClerc, T. Lecomte, « Change in delusions is associated with change in ‘‘jumping to conclusions’ »,  Psychiatry Res. , 170, pp. 124–127, 2009

S. Moritz, M.J.V. Peters, A. Karow, A. Deljkovic, D. Naber« Cure or curse ? Ambivalent attitudes towards neuroleptic medication in schizophrenia and non-schizophrenia patients », Mental Illness, 1, 1, pp. 4–9, 2009

S. Melo, R. Corcoran, N. Shryane, R.P. Bentall, « The persecution and deservedness scale »Psychology and Psychotherapy: Theory, Research and Practice, 82, 3, pp. 247-260, 2009

M. Startup, S. Bucci, R. Langdon, « Delusions of reference: a new theoretical model », Cognitive Neuropsychiatry, 14, 2, pp.110-126, 2009

F. Raes, D. Van Gucht, « Paranoia and instability of self-esteem in adolescents », Personality and Individual Differences, 47, 8, déc. 2009, pp. 928-932

J.F. Edens, D.K. Marcus, L. Morey, « Paranoid Personality Has a Dimensional Latent Structure »,  Journal of Abnormal Psychology, 118,  3, août 2009,. psp. 545-553

K. Taylor, A. Graves, L.; Stopa, « Strategic Cognition in Paranoia –  The Use of Thought Control Strategies in a Non-Clinical Population »Behavioural and Cognitive Psychotherapy, 37, 1, jan.2009, pp. 25-38

P.H. Lysaker, L Davis, J. Tsai, « Suspiciousness and low self-esteem as predictors of misattributions of anger in schizophrenia spectrum disorders », Psychiatry Research, 166, 2-3, avril 2009, pp. 125-131

D. Freeman, K. Pugh, N.  Vorontsova, L. Southgate, « Insomnia and paranoia », Schizophrenia Research, 108, 1-3, Mars , 2009, pp. 280-284

C.J.P. Simons, M. Wichers, C. Derom, E. Myin-Germeys, L. Krabbendam, J. van Os, « Subtle gene–environment interactions driving paranoia in daily life », Genes, Brain and Behavior, 8,  1, fév. 2009, pp. 5-12

L. Ayalon, M. A.  Young, « Using the SCL-90-R to Assess Distress in African Americans and Caucasian Americans »,   Journal of Black Studies, 39,  3 Jan. 2009, pp. 420-433

O. Colins, R. Vermeiren, C.  Vreugdenhil, G. Schuyten, E. Broekaert, A. Krabbendam, « Are psychotic experiences among detained juvenile offenders explained by trauma and substance use ? », Drug and Alcohol Dependence, 100, 1-2, fév. 2009, pp. 39-46

E. de Portugal, N. Gonzalez, M. Vilaplana, J.M. Haro, J. Usall, J.A. Cervilla « Un estudio empirico de los correlatos psicosociales y clinicos del trastorno delirante: el estudio DELIREMP »,  Revista de psiquiatria y salud mental (English Edition), 2,  2,  2009, .pp. 72-82

Chadwick, Paul; Hughes, Stephanie; Russell, Daphne; Russell, Ian; Dagnan, Dave « Mindfulness Groups for Distressing Voices and Paranoia: A Replication and Randomized Feasibility Trial »Behavioural and Cognitive Psychotherapy, 37, 4, juill. 2009, pp. 403-412

J. Mundale, S. Gallagher« Delusional experience » iOxford Handbook of Philosophy and Neuroscience, Bickle ed., pp. 513-521, Oxford University Press, Oxford, 2009 

H. Riggio, W.Y. Kwong, « Social skills, paranoid thinking, and social outcomes among young adults », Personality and Individual Differences,  47,  5, oct. 2009, pp. 492-497

°°°°°

A. Stauber « Litigious Paranoia: Confronting And Controlling Abusive Litigation In The United States, The United Kingdom, And Australia », International Review of Business Research Papers, 5, 1, pp. 11-27, 2009. Un article qui compare les manières de lutter contre  la quérulence dans les législations états-uniennes, britanniques et australiennes. Ces trois législations ont en commun de de prévoir des mesures de restriction de l’accès aux cours de justices pour les personnes considérées comme quérulentes ; les moyens, cependant, diffèrent, ainsi que les réformes envisagées.

Sebastian Lube, « Die Prozessfähigkeit eines Querulanten im Verfahren », Monatsschrift für Deutsches Recht, 2, pp. 63-65,2009 

Ombudsman Western Australia Managing unreasonable complainant conduct: Practice manual, Crown, Victoria,  2009

I. Freckelton, « Vexatious litigant law reform », Journal of Law and Medicine, 16, 5, pp. 721-727, 2009

« Man a ‘vexatious litigant’ court rules », Stuff.co.nzLatest New Zealand News & World News (New Zealand Press Associatoin), 31/08/2009

Simon B. Smith, Maverick litigants/ a history of vexatious litigants in australia, 1930-2008, Maverick Publications, Elwood,2009

 °°°°°

Mark Wahlgren Summers, A Dangerous Stir: Fear, Paranoia, and the Making of Reconstruction, The University of North Carolina Press, Chapel Hill, 2009 


2010   

N. McWilliams, « Paranoia and Political Leadership » Psychoanalytical Review, 97,  pp.239-261 (2010)

Alain  Vanier,  «  Fear, Paranoia, and Politics »Psychoanalytical Review, 97, pp.215-229 (2010)

R. Stein, «  Reflections on Paranoia», Psychoanal. Review, 97, pp. 231-237 (2010)

A. Roland & C. Silver, «  Conclusion : Interrelating Politics and Paranoia  The Political Exploitation of Paranoid Anxiety »,  Psychoanalytical Review, 97, pp.337-356 (2010)

J.K. Tchen, «  Notes for a History of Paranoia: “Yellow Peril” and the Long Twentieth Century »,  Psychoanalytical Review, 97, pp.263-283 (2010)

J. Campbell, « Golden age of paranoia »Sunday Herald Sun, 3 janvier 2010


°°°°°


D. Zagury
, « Les crimes passionnels »Champ psychosomtique, 1, 57, pp. 149-161, 2010

 A. Christaki, « Logique passionnelle et transfert paranoïaque », Psychologie clinique, 29, 1, pp. 48-58, 2010

A. Ward,  W. Gibson & C. Miqueu-Baz,  «  Between Paranoia and Creativity : Candidates’ Experience of Psychoanalytic Training  »,  Journal of the American Psychoanalytic Association, 58, pp.891-925 (2010)

°°°°°

T.M. Lincoln, S. Mehl, C. Exner C, J. Lindenmeyer, W. Rief, « Attributional style and persecutory delusions. Evidence for an event independent and state specific external-personal attribution bias for social situations »,  Cognitive Therapy and Research, 34, pp. 297–302, . 2010 

T.M Lincoln, M. Ziegler, S. Mehl, W. Rief, « The Jumping to Conclusions bias in delusions : specificity and changeability », Journal of Abnormal Psychology, 119, pp. 40–49, 2010 

T.M. Lincoln, N. Peter N, M. Schaffer, S. Moritz, « From stress to paranoia: an experimental investigation of the moderating and mediating role of reasoning biases », Psychological Medicine,  40, pp.169-173, 2010

A. Bayes, M. Large, « Overcoming an Overvalued Idea Using Experimental Methods »  Australian and New Zealand Journal of Psytrchiatry,  44, pp.765-766, 2010

S. Moritz, R. Veckenstedt, B. Hottenrott, T.S. Woodward, S. Randjbar, T.M. Lincoln, « Different sides of the same coin ? Intercorrelations of cognitive biases in schizophrenia », Cognitive Neuropsychiatry, 15, 4, pp. 406-421, 2010

F. Müller-Spahn« Fühlen bei veränderter Weltansicht – Wahn und Affekte in der Paranoia », Psychiatrische Wochenschrift, 6/3, pp. 104-108, 2010

O. Somasundaram, « Facets of morbid jealousy: With an anecdote from a historical Tamil romance »Indian Journal of  Psychiatry, 52, pp. 284-288,  2010

P. Miotto, B. Pollini, A. Restaneo, G. Favaretto,, D. Sisti; M. Rocchi,  A. Preti, « Symptoms of psychosis in anorexia and bulimia nervosa », Psychiatry Research, 175, 3, fév. 2010, pp. 237-243

 

E. de Portugal.; Gonzalez, N.; Miriam, V.; Haro, J.M.; Usall, J.; Cervilla, J.A., « Gender differences in delusional disorder: – Evidence from an outpatient sample », Psychiatry Research, 177, 1-2, mai 2010,  pp. 235-239

R. Kalayasiri,, J. Gelernter, L.  Farrer, R. Weiss, K. Brady, R. Gueorguieva, H.R. Kranzler, R.T. Malison, « Adolescent cannabis use increases risk for cocaine-induced paranoia », Drug and Alcohol Dependence, 107, 2-3, mars 1, 2010. pp. 196-201

S.K.An, J.I. Kang, J.Y. Park, K.R. Kim, S.Y. Lee, E. Lee, « Attribution bias in ultra-high risk for psychosis and first-episode schizophrenia », Schizophrenia Research, 118, 1-3, Mai 2010,  pp. 54-61

R. Corcoran, « The allusive cognitive deficit in paranoia –  the case for mental time travel or cognitive self-projection »,  Psychological Medicine, 40, 8, août 2010, pp. 1233-1237

C. Hooker, I. Christine, L. Tully, S. Verosky, M. Fisher, C. Holland S. Vinogradov, « Can I Trust You? Negative Affective Priming Influences Social Judgments in Schizophrenia », Journal of Abnormal Psychology, 120, 1, oct. 2010, pp. 98-107

T.M. Lincoln, J. Lange,, J. Burau, C. Exner, S. Moritz, « The Effect of State Anxiety on Paranoid Ideation and Jumping to Conclusions. An Experimental Investigation », Schizophrenia Bulletin, 36, 6, 2010, pp. 1140-1148

U. Tanyeli, « To Integrate of Not to Integrate ? »,  Architectural Design, 80, 1, jan/fév. 2010, pp. 96-10

N. Carlin, « The Paranoia of Everyday Life: Some Personal, Psychological, and Pastoral Thoughts »Pastoral Psychology 59, ,  6, 2010, pp. 679 – 695

F. Müller-Spahn, « Fühlen bei veränderter Weltansicht: Wahn und Affekte in der Paranoia » Psychiatrie und Psychotherapie, 6, 3, sept 2010, pp. 104 – 108

C. Foster, H. Startup, L. Potts, D. Freeman, « A randomised controlled trial of a worry intervention for individuals with persistent persecutory delusions », Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry, 41,  1, mars 2010, pp. 45-51

S. Westermann, T. Lincoln, « Using signal detection theory to test the impact of negative emotion on sub-clinical paranoia »,  Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry, 41,  2, juin 2010, pp. 96-101

D. Freeman, T. Brugha, H. Meltzer, R. Jenkins, D. Stahl, P. Bebbington, « Persecutory ideation and insomnia: Findings from the second British National Survey Of Psychiatric Morbidity », Journal of Psychiatric Research, 44,  15, Nov, 2010, pp. 1021-1026

D. Freeman, K. Pugh,  N. Vorontsova, A. Antley, M. Slater, « Testing the Continuum of Delusional Beliefs »,  Journal of Abnormal Psychology,  119, 1; fév 2010, pp. 83-92

J. Henry, C. Von Hippel, T. Ruffman, R. Perry, P. Rendell, « Threat perception in schizophrenia-spectrum disorders », Journal of the International Neuropsychological Society, 16, 5, sept. 2010, pp. 805-812

  

°°°°°°

H. Saß, « Der Exzess einer Tugend Querulanz zwischen Persönlichkeit, Strukturverformung und Wahn », Forensische Psychiatrie, Psychologie, Kriminologie , 4, pp. 223–232, 2010 : Un article qui explore le spectre de la quérulence, considérée comme l’un des traits caractéristiques d’une personnalité pathologique, d’une altération structurale de la personnalité, voire d’un véritable délire, ou d’une psychose déclarée. Dans chaque cas, l’auteur s’efforce d’évaluer le degré de responsabilité de la personne considérée comme quérulente, ou pour mieux, dire, le point auquel elle est capable de  contrôler ses actes (Steuerungsfähigkeit).

Rachael Schmidt, « The court’s approach in New Zealand to the vexatious litigant – time for a rethink ? », presentation by Rachael Schmidt (aver ici un complément  PowerPoint), February 2010

 

°°°°°

T. Haustgen, J. Sinzelle, « Emil Kraepelin (1856-1926) – III. Les grandes entités cliniques »Annales medico-psychologiques, 168, 10, déc. 2010, pp. 792-795   

                                                              °°°°°

D. Guyonnet,  « Images de la paranoïa : Bunuel et Polanski », L’Evolution psychiatrique, 75,  4, oct-déc, 2010. pp. 597-606

P.E. Wegner, «  The Beat Cops of History; or, The Paranoid Style in American Intellectual Politics », Arizona Quarterly : A Journal of American Literature, Culture, and Theory 66, 2, 13, juin 2010, pp. 149-167

 



2011   

Le 22 juillet, Anders Behring Breivik, citoyen norvégien, commet un double attentat ; 77 victimes sont à déplorer. Certaines similitudes troublantes existent entre Breivik, le Président Schreber et le meurtrier de masse Wagner qui lui aussi fut à l’origine d’un véritable carnage avant de faire l’objet de nombreuses études de Gaupp dans l’entre-deux-guerres. Dans son testament délirant, long de 1518 pages et qui se maintient volontairement sur la frontière ambiguë entre la « science-fiction » (sic) et la réalité, Breivik affirme sa haine du «  métrosexuel » et du nouvel « homme féminisé »  dont l’image est selon lui promue par  les médias. Il dénonce la volonté d’ « émasculer le mâle européen », retrouvant là une expression déjà employée par le Président Schreber lorsque ce dernier évoque son Entmannung (émasculation). Cependant, le délire de Breivik porte également sur les ennemis extérieurs : « destruction des capacités de défense de la société européenne », « islamisation de l’Europe »,  «  génocide culturel ». Qui a dit : style paranoïaque ?

S. White, « The Vexatious Litigant : Risk Assessment and Case Management Issues », Fall 2011, Work Trauma Services Inc.

« Appeal by vexatious litigant fails », Fairfax New Zealand News, 19/02/2011

 Kim Williams, « Litigants in person: a literature review », Ministry of Justice, Research Summary 2/11, 2011

T.D. Smith, « Reforming the New Zealand Law of Contempt of Court. An Issues/Discussion Paper », 18 april 2011

°°°°°°

Travis. L. Gosa, « Counterknowledge, Racial Paranoia, and the Cultic Milieu : Decoding Hip Hop Conspiracy Theory », The Journal of Empirical Research on Culture, the Media and the Arts, 39, 3, pp. 187-204 (2011)

 °°°°°°

« Jalousie, paranoïa et homosexualité », numéro spécial de la Revue française de psychanalyse, 76, 2011

C. Baldacci, « Une jalousie de rêve ». Revue Française de Psychanalyse, 75 (3), pp. 649-663. Dans le texte étudié, Freud pense tirer de l’étude « intensive de deux paranoïaques quelque chose de nouveau ». Le nouveau serait que le rêve dans les deux cas, tantôt précurseur, tantôt substitut du délire, accueille « ce qui de la vie de veille était… repoussé ». Un moment passionnel dans la cure analytique d’une jeune femme permet de repérer les conditions qui influencent la répartition équilibrée de l’investissement entre réalité et rêve, veille et nuit, dehors et dedans et permettent au rêve de devenir un substitut du délire. Dans cette cure, un agir de contre-transfert participerait à la perlaboration onirique du transfert.

°°°°°°

K.S. Kendler, « Kraepelin and the diagnostic concept of paranoia », Comprehensive Psychiatry, 29, 1, 2011

 T. Haustgen,  J. Sinzelle,  « Emil Kraepelin (1856-1926) – 4. L’héritage », Annales medico-psychologiques, 169, 9, 2011, pp. 606-611

C. Deloro, « Caractère, constitution, structure. Lacan et le premier concept de paranoïa» , L’Evolution psychiatrique, 76, 3, Juil.-Sept., 2011. pp. 391-401 

 

 

°°°°°°

R. Ittiwut, J.B. Listman, C. Ittiwut, JF Cupbellss, R.D. Weiss, K. Brady, D. Oslin, F.A. Farrer, H.R. Kanzler, J. Gelernter, « Association Between Polymorphisms in Catechol-O-methyltransferase (COMT) and Cocaine-Induced Paranoia in European-American and African-American Populations », American Journal of medical geneticsB, Neuropsychiatric genetics, 156B, 6, 651-660, 2011. Une étude de grande envergue portant sur la paranoia induite par cocaïne (CIP, Cocaine-induced paranoia), avec étude de ses causes physiologiques supposées (rôle de la métabolisation de la catecholamine via l’enzyme catechol-O-methyltransferase).

A. Sano, « Pharmacogenetics focused on special phenotypes », Japanese journal of psychopharmacology, 31, pp. 163-165, 2011.

W. Kaltenstadler, « Was Ludwig II mentally ill? Critical remarks on the estimate of Prof. Dr. med. B. von Gudden », Deutsche Medizinische Wochenschrift, 136 (51-52), 2684-91, 2011

E.B. Tone, S.M. Goulding, M.T. Compton, « Associations among perceptual anomalies, social anxiety, and paranoia in a college student sample », Psychiatric Research, 188, pp. 258-263, 2011 

V. Thewissen, R. Bentall, M. Oorschot, J. Campo, T. van Lierop, J. van Os, I. Myin-Germeys, « Emotions, self-esteem, and paranoid episodes – An experience sampling study », British journal of clinical psychology, 50, pp. 178-195, 2, 2011

C. Vallente, D. Cantero, C. Vazquez, A. Sanchez, M. Provencio, R. Espinosa,  « Implicit and Explicit Self-Esteem Discrepancies in Paranoia and Depression », Journal of abnormal Psychology,  120, pp. 691-699, 2011

A.P. Morrison, A.I. Gurnley, K. Ashcroft, I.R. Manousos, R. White, K. Gillan, A. Wells, D. Kingdon, « Metacognition and persecutory delusions – Tests of a metacognitive model in a clinical population and comparisons with non-patients », British Journal of Clinnical Psychology, 50, pp. 223-233, 2011

C. Vallente, M. Provencio, R. Espinosa, C. Chaves, F. Fuentenebro, « Predictors of subjective well-being in patients with paranoid symptoms : Is insight necessarily advantageous? », Psychitratry Research, 189, pp. 190-194, 2011. De manière aussi surprenante qu’inquiétante, cet article souligne certains désavantages liés à la conscience du trouble dans les délires qualifiés de paranoïdes. Les patients n’ayant qu’une conscience du trouble limitée auraient en effet un meilleur sens de l’autonomie, et seraient plus aisément mûs par les promesses de gratifications….. 

E. de Portugal, C. Martinez, N. Gonzales, V. del Amo, J.M. Haro, J.A. Cervilla, « Clinical and cognitive correlates of psychiatric comorbidity in delusional disorder outpatients », Australian and New Zealand Journal of Psytrchiatry, 45, 5, 416-425, 2011 

S. Moritz, P. Burnette, S. Sperber, U. Koether, M. Hagemann-Goebel, M. Hartmann, T.M. Lincoln,  « Elucidating the Black Box From Stress To Paranoia », Schizophrenia Bulletin, 37, 6, pp. 1311-1317, 2011

D. Ben-Zeev, K. Ellington, J. Swendsen, E. Granholm,  « Examining a Cognitive Model of Persecutory Ideation in the Daily Life of People With Schizophrenia – A Computerized Experience Sampling Study », Schizophrenia Bulletin, 37, 6, pp. 1248-1256, 2011

T.M. Lincoln, S. Saltzmann, M. Ziegler, S. Westermann, « When does jumping-to-conclusions reach its peak? The interaction of vulnerability and situation-characteristics in social reasoning », Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry, 42, 2, pp.185-191, 2011

T. Kumazaki, « What is a “mood-congruent” delusion? History and conceptual problems », History of Psychiatry, 22, 3, pp. 315-331, 2011

J.T.W. Wigman, W.A.M. Vollebergh, Q.A.W. Raalimakers, J. Iedema, S. van Dorsselaer, J. Ormel, F.C. Verhulst, J. van Os, « The Structure of The Extended Psychosis Phenotype in Early Adolescence-A Cross-sample Replication », Schizophrenia Bulletin, 37, 4, pp. 850-860, 2011

K.L. Romm, J.I. Rossberg, C.F. Hansen, E. Haug, O.A. Andreassen, I. Melle, « Self-esteem is associated with premorbid adjustment and positive psychotic symptoms in early psychosis », BMC Psychiatry, 11, art. 136, 2011

Vicens, S. Sarro, P.J. McKenna,  «Comorbidity of delusional disorder with bipolar disorder: Report of four cases », Journal of Affective Disorders, 134, 1-3, pp. 431-433, 2011  Contribution à la délicate question contemporaine de savoir où passe la limite entre troubles bipolaires et troubles délirants à participation affective 

S. Westermann, T.M. Lincoln, « Emotion regulation difficulties are relevant to persecutory ideation », Psycghology and psychotherapy-theory research and practice, 84, pp. 273-287, 3, 2011

A. Douglas, « Healthy paranoia; CEO says his concerns about risk have served MFS well », Investment News, 15, 35,  2011

M.L. Kesting, S. Mehl, W. Rief, J. Lindenmeyer, T.M. Lincoln« When paranoia fails to enhance self-esteem: explicit and implicit self-esteem and its discrepancy in patients with persecutory delusions compared to depressed and healthy controls » Psychiatry Research, 186, 2, pp. 197-202, 2011

K. Mackinnon, K. Newman-Taylor, L. Stopa,  « Persecutory delusions and the self: An investigation of implicit and explicit self-esteem » Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry, 42, 1, pp. 54-64, 2011

K. Keefe, D. Warman, « Reasoning, delusion-proneness, and anxiety : an experimental investigation »Clinical Psychology and Psychotherapy, 18, 2, pp. 138-147, 2011

V. Thewissen, R. Bentall, M. Oorschot, J. Campo, T. van Lierop, J. van Os, I. Myin-Germeys, « Emotions, self-esteem, and paranoid episodes – An experience sampling study », British journal of clinical psychology, 50, pp. 178-195, 2, 2011

Z. Ismail, M.-Q. Nguyen, C. Fischer, T.A. Schweizer, B. Mulsant, D. Mamo, «  Neurobiology of Delusions in Alzheimer’s Disease »Current Psychiatry Reports, 13, 3, juin 2011, pp. 211 – 218

D.C. Cicero, J.G. Kerns,  « Unpleasant and pleasant referential thinking: Relations with self-processing, paranoia, and other schizotypal traits »,  Journal of Research in Personality, 45, 2, avril 2011, pp. 208-218

R. Anthony, « Exceptionally Equal- Emergency States and the Production of Enemies in the Xinjiang Uyghur Autonomous Region », Inner Asia, 13, 1, 1,  sept. 2011, pp. 51-72

S. Bloy, J.E. Oliver, E. Morris, « Using Acceptance and Commitment Therapy With People With Psychosis -A Case Study », Clinical Case Studies, 10,  5, oct. 2011, pp. 347-359

R. Ittiwut, J. Listman, C. Ittiwut, J.F. Cubells, R.D.  Weiss, K. Brady, D. Oslin, L. Farrer, H. Kranzler, J. Gelernter, « Association between polymorphisms in catechol-O-methyltransferase (COMT) and cocaine-induced paranoia in European-American and African-American populations », American Journal of Medical Genetics Part B: Neuropsychiatric Genetics, 156, 6, sept. 2011, pp. 651-660

T.M. Lincoln, S. Salzmann, M. Ziegler, S.  Westermann, When does jumping-to-conclusions reach its peak? The interaction of vulnerability and situation-characteristics in social reasoning, Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry,  42, 2, juin 2011, pp. 185-191

E. Myers, H. Startup, D. Freeman, « Cognitive behavioural treatment of insomnia in individuals with persistent persecutory delusions: A pilot trial »Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry, 42,  3, sept., 2011, pp. 330-336

N.C. Stefanis, L. Mandelli, A. Hatzimanolis, L. Zaninotto, N. Smyrnis, D. Avramopoulos, I. Evdokimidis, « Serotonin transporter gene variants and prediction of stress-induced risk for psychological distress »Genes, Brain and Behavior, 10, 5, juill. 2011, pp. 536-541

A. Whaley, « Clinicians’ Competence in Assessing Cultural Mistrust Among African American Psychiatric Patients »Journal of Black Psychology,. 37, 4, nov. 2011, pp. 387-406

A. Pinkham, C. Brensinger, C. Kohler, R.E. Gur, R.C. Gur, « Actively paranoid patients with schizophrenia over attribute anger to neutral faces »Schizophrenia Research, 125, 2-3, fév. 2011, pp. 174-178

A. Gumley, K. Gillan, A. Morrison, M. Schwannauer, « The Development and Validation of the Beliefs about Paranoia Scale (Short Form) », Behavioural and Cognitive Psychotherapy, 39, 1, jan. 2011, pp. 35-53

D. Freeman, S. McManus, T. Brugha, H. Meltzerj, R. Jenkins, P. Bebbington, « Concomitants of paranoia in the general population » Psychological Medicine, 41, 5, mai 2011, pp. 923-936

M. Cella, D. Sisti, M.B.L Rocchi, A Preti, «Delusional profiles among young adults –  A latent class analysis of delusion proneness », Psychiatry Research, 185, 1-2, jan 2011, pp. 97-101

C. Valiente, D.  Cantero, C.  Vázquez, A. Sanchez, M. Provencio, R. Espinosa, « Implicit and Explicit Self-Esteem Discrepancies in Paranoia and Depression »Journal of Abnormal Psychology 120, 3, mars 2011, pp. 691-699

D.C. Cicero, J.G. Kerns, « Is paranoia a defence against or an expression of low self-esteem?»,  European Journal of Personality 25, 5, sept/oct. 2011, pp. 326-335

K. MacKinnon, K. Newman-Taylor, L. Stopa, « Persecutory delusions and the self: An investigation of implicit and explicit self-esteem »Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry 42, 1 , mars  2011, pp. 54-64

C. Green, D. Freeman, E. Kuipers, P. Bebbington, D. Fowler, G. Dunn, P.A. Garety, « Paranoid Explanations of Experience – A Novel Experimental Study », Behavioural and Cognitive Psychotherapy,  39, jan. 2011, pp. 21-34

°°°°°°

A.C. Cooke, «Black Community, Media, and Intellectual Paranoia-as-Politics », Journal of Black Studies, 42, 4, mai 2011, pp. 609-626

M. Helmers, « Possibly Queer Time: Paranoia, Subjectivity, and “The Beast in the Jungle” », The Henry James Review 32,  2, mai 2011, pp. 101-117

°°°°°°

C. Hernández-Castellanos, J. Lawrence, R. Piglia, « La ficción paranoica y el nacimiento de la novela policial: una entrevista con Ricardo Piglia », Studies in Latin American Popular Culture, 29,  1, juin 2011, pp. 218-229

D. Spurr, « Paranoid Modernism in Joyce and Kafka », Journal of Modern Literature, 34, 2, 14, 2011. pp. 178-191

 °°°°°°

Jean-Marc Berthomé :

  • Les effaçons de Jean-Jacques Rousseau: la grâce de l’effacement, Séminaire 2011-2012. …. « sur l’inspiration paranoïaque des écrits de Jean-Jacques Rousseau au fil d’une lecture qui croisera les séminaires sur Les structures freudiennes des psychoses, l’identification et Le sinthome, et Lettre pour lettre de Jean Allouch.»

2012

Paul E. Mullen, « Querulent Complainers », document PowerPoint, Monash University

E. Richardson, T. Sourdin, N. Wallace, « Self-Represented Litigants – Litterature Review », Australian Centre for Court and Justice System Innovation (ACCJSI), Monash University (2012)

Volker Faust (Arbeitsgemeinschaft Psychosoziale Gesundheit), Psychosoziale Gesundheit von Angst bis Zwang, Seelische Störungen erkennen, verstehen, verhindern, behandeln : Querulanten

Contempt of Court : Scandalizing the Court. A Consultation Paper, Law Commission, Consultation Paper No. 207 — The Law Commission, London, 2012

E. Richardson, T. Sourdin, N. Wallace, Self-Represented Litigants: Gathering Useful Information, Final Report – June 2012, Australian Centre for Justice Innovation – Civil Justice Research Online / Monash University, 2012

Jimmy Ellingham, « Attempt to shut down ‘vexatious-litigant’ », Fairfax New Zealand News 08/05/2012

Mark Tottenham, « Action against solicitor struck out, and Isaac Wunder order granted », 28 avril 2012  —  « High Court strikes out action against solicitor as an abuse of process [ … ]  restraining her from commencing any further action in respect of same subject matter. » (Stare Decisis Hibernia, All recenltly-published judgements of the Irish Superior Court). Voir également, ici, le texte intégral du jugement, mis en ligne sur le site de la High Court de Dublin.

Laurence Miller, Criminal Psychology – Nature- Curture – Culture  –  A Textbook and Practical Reference Guide for Students and Working Professionals in the Fields of Law Enforcement, Criminal Justice, Mental Health and Forensic Psychology, Charles C. Thomas Pub. Limited, Springfield, 2012

°°°°°

A.G.M. Johansson, P. Nikamo, M. Schalling, M. Landen, « Polymorphisms in AKR1C4 and HSD3B2 and differences in serum DHEAS and progesterone are associated with paranoid ideation during mania or hypomania in bipolar disorder », European Neuropsychopharmacology, 22, 9, sept. 2012, pp. 632-640

M. Provencio, C. Vázquez, C. Valiente, G. Hervas, « Depressive Primes Stimulate Initial Avoidance of Angry Faces –  An Eye-Tracking Study of Paranoid Ideation », Cognitive Therapy and Research 36, 5, oct. 2012, pp. 483 – 492

R.P. Bentall,  S. Wickham, M. Shevlin, F. Varese, « Do Specific Early-Life Adversities Lead to Specific Symptoms of Psychosis? A Study from the 2007 The Adult Psychiatric Morbidity Survey  », Schizophrenia Bulletin, 38, 4, juin 2012, pp. 734-740

A.Pinkham, N. Sasson, D. Beaton, H. Abdi, C. Kohler, D. Penn, « Qualitatively Distinct Factors Contribute to Elevated Rates of Paranoia in Autism and Schizophrenia », Journal of Abnormal Psychology 121,  3, juin 2012, pp. 767-777

P.A. Garety, M. Gittins, S. Jolley, P. Bebbington, G. Dunn, E. Kuipers, D. Fowler, D. Freeman, « Differences in Cognitive and Emotional Processes Between Persecutory and Grandiose Delusions », Schizophrenia Bulletin, (publié en ligne, 4 avril 2012)

S.H. So, D. Freeman,  G. Dunn, S. Kapur, E. Kuipers, P. Bebbington, D. Fowler, P.A. Garety,  « Jumping to conclusions, a lack of belief flexibility and delusional conviction in psychosis: A longitudinal investigation of the structure, frequency, and relatedness of reasoning biases », Journal of Abnormal Psychology, 121, 1, pp. 129-139, 2012

A. Cookson, M. Daffern, F. Folsey, « Relationship between aggression, interpersonal style, and therapeutic alliance during short-term psychiatric hospitalization », International Journal of Mental Health Nursing, 21, 1, pp. 20-29, 2012

°°°°°°

R. Payne « Night’s End », Schizophrenia Bulletin 38, 5, sept. 2012, pp. 899-901

D. Fowler; J.Hodgekins, P. Garety, D. Freeman; E. Kuipers, G. Dunn, B. Smith, P.E. Bebbington, « Negative Cognition, Depressed Mood, and Paranoia –  A Longitudinal Pathway Analysis Using Structural Equation Modeling », Schizophrenia Bulletin, 38,  5, sept. 2012, pp. 1063-1073

D. Freeman, D. Stahl, S. McManus, H. Meltzer, T. Brugha, N. Wiles, P. Bebbington, « Insomnia, worry, anxiety and depression as predictors of the occurrence and persistence of paranoid thinking », Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 47, 8, août 2012, pp. 1195 – 1203

G. Salvatore, B. Russo, M. Russo, R. Popolo, G. Dimaggio, « Metacognition-Oriented Therapy for Psychosis »,  Journal of Psychotherapy Integration 22, 4, déc. 2012, pp.375-381

J.A.Easton, L.D. Schipper, T.K. Schackelford, « Morbid jealousy from an evolutionary psychological perspective », Evolution and Human Behavior,  28, pp. 399–402,  2007

J. Murphy, M. Shevlin, J. Houston, G. Adamson,  « Sexual Abuse, Paranoia, and Psychosis –  A Population-Based Mediation Analysis », Traumatology, 18, 1, mars 2012, pp. 37-44

D. Freeman, N. Evans, R. Lister, « Gut feelings, deliberative thought, and paranoid ideation: A study of experiential and rational reasoning », . Psychiatry Research, 197, 1-2,  mai 2012. pp. 119-122

T. Podubinski, M.  Daffern, S Lee, « A prospective examination of the stability of hostile-dominance and its relationship to paranoia over a one-year follow-up. Personality and Individual Differences 52, 5, avril, 2012, pp. 586-590

J. Marr, S. Thau, K Aquino, L. Barclay, «  Do I want to know? How the motivation to acquire relationship-threatening information in groups contributes to paranoid thought, suspicion behavior, and social rejection. Organizational Behavior and Human Decision Processes 117, 2, mars 2012, pp. 285-297

S. Aupers, « ‘Trust no one’: Modernization, paranoia and conspiracy culture », European Journal of Communication 27, 1, mars 2012, pp. 22-34


2013   

Publication prévue de la  cinquième version du DSM ( Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition )

     —

         

                             —

                             —                                   

                                     

L’histoire continue…

—                —